Saint-Jean-de-la-Forêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jean.
Saint-Jean-de-la-Forêt
L'église Saint-Jean.
L'église Saint-Jean.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Bretoncelles
Intercommunalité Communauté de communes Cœur du Perche
Maire délégué Marc Peillon
Code postal 61340
Code commune 61409
Démographie
Population 177 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 42″ nord, 0° 38′ 11″ est
Altitude Min. 154 m – Max. 252 m
Superficie 9,37 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Perche-en-Nocé
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 15.svg
Saint-Jean-de-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 15.svg
Saint-Jean-de-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Jean-de-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Jean-de-la-Forêt

Saint-Jean-de-la-Forêt est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Perche-en-Nocé[1].

Elle est peuplée de 177 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au cœur du Perche. Son bourg est à 3,5 km à l'ouest de Nocé et à 6 km à l'est de Bellême[2].

Le point culminant (252 m) se situe au nord, entre les lieux-dits les Chappes et la Mariette. Le point le plus bas (154 m) correspond à la sortie du ruisseau du Pont aux Ânes du territoire, au sud-ouest. La commune est semi-bocagère.

Communes limitrophes de Saint-Jean-de-la-Forêt[3]
Sérigny Colonard-Corubert Colonard-Corubert
Dame-Marie Saint-Jean-de-la-Forêt[3] Nocé
Dame-Marie Saint-Aubin-des-Grois Nocé

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forêt à laquelle se réfère le toponyme est la forêt de Bellême qui était autrefois plus étendue qu'aujourd'hui[4]. La paroisse était dédiée soit à l'apôtre Jean, soit à Jean le Baptiste.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les calvaires de Saint-Jean-de-la-Forêt, à l'exception du petit monument de la Mariette, dont l'origine n'a pu être encore aujourd'hui établie de façon certaine, ont été construits entre les années 1901 et 1922. Cette époque, où l'Europe était à feu et à sang, fut notamment marquée par l'exaltation des sentiments religieux et patriotiques. Les inscriptions et dédicaces qui figurent sur ces calvaires en portent la trace. Sous le ministère de l'abbé Goblet, les calvaires érigés au plus sombre de la guerre saluent la croix et appellent seulement la prière. Ceux qui l'ont été après la victoire ajoutent à la dévotion, l'hommage patriote et la reconnaissance à ses combattants. La commune en compte sept dont un commémore la guerre de 1870[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989 mars 2014 Jean-Claude Guillin SE Agriculteur
mars 2014[6] en cours Marc Peillon SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 177 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Saint-Jean-de-la-Forêt[8]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Saint-Jean-de-la-Forêt a compté jusqu'à 503 habitants en 1821.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
408 470 478 503 482 487 486 482 465
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
486 501 502 474 405 384 396 345 327
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
314 277 211 228 215 195 209 235 219
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014 -
179 139 124 98 115 129 155 177 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean.
  • Église Saint-Jean, romane, remaniée, avec un clocher octogonal couvert en pierres.
  • Presbytère du XVIIIe siècle. Il s'agit d'une gentilhommière, à l'architecture du XVIe siècle, mais modifiée au XIXe siècle[11].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Friedensreich Hundertwasser (1928- 2000), artiste, peintre, penseur et architecte autrichien, achète une propriété à Saint-Jean-de-la-Forêt à la Picaudière dans les années 1950, où il s’installe avec son ami René Brô, peintre également. Il y séjourne fréquemment jusqu'à la fin de sa vie, profitant de son environnement pour se ressourcer[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs du 2 octobre 2015 » (consulté le 22 octobre 2015)
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  4. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-90546-180-2), p. 226
  5. Les Cahiers Percherons, "Les manoirs du canton de Nocé" (1re partie), par Ph. Siguret.
  6. « Marc Peillon accède à la mairie », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 décembre 2014)
  7. « Saint-Jean-de-la-Forêt (61340) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 13 juin 2014)
  8. Date du prochain recensement à Saint-Jean-de-la-Forêt, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Laurence de Calan, Presybtères du Perche, éditions des Amis du Perche, collection "Présence du Perche", juillet 2012, p. 141. (ISBN 978-2-900122-983)
  12. « Association orléannaise Guillaume-Budé - Hundertwasser à la Picaudière » (consulté le 25 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]