Saint-Jacut-du-Mené

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Jacut-du-Mené
Saint-Jacut-du-Mené
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Intercommunalité Communauté de communes du Mené
Statut Commune déléguée
Code postal 22330
Code commune 22303
Démographie
Gentilé Jaguin, Jaguine
Population 734 hab. (2013)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 03″ nord, 2° 28′ 50″ ouest
Altitude 200 m
Min. 150 m
Max. 296 m
Superficie 19,81 km2
Élections
Départementales Plénée-Jugon
Historique
Date de fusion
Commune(s) d'intégration Le Mené
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Saint-Jacut-du-Mené
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Saint-Jacut-du-Mené
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Jacut-du-Mené
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Jacut-du-Mené

Saint-Jacut-du-Mené [sɛ̃ʒakydyməne] est une ancienne commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle du Mené.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Jacut-du-Mené se situe en Centre Bretagne, à égale distance de Saint-Brieuc, Rennes et Dinan.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ecclesia Sancti Jacuti de Selmene en 1163, Parochia de Sancto Jacuto du Mene en 1269, Parochia de Sancto Jacuto en 1271[1].

Sant-Yagu-ar-Menez en breton[2].

Saint-Jacut-du-Mené vient de l’abbaye Saint-Jacut-de-la-Mer, encore surnommée jadis Saint-Jacut-de-l'Isle[1]. L’addition « -du-Mené » apparaît dès le , cela vient du breton menez qui signifie « montagne ».

C'est par un décret du , que la paroisse de Saint-Jacut-du-Mené est réunie à celle de Collinée ; puis séparée par l'ordonnance du [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est agrandi à deux reprises aux dépens d'autres communes :

  • Arrêté du  : de l'enclave de Bransart ou Bransac (le Gouray) ;
  • Loi du  : la Chênaie (la Gouillère ou La Goulière), la Ruais, la Haye et la Roche (la Tiolais ou La Thiollaye).

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Le Monument aux Morts de Saint-Jacut-du-Mené fait état de 65 soldats Morts pour la France.[3]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le , le projet de création d'une commune nouvelle en remplacement de la Communauté de communes du Mené est approuvé par les conseils municipaux des sept communes concernées. La nouvelle entité baptisée Le Mené doit voir le jour le [4]. L'arrêté préfectoral du a officiellement créé la nouvelle commune[5].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2015 Claude Perrin DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 734 habitants, en augmentation de 1,1 % par rapport à 2008 (Côtes-d'Armor : 1,65 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5995987086166316846927731 033
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0391 0391 1161 1161 3001 3061 3491 3371 345
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3641 3421 2761 1721 0569931 006912776
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
746725712677666716726734-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le principal employeur est le groupe Kermené, filiale des Centres E. Leclerc spécialisé dans la boucherie, qui se déploie sur 200 hectares, emploi en 2020 2 800 salariés, abat par an 2 millions de porcs et 162 000 gros bovins ; son siège social est présent dans la commune. L'abattoir livre par camion plusieurs fois par semaine 784 centres E. Leclerc en France, en Espagne, au Portugal et en Slovénie[10].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château du Parc - Inscrit aux M.H.
  • L'église Saint-Jacut.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Saint-Jacut-du-Mené »
  2. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  3. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=55410
  4. « Le Mené devient la plus grande commune de Bretagne », Ouest-France, 23 mars 2015.
  5. « Commune nouvelle. Le Mené : c’est signé ! », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  10. Journal Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, n° du 16 mai 2020.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :