Saint-Jean-de-Thouars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Jean-de-Thouars
Saint-Jean-de-Thouars
L'église de Saint-Jean-de-Thouars.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Bressuire
Intercommunalité Communauté de communes du Thouarsais
Maire
Mandat
André Beville
2020-2026
Code postal 79100
Code commune 79259
Démographie
Gentilé Saint-Jeantais
Population
municipale
1 358 hab. (2017 en augmentation de 1,88 % par rapport à 2012)
Densité 274 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 57′ 54″ nord, 0° 12′ 38″ ouest
Altitude Min. 48 m
Max. 111 m
Superficie 4,96 km2
Élections
Départementales Canton de Thouars
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Thouars
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Thouars
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Thouars
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Thouars

Saint-Jean-de-Thouars est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Saint-Jeantais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Thouars est localisée au nord du département des Deux-Sèvres. C'est une commune résidentielle baignée par la rivière le Thouet qui la sépare de Thouars.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Jacques-de-Thouars Thouars Rose des vents
N Missé
O    Saint-Jean de Thouars    E
S
Mauzé-Thouarsais Luzay

Histoire[modifier | modifier le code]

Possiblement fondée au IXe siècle[1], l'abbaye de Saint-Jean de Bonneval-lès-Thouars a bénéficié d'importants domaines accordés par le roi Lothaire en 973[2]. C'est tout naturellement autour de cette abbaye que le bourg de la commune s'est développé.

Sur la carte de Cassini, représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Saint-Jean-de-Bonneval.

Du latin Bonæ vallis[3], le nom « de Bonneval » vient du fait que l'abbaye était située en haut d'une vallée fertile arrosée par un ruisseau[1] ; la commune a été rebaptisée Saint-Jean-de-Thouars en 1910.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Les différents maires qui se sont succédé à Saint-Jean-de-Bonneval puis à Saint-Jean-de-Thouars sont les suivants[4] :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? 20 brumaire de l'an III Ambroise Joubert -  
12 frimaire de l'an III 11 brumaire de l'an IV Pierre Gorry -  
21 frimaire de l'an IV 2 floréal de l'an V Jacques Raineau -  
12 prairial de l'an V 3 germinal de l'an VII Jean Blatteau -  
17 floréal de l'an VII 3 prairial de l'an VIII Guillaume Bertault -  
11 prairial de l'an VIII 27 octobre 1829 Jérôme Genty -  
27 octobre 1829 31 décembre 1853 Pierre Rouger -  
27 février 1854 21 septembre 1865 Auguste Cotilleau -  
24 novembre 1865 18 avril 1871 Maxime Gallot -  
14 mai 1871 9 mars 1874 Louis Hacault -  
11 mars 1874 14 septembre 1876 Henri Deboeuf - Cultivateur
8 octobre 1876 31 décembre 1877 Louis Hacault -  
21 janvier 1878 13 mai 1884 Pierre Grolleau -  
18 mai 1884 14 mai 1889 Henri Deboeuf -  
15 septembre 1889 12 février 1910 Auguste Marcheteau -  
10 mars 1910 13 mai 1912 Baptiste Foucher -  
15 mai 1912 15 mai 1920 René Berthonneau -  
16 mai 1920 15 septembre 1937 Paul Gallot -  
16 septembre 1937 28 octobre 1944 Léon Jussiaume -  
29 octobre 1944 6 mai 1953 Abel Clochard -  
7 mai 1953 26 mars 1977 Abel Bremand -  
27 mars 1977 mars 2001 Jean Bernis - Professeur
mars 2001 réélu en 2008[5] André Béville PS Directeur d'école

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Jean-de-Thouars fait partie de la communauté de communes du Thouarsais et du syndicat du Pays Thouarsais.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune a été labellisée « deux fleurs » par le Conseil national de villes et villages fleuris de France[6].

Économie[modifier | modifier le code]

La zone d'activités économiques Saint-Jean-Missé est l'une des 19 ZAE implantées sur le territoire de la communauté de communes du Thouarsais[7]. Elle s'étend sur 222 849 m². Parmi la cinquantaine d'entreprises ou de professionnels installés sur le territoire de la commune, plus d'une trentaine sont présents au sein de cette ZAE[8].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2017, la commune comptait 1 358 habitants[Note 1], en augmentation de 1,88 % par rapport à 2012 (Deux-Sèvres : +0,74 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
328269325311306324383366345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
337380435444428517555544545
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
519547543512583660626613699
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6506061 0821 2571 3681 3171 3641 3361 353
2017 - - - - - - - -
1 358--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'instruction a commencé à être donnée dans la commune dès 1828[13]. En 2007, la municipalité a inauguré un nouveau groupe scolaire, l'école primaire Bonneval, doté d'un restaurant scolaire[14].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

À chaque fin du mois d'août, se déroule la traditionnelle Fête des battages à l'ancienne mise en place en 2002. Plusieurs animations ponctuent cette fête : vide-greniers, marché des producteurs locaux, manèges, expositions de maquettes, tombola, etc.[15].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose de plusieurs installations sportives : terrain de football, halle des sports, courts de tennis, terrain de beach volley et mur d'escalade. Six clubs sportifs sont recensés sur la commune : le Football-Club Saint-Jean-Missé, le Basket-Ball Saint-Jeantais, le Tennis club Saint-Jeantais, le Volley Loisirs Saint-Jeantais, la Gymnastique volontaire et l'Association Saint-Jeantaise de patinage de loisirs.

À noter que le F.C. Saint-Jean-Missé est le club de football des communes de Saint-Jean-de-Thouars et de Missé. En 2019, ce club comprend 70 licenciés seniors répartis en 3 équipes (une en 3e division et deux en 5e division)[16].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hugues Imbert, Histoire de Thouars, Niort, L. Clouzot, , 415 p. (lire en ligne), pages 377 à 383 Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre-Victor-Jean Berthre de Bourniseaux, Histoire de la ville de Thouars : depuis l'an 759 jusqu'en 1815, Niort, A.-P. Morisset, , 318 p. (lire en ligne), pages 89 à 94
  2. Selon une charte du roi Lothaire datée du 17 juin 973 à Poitiers.
  3. Henri Beauchet-Filleau, Pouillé du diocèse de Poitiers, L. Clouzot (Niort) et H. Oudin (Poitiers), (lire en ligne), page 180
  4. « Liste des maires », sur http://stjeandethouars.free.fr (consulté le 15 août 2020)
  5. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  6. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2017.
  7. « Zones d'activités économiques du Thouarsais », sur https://www.thouars-communaute.fr (consulté le 15 août 2020)
  8. « Espace économique de la commune de Saint-Jean-de-Thouars », sur http://stjeandethouars.free.fr (consulté le 15 août 2020)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. Victor Chudreau, « Monographie des écoles pour la commune de Saint-Jean-de-Thouars », sur https://archives-deux-sevres-vienne.fr/, (consulté le 15 août 2020)
  14. « Inauguration de l'Ecole primaire de Bonneval », sur http://stjeandethouars.free.fr, (consulté le 15 août 2020)
  15. « La Fête des battages, 18e édition », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2020)
  16. « Le FC Saint-Jean-Missé veut mieux faire », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2020)
  17. *Hugues Imbert, Histoire de Thouars, Niort, L. Clouzot, , 415 p. (lire en ligne), page 382