Saint-Georges-d'Aunay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Georges, Saint Georges (homonymie), Georges et Aunay.

Saint-Georges-d'Aunay
Saint-Georges-d'Aunay
L'église Saint-Georges.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Aunay-sur-Odon
Intercommunalité Communauté de communes Pré-Bocage Intercom
Maire délégué Sébastien Olivier
2016-2020
Code postal 14260
Code commune 14579
Démographie
Gentilé Saint-Georgeais
Population 717 hab. (2015)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 13″ nord, 0° 40′ 52″ ouest
Altitude Min. 117 m
Max. 325 m
Superficie 23,51 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Seulline
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 15.svg
Saint-Georges-d'Aunay

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 15.svg
Saint-Georges-d'Aunay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Georges-d'Aunay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Georges-d'Aunay

Saint-Georges-d'Aunay est une ancienne commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Seulline.

Elle est peuplée de 717 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord du Bocage virois, plus précisément dans une région aujourd'hui appelée Pré-Bocage, désignation récente, sorte de seuil du Massif armoricain. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie place le sud boisé de la commune au nord de l'unité du synclinal bocain caractérisée par « une alternance de lambeaux boisés sur les crêtes et de paysages semi-ouverts »[1]. Le reste du territoire y est classé au sud-ouest du Pré-Bocage que l'atlas définit comme « paysage de transition entre la campagne découverte caennaise et les hauteurs embocagées du synclinal bocain »[2].

L'autoroute A84, dont l'échangeur no 42 est sur la limite avec Coulvain, emprunte le nord du territoire. La commune est également traversée par la route départementale no 54 reliant Aunay-sur-Odon à l'est, à Cahagnes et Caumont-l'Éventé, au nord-ouest. Le sud du territoire est parcouru d'ouest en est par la D 291A qui permet de joindre La Bigne à Aunay-sur-Odon, et par la D 290 qui relie Ondefontaine au sud à la D 54. Le bourg, accessible par des voies communales, est situé entre la D 54 et l'échangeur autoroutier.

Le sud du territoire, parcouru par l'Odon, est dans le bassin de l'Orne, à laquelle l'Odon donne ses eaux à Caen. La vallée de la Seulline occupe le nord de la commune qui est donc dans le bassin de la Seulles avec laquelle la rivière conflue entre Saint-Louet-sur-Seulles et Villy-Bocage.

Le point culminant (325/326 m) se situe tout au sud, en limite d'Ondefontaine, près du bois de Buron. Le point le plus bas (117 m) correspond à la sortie du territoire du ruisseau de Beslondes, un affluent de l'Odon, à l'est du bourg.

La pluviométrie annuelle avoisine les 1 000 mm[3].

Les principaux lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire, le Hamel, Angerville, les Landes, la Bosquerie, la Butterie, la Scellerie, Craham, la Vallée, les Parts, les Petits Champs, le Bourg, Courcelles, Charleval, le Petit Coucou, le Manoir, la Lande, la Monnerie, la Gare, le Moulin Neuf, la Jouerie, la Porte Vautier, Quévrus, Sous le Bosq, la Manchonnière, la Fresnée, les Épinettes, Buron, la Roserie, Laumont, la Jurée, la Perdrière, Coigny, Cabourg, Raville, Beaussieu, les Marronniers, Saulques, Pied Taillis, le Suret, la Donjonnerie, la Coudraille, Mondehard, le Breuil, la Survillette, le Monde Ancien et Pitot[4].

Communes limitrophes de Saint-Georges-d'Aunay[5]
(comm. nouv. de Seulline)
Coulvain
(comm. nouv. de Seulline)
Tracy-Bocage, Maisoncelles-Pelvey Longvillers
Jurques Saint-Georges-d'Aunay Aunay-sur-Odon
La Bigne
(comm. nouv. de Seulline)
Ondefontaine Aunay-sur-Odon

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse est dédiée à Georges de Lydda, martyr chrétien du IVe siècle. Le village est à proximité d'Aunay-sur-Odon, dont le toponyme provient du latin Alnus, « Aulne ».

Le gentilé est Saint-Georgeais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , la ligne Caen - Aunay-Saint Georges est ouverte. Elle est ensuite prolongée jusqu'à Vire le [6].

Le , Saint-Georges-d'Aunay intègre avec Coulvain la commune de Seulline[7] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Saint-Georges-d'Aunay et Coulvain deviennent des communes déléguées et Saint-Georges-d'Aunay est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1974 Henri Declomesnil Droite[réf. nécessaire] Agriculteur
1977[8] décembre 2015 Claude Hamelin[9] DVD Agriculteur, conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal était composé de quinze membres, dont le maire et trois adjoints[9]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Seulline le jusqu'en 2020, Claude Hamelin est élu maire de Seulline et Sébastien Olivier est élu maire délégué de Saint-Georges-d'Aunay[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune comptait 717 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2008, 2013, 2018, etc. pour Saint-Georges-d'Aunay[11]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Au premier recensement républicain, en 1793, Saint-Georges-d'Aunay comptait 1 668 habitants, population jamais atteinte depuis.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6681 5911 6501 5801 6251 6411 5911 4871 510
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4531 4351 3821 2591 1271 1301 1211 1131 077
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
984980840717776761753730706
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2015
717667600594571658707717717
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Une ferme hélicicole est établie sur la commune depuis 2005[14].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La statue de saint Georges terrassant le dragon.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Un méchoui annuel est organisé le deuxième dimanche de septembre, permettant la rencontre des habitants de Saint-Georges et des alentours.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr (Dreal Basse-Normandie) - Les unités de paysage : Unité 7.4.1 : Le synclinal bocain, montagne aux stigmates de l’abandon » (consulté le 17 octobre 2012)
  2. [PDF] « www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr (Dreal Basse-Normandie) - Les unités de paysage : Unité 5.3.1 : Le Pré-Bocage, une vallée et son encadrement » (consulté le 17 octobre 2012)
  3. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  4. Géoportail, « Saint-Georges-d'Aunay » .
  5. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  6. Histoire chronologique des chemins de fer européens et russes
  7. « Recueil des actes administratifs du 23 décembre 2015 », sur le site de la préfecture du Calvados (consulté le 11 avril 2016).
  8. « Cantonales : Claude Hamelin (Divers droite) brigue un troisième mandat à Aunay-sur-Odon », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 22 août 2015)
  9. a et b Réélection 2014 : « Saint-Georges-d'Aunay (14260) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er mai 2014)
  10. « Seulline a connu son premier conseil municipal, à St-Georges-d'Aunay », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 avril 2016)
  11. Date du prochain recensement à Saint-Georges-d'Aunay, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 .
  14. « Ouestfrance-entreprises.fr - L'escargot de l'Odon (14) surfe sur la vague culinaire » (consulté le 24 novembre 2013)
  15. « Œuvres mobilières à Saint-Georges-d'Aunay », base Palissy, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :