Saint-Juéry (Tarn)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Juéry.

Saint-Juéry
Saint-Juéry (Tarn)
Mairie.
Blason de Saint-Juéry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Albi
Canton Saint-Juéry
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Le Grand Albigeois
(siège)
Maire
Mandat
Jean-Paul Raynaud
2014-2020
Code postal 81160
Code commune 81257
Démographie
Gentilé Saint-Juériens, Saint-Juériennes
Population
municipale
6 814 hab. (2016 en augmentation de 0,83 % par rapport à 2011)
Densité 740 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 56′ 59″ nord, 2° 12′ 37″ est
Altitude 174 m
Min. 157 m
Max. 332 m
Superficie 9,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Saint-Juéry

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Saint-Juéry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Juéry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Juéry
Liens
Site web Site officiel

Saint-Juéry est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine d'Albi située dans de son unité urbaine, au nord-est de la ville d'Albi sur le Tarn, dans l'Albigeois.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Juéry est limitrophe de sept autres communes.

Carte de la commune de Saint-Juéry et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Saint-Juéry
Lescure-d'Albigeois Arthès Saint-Grégoire
Albi Saint-Juéry Marsal
Cunac Bellegarde
Cambon

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géologie du Tarn.

La superficie de la commune est de 921 hectares ; son altitude varie de 157 à 332 mètres[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est longée par le Tarn dans sa partie nord en lui servant de frontière naturelle avec trois communes Lescure-d'Albigeois, Arthès et Saint-Grégoire.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est une des formes occitanes de Saint Georges Ce lien renvoie vers une page d'homonymie [2],[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une forteresse (ou un fortin) était édifiée à « Saint-Juéry-le-Haut » dont il demeure quelques vestiges (étals de marchand). Ce « castelnau » a été bâti vers 1160 « en paréage entre les Trencavel et le monastère de Castres » (le Tarn. Encyclopédie illustrée. Éditions Privat 2004 p. 17).

Les fortifications ont été détruites au XVIIe siècle.

Au début du XVIIIe siècle, le seigneur de Saint-Juéry est Antoine de Gontier, habitant de Lautrec : le 3 juillet 1707, il nomme Pierre de Bordoncle, juge royal de Castres, son procureur dans un procès qui l'oppose à mademoiselle de Saint-Amans.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Juéry

Son blasonnement est : D'or à la barre de gueules chargée de trois fleurs de lys du champ, accompagnée en chef de deux marteaux de sable passés en sautoir, surmontés d'une enclume du même, et en pointe d'une tour d'azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 5 000 habitants et 9 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de vingt neuf[5],[6].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté d'agglomération de l'Albigeois et du canton de Saint-Juéry (Bureau centralisateur).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1904 1919 Alban Rossignol Rad. Propriétaire
Conseiller général du canton de Villefranche-d'Albigeois (1901 → 1919)
1919 1927 Germain Téqui    
1927 1935 Alphonse Pacifique    
1935 1941 Émile Andrieu    
1941 1944 Eugène Espinasse    
1944 1945 Alphonse Pacifique    
1945 1978 Émile Albet SFIO puis DVG Instituteur
Conseiller général du canton de Villefranche-d'Albigeois (1945 → 1982)
Président du conseil général du Tarn (1961 → 1976)
1978 mars 2001 Jean Polisset PS Professeur
Conseiller général du canton de Villefranche-d'Albigeois (1982 → 2008)
mars 2001 mars 2014 Jacques Lasserre PS  
mars 2014 En cours Jean-Paul Raynaud[7] DVG Technicien de laboratoire retraité
Conseiller général du canton de Villefranche-d'Albigeois (2008 → 2015)
Conseiller départemental du canton de Saint-Juéry (2015 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2016, la commune comptait 6 814 habitants[Note 1], en augmentation de 0,83 % par rapport à 2011 (Tarn : +2,32 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0601 0341 0951 2291 4251 1411 1791 3501 380
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3621 4031 2231 3391 4541 7631 8372 0332 167
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 7483 1523 1823 1683 3703 2913 0943 5123 589
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
3 9135 0175 9436 7386 7306 6356 9256 7976 835
2016 - - - - - - - -
6 814--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[12] 1975[12] 1982[12] 1990[12] 1999[12] 2006[13] 2009[14] 2013[15]
Rang de la commune dans le département 11 9 9 9 9 9 9 9
Nombre de communes du département 326 324 324 324 324 323 323 323

Économie[modifier | modifier le code]

Société des Hauts-Fourneaux, forges et aciéries du Saut-du-Tarn

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Juéry fait partie de l'académie de Toulouse.

La commune possède 3 groupes scolaires maternelle et primaire[16].

Santé[modifier | modifier le code]

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Médiathèque, une cinquantaine d’associations y sont présentes[17], salle polyvalente, musée du Saut du Tarn[18],

Sports[modifier | modifier le code]

Saint-Juéry Olympique (SJO) (football, tennis), Saint-Juéry - Arthès Olympique XV (SJAO XV) - rugby à XV, Saint-Juéry XIII Scorpion - rugby à XIII,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Musée du Saut du Tarn : situé dans l'ancienne centrale hydroélectrique, aujourd'hui classée Monument Historique, le Musée du Saut du Tarn retrace 200 ans d'aventure industrielle et sociale (Société des Hauts-Fourneaux, forges et aciéries du Saut-du-Tarn). Spécialisée dès l'origine dans la production d'acier et la fabrication d'outils (limes, râpes, faux...), l'usine du Saut du Tarn était l'une des rares entreprises en France à avoir expérimenté la plupart des techniques sidérurgiques. Ses produits, connus pour la plupart sous la marque Talabot, ont acquis une renommée mondiale.

Toutefois, l'usine n'a pas résisté à la crise sidérurgique : elle a fermé ses portes en 1983, provoquant le licenciement de plus de 1 000 personnes.

En 1995, grâce à l'initiative et à la motivation d'anciens employés, le Musée du Saut du Tarn devient un lieu culturel incontournable de la vallée du Tarn.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. Albert Dauzat, Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des Noms de Lieux en France, Librairie Guénégaud, réédition 1984
  3. Bénédicte Boyrie-Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie des Pays occitans, éditions Sud-Ouest, 2007
  4. Google Books Grand livre des saints : culte et iconographie en Occident, par Jacques Baudoin.
  5. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  6. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031165.html.
  7. Le Tarn libre, 11 avril 2014, p. 25
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  13. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  16. http://www.ville-saint-juery.fr/article/groupes-scolaires.html
  17. http://www.ville-saint-juery.fr/article/presentation-71.html
  18. http://www.ville-saint-juery.fr/article/musee-du-saut-du-tarn.html