Saint-Gilles-de-Crétot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Gilles-de-Crétot
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Notre-Dame-de-Gravenchon
Intercommunalité CA Caux-Vallée de Seine
Maire
Mandat
Frédérique Coulon
2014-2020
Code postal 76490
Code commune 76585
Démographie
Population
municipale
433 hab. (2014)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 33′ 33″ nord, 0° 38′ 43″ est
Altitude Min. 32 m – Max. 141 m
Superficie 6,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gilles-de-Crétot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gilles-de-Crétot

Saint-Gilles-de-Crétot est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie.

Elle fait partie du Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur le vaste plateau calcaire du Pays de Caux entrecoupé de vallons secs. Essentiellement consacrés au labour, les champs ouverts sont parsemés de clos-masures. Sans équivalent dans le monde, ces fermes traditionnelles constituent de véritables marqueurs paysagers. Regroupant l'habitation principale à pans de bois, les bâtiments agricoles et les vergers, elles sont entourées d'un talus (qu'on appelle ici un fossé !) surmontés d'une double rangée d’arbres.

Ensoleillement

Nombre moyen d'heures par an : autour de 1520 heures.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Aubin-de-Crétot Bois-Himont Rose des vents
Saint-Nicolas-de-la-Haie N Maulévrier-Sainte-Gertrude
O    Saint-Gilles-de-Crétot    E
S
Saint-Arnoult

Histoire[modifier | modifier le code]

La terre de Crétot est une ancienne baronnie.

Au XVIe siècle, le seigneur de Saint-Gilles était « franc bouteiller hérédital de Normandie. Il est tenu, quand le roi fait son entrée dans la ville de Rouen, de servir à boire à sa majesté, une fois seulement pendant son règne. À cause de ce service, il a le droit de prendre pour lui la coupe où le roi a bu. »

« Il y eut autrefois à Saint-Gilles les seigneuries de la Bouteillerie, de la Picotière et de la Viézaire ; les châteaux des deux dernières sont encore debout. Au manoir de la Viézaire, chapelle domestique aujourd’hui abandonnée. » (Abbés J. Bunel & A. Tougard, 1876)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Gilles-de-Crétot

Les armes de la commune de Saint-Gilles-de-Crétot se blasonnent ainsi :
D’azur au dextrochère armé d’argent tenant une lance d’or posée en pal avec une bannière aussi d’argent chargée d’une bande ondée de gueules.[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs (voir aussi Mairie : http://saintgillesdecretot.pagesperso-orange.fr
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2001 Jacques Vanier    
mars 2001 mars 2014 Colette Vanier    
mars 2014 Frédérique Coulon    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 433 habitants, en augmentation de 14,55 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
390 456 483 464 480 483 461 441 450
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
410 437 427 365 335 317 301 286 239
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
240 243 250 229 214 196 171 213 184
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
184 188 182 194 253 268 316 399 433
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de la Viézaire
  • Château de la Picotière, glacière du XIXe siècle
  • Manoir de Coquesoit
  • Église Saint-Gilles[6]
  • Menhir : un bloc de calcaire de 2,70 m de long situé de nos jours sur la commune d'Allouville-Bellefosse mais provenant de la ferme de la Bouteillerie pourrait correspondre à un menhir. La prospection du secteur par Jean-Pierre Watté, archéologue cauchois, a permis de recueillir une série d'objets pouvant être rattachés à un Néolithique moyen (autour de 4000 ans avant Jésus-Christ) : lames, percuteurs et outils en silex taillés.

Les travaux de Jean-Pierre Watté ont été publiés dans les actes des journées archéologiques de Haute -Normandie des 24 au organisées par le Centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie et la Société normande d'études préhistoriques et historiques. Jean-Pierre Watté conclut qu'aux monuments mégalithiques possibles, il convient d'ajouter le « menhir de la Bouteillerie » à Saint-Gilles-de-Crétot, même si l'existence de celui-ci ne peut être attestée que par un faisceau de présomptions.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri IV est passé à Saint-Gilles-de-Crétot.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]