Saint-Germain-du-Seudre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.
Saint-Germain-du-Seudre
Mairie de Saint-Germain-du-Seudre
Mairie de Saint-Germain-du-Seudre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Jonzac
Canton Pons
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute-Saintonge
Maire
Mandat
Jean-François Corbière
2014-2020
Code postal 17240
Code commune 17342
Démographie
Gentilé Saint-Germinois
Population
municipale
427 hab. (2014en augmentation de 18.94 % par rapport à 2009)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 43″ nord, 0° 40′ 02″ ouest
Altitude Min. 22 m
Max. 54 m
Superficie 16,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Germain-du-Seudre

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Germain-du-Seudre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-du-Seudre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-du-Seudre

Saint-Germain-du-Seudre est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine). Ses habitants sont appelés les Saint-Germinois et les Saint-Germinoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Germain-du-Seudre se situe dans le sud-ouest du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au midi de la France — on parle plus précisément de « midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle est partie intégrante du Grand Sud-Ouest français, et est parfois également incluse dans un Grand Ouest aux contours plus flous.

Saint-Germain-du-Seudre est proche de Gémozac.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Germain-du-Seudre
Virollet Gémozac
Brie-sous-Mortagne Saint-Germain-du-Seudre Champagnolles
Floirac Saint-Fort-sur-Gironde

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Seudre

Le village est situé à proximité de la source de la Seudre et près d'un de ses petits affluents qui s'appelle le Seudre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Josette Rapet SE Retraitée du trésor public
2014 en cours Jean-François Corbière   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 427 habitants, en augmentation de 18,94 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
796 810 776 710 790 812 844 818 822
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
831 806 813 741 704 741 701 681 667
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
645 640 598 585 550 546 553 506 455
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
414 399 378 363 346 330 364 359 427
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Les exploitations agricoles comprennent essentiellement vignobles (pour le cognac) et céréales.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Eutrope Dupon, (1823-1897), né et décédé (durant son mandat de député) à Saint-Germain-du-Seudre, fut député de 1893 à 1897 Assemblée Nationale

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Germain
  • Église Saint-Germain : si les origines de cette église paroissiale remontent au XIe siècle, le sanctuaire est repris et prolongé d'une travée à l'issue de la guerre de cent ans. Dévastée durant les guerres de religion, elle est relativement épargnée par les troubles révolutionnaires. Le clocher abrite une cloche de 300 kilos fondue le 10 août 1834.
  • Le château de Roussillon : édifié au XVIe siècle et XVIIe siècle.
  • Le logis du Rail : ancien domaine agricole, le logis a été édifié principalement au XVIIIe siècle par la famille Moré.
  • Abbaye de Cormeilles : fondée vers 1115, elle fut ruinée pendant les guerres de religion. Il n'en reste que des vestiges, en particulier la partie inférieure de l'ancienne église abbatiale (XIIe siècle) composée d'un portail roman à double archivolte, encadré de deux arcades aveugles.
  • La Motte à Barbu : tertre de forme ellipsoïdale (35 m de long, 10 m de large et 3 m de hauteur) ; les fouillées partielles de 1976 y ont mis au jour des tessons de poteries médiévales laissant supposer que l’édifice était une motte castrale[7].
  • La Borne de Perissac : pierre dressée servant de borne séparative entre les communes de Gémozac, Champagnolle et Saint-Germain-du-Seudre qui à l'origine pourrait être un menhir ou un vestige de dolmen[7].

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. a et b Jean-Sébastien Pourtaud et Yves Olivet, Dolmens, menhirs, tumulus et pierres de légendes de Charente-Maritime, Rioux-Martin, Le Croît Vif, , 231 p. (ISBN 9782361995294), p. 208-209

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://stgermainduseudre.monsite-orange.fr/