Saint-Hilaire-sous-Romilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Hilaire.

Saint-Hilaire-sous-Romilly
Saint-Hilaire-sous-Romilly
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Arrondissement de Nogent-sur-Seine
Canton Romilly-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes des portes de Romilly-sur-Seine
Maire
Mandat
Michèle MERESSE
2016-2020
Code postal 10100
Code commune 10341
Démographie
Population
municipale
342 hab. (2016 en diminution de 2,56 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 02″ nord, 3° 39′ 18″ est
Superficie 20,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-sous-Romilly

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-sous-Romilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-sous-Romilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-sous-Romilly

Saint-Hilaire-sous-Romilly est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tographie[modifier | modifier le code]

L'adjonction de sous-Romilly a été autorisé le 4 février 1919, par décret.

Au cadastre de 1810 se trouvait au territoir : les grandes et petites Brayes, Haute-Borne, le Château-Mahiet, Chauffaugne, Faverolles, Grand-Faillet et Fayet, Fourneau, Grève, Hôtel-Dieu, Longueperte, Maladière, Marais, Mesnil, Minet, les moulins à vent de la Grève et du Pommereau, Pont-Aubry, Possesse, La Rivière, Saint-Antoine de Padoue, Tombelle, Vallées, les Vignes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y avait un prieuré au territoire, sous le vocable de Saint-Hilaire, il dépendait de l'abbaye de Molesme, il peut être considéré que la création fut faite vers 1110 par les donations concomitantes de Philippe de Pont, évêque de Troyes et Garnier, alors seigneur de Pont et Traînel. Il faut noter que Garnier avec les droits sur les bois, terres et pêches exemptait les hommes de Pont ou Traînel qui viendraient à s'installer là.

En 1789 le village relevait de l'intendance et de la généralité de Paris, de l'élection de Nogent et du bailliage de Troyes.

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée simplement Saint-Hilaire, porta provisoirement le nom de Montfayet[1].
C'est en 1919 que la commune adopta le nom de Saint-Hilaire-sous-Romilly[1].

Les Vignes[modifier | modifier le code]

Existait comme seigneure au XIIe siècle avec l'hoir de Berneré de Vignes qui était vassal de Pont-sur-Seine en 1172, de Mannessier de Courmononcle vers 1250 et qui subsistait jusqu'en 1728 Louis le Bouthillier de Chavigny, marquis de Pont. Elle fut ensuite une ferme.

Pommereau[modifier | modifier le code]

C'est un hameau qui avait une chapelle Saint-Antoine, qui était un fief qui relevait pont-sur-Seine. En 1173 il y avait deux seigneurs et Henri le Libéral, l'un d'eux, donnait le bois de Pommerau au chapitre Saint-Étienne.

Mesnil-les-Pars[modifier | modifier le code]

En partie au territoir et sur celui de Pars-lès-Romilly .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 ? Bertrand Journé[2] LR Agriculteur retraité
? En cours Michèle MERESSE Qualité=  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2016, la commune comptait 342 habitants[Note 1], en diminution de 2,56 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
336368357319365403382409413
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
422424406401352349349313289
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
289319340328342328282305302
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
265259289318347333373378331
2016 - - - - - - - -
342--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église était un secours de la paroisse de Gelannes puis une paroisse en 1728. Elle dépendait alors du doyenné de Marigny. Elle se trouve sur une butte qui devait marquer la place de l'ancien village et la base de sa tour date du XIIe.
  • Monument aux morts
  • Mairie
  • Noue des rois
  • Lavoir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :