Saint-Joachim (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Joachim.
Saint-Joachim
Image illustrative de l'article Saint-Joachim (Québec)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Capitale-Nationale
Subdivision régionale La Côte-de-Beaupré
Statut municipal Municipalité de paroisse
Maire
Mandat
Marc Dubeau
2013-2017
Constitution
Démographie
Gentilé Saint-Joachimien, ienne
Population 1 441 hab. (2016)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 00″ nord, 70° 51′ 00″ ouest
Superficie 3 489 ha = 34,89 km2
Divers
Code géographique 21020
Localisation
Localisation de Saint-Joachim dans La Côte-de-Beaupré
Localisation de Saint-Joachim dans La Côte-de-Beaupré

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Joachim

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Saint-Joachim

Saint-Joachim est une municipalité de paroisse du Québec, située près de la Ville de Québec dans la municipalité régionale de comté de La Côte-de-Beaupré, dans la région administrative de la Capitale-Nationale[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Elle est nommée en l'honneur de saint Joachim, époux de sainte Anne et père de Marie de Nazareth[2]. Cette communauté est l'un des plus anciens lieux de colonisation au Canada.

Histoire[modifier | modifier le code]

En mai 1756, Louis Joseph de Saint-Véran, Marquis de Montcalm et Commandant en chef des armées du roi en Nouvelle-France, débarquait à la petite ferme de Saint-Joachim pour tenter de sauver la colonie de la menace anglaise. Après avoir quitté le cap Tourmente, Montcalm se rendit en calèche à Québec où il arriva le 13 mai[3].

En août 1759, lors du siège de Québec, dans une lettre à Robert Monckton, le major-général et commandant des forces de terre britanniques de l’expédition sur Québec, James Wolfe, projette d'incendier toutes les maisons du village de Saint-Joachim à la rivière Montmorency. Un détachement des troupes de l'armée débarque à Saint-Joachim. Selon une version, les paroissiens se déguisent en Indiens et attaquent les troupes britanniques. Le curé Philippe-René Robinau de Portneuf et plusieurs paroissiens sont tués. En guise de représailles, l'église est incendiée et aujourd'hui, il n'en reste que les fondations découvertes lors de fouilles archéologiques en 1965[4],[5].

En 2010, Saint-Joachim a été un des villages retenus dans l'émission La Petite Séduction[6].

En février 2011, Saint-Joachim s'est doté d'un site internet municipal qui présente notamment les nombreux attraits du milieu et un album compilant de nombreuses photos[7].

Attraits[modifier | modifier le code]

La Route de Nouvelle-France est l’une des plus vieilles artères de l’Amérique du Nord. Cette route touristique débute sur la place de l'Hôtel-de-Ville dans le Vieux-Québec, traverse l'arrondissement historique de Beauport et les municipalités de Boischatel, L'Ange-Gardien, Château-Richer, Sainte-Anne-de-Beaupré et Beaupré pour aboutir à Saint-Joachim et terminer au Cap Tourmente.

À Saint-Joachim, l'avenue Royale est bordée de nombreuses maisons ancestrales que l’on retrouve également près de la rivière Blondelle. Le long d'un parcours de 10 km, il est possible, dans le cadre du circuit Archéo-Vision, de découvrir la richesse archéologique de cette communauté, l'un des plus anciens lieux de colonisation au Canada, puisque dès 1610 le blé y est cultivé pour la colonie naissante à Québec. Le Séminaire de Québec, fondé par François de Montmorency-Laval, était le propriétaire des lieux sous le régime seigneurial et y implanta quatre fermes[8] à partir de 1664, et fut ainsi la première institution à avoir enseigné l'agriculture dans le pays.

L’église actuelle est une des plus anciennes églises conservées au Québec, construite en pierre entre 1777 et 1779 dans un style appelé jadis jésuite. Plus loin en direction du Cap Tourmente, le domaine du Petit Cap (qui fait partie de la municipalité de Saint-Louis-de-Gonzague-du-Cap-Tourmente) comporte une chapelle construite en 1780 et une vaste maison de retraite pour les prêtres du Séminaire de Québec.

On y trouve des sites naturels comme le Canyon Sainte-Anne avec sa chute de 74 mètres qui gronde entre des gorges vieilles de 1,2 milliard d'années, les sentiers de la Réserve nationale de faune du cap Tourmente, première réserve protégée en Amérique du Nord en 1981 en vertu de la convention de Ramsar sur la protection des aires humides. Le Cap Tourmente est fréquenté par les oies des neiges et plus de trois cents autres espèces d’oiseaux.

Au printemps, la Grande Ferme fait renaître la tradition des semailles, coutume religieuse qui vise à protéger les semences et obtenir des récoltes abondantes. Le Centre d'initiation au patrimoine La Grande Ferme de Saint-Joachim offre des activités à l’année. Des randonnées pédestres, équestres ou à vélo peuvent être faites l'été et du patinage aux flambeaux l'hiver. À l'automne se tient le Festival de l’Oie des Neiges avec de nombreuses activités : observation des oies à la Réserve nationale de faune du cap Tourmente, marché d’automne, spectacles, etc.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
2009 en cours Marc Dubeau Équipe Dubeau  
2001 2009 Gaston Gagnon    
1997 2001 Jean Côté    
1989 1997 Michel Bouchard    
1973 1989 Gaston Gagnon    
1961 1972 Simon Racine    
1951 1961 J. Charles Côté    
1950 1951 Joseph Tremblay    
1941 1950 Adélard Guérin    
1937 1940 Joseph Lessard    
1933 1936 Édouard Leclerc    
1929 1932 Alfred Fortin    
1925 1928 Arthur Racine    
1921 1924 Joseph Gagnon    
1919 1921 Odilon Simard    
1917 1919 Cléophas Lessard    
1914 1916 Roger Racine    
1911 1913 Isidore L'Heureux    
1904 1910 Télesphore Renaud    
1901 1903 Napoléon Fillion    
1892 1901 David Fortin    
1891 1892 François Oct. Lessard    
1872 1891 Roger Lessard    
1862 1871 Pierre Fillion    
1860 1862 Joseph Fortin    
1858 1859 Jean Renaud    
1855 1857 Narcisse Paré    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
1 493 1 471 1 362 1 458 1 441
(Sources : Recensement du Canada)

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Louis-de-Gonzague-du-Cap-Tourmente Saint-Ferréol-les-Neiges Saint-Tite-des-Caps,
Sault-au-Cochon
Rose des vents
Beaupré N
O    Saint-Joachim    E
S
Fleuve Saint-Laurent,
Saint-François-de-l'Île-d'Orléans


La Côte-de-Beaupré (210)

Villes : Beaupré* | Château-Richer* | Sainte-Anne-de-Beaupré*
Municipalités : Boischatel* | Saint-Ferréol-les-Neiges* | Saint-Tite-des-Caps*
Municipalité de paroisse : L'Ange-Gardien* | Saint-Joachim* | Saint-Louis-de-Gonzague-du-Cap-Tourmente*
Territoires non organisés : Lac-Jacques-Cartier | Sault-au-Cochon


* : Membre de la communauté métropolitaine de Québec