Saint-Genest-sur-Roselle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Genest-sur-Roselle
Saint-Genest-sur-Roselle
La mairie de Saint-Genest-sur-Roselle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Condat-sur-Vienne
Intercommunalité Communauté de communes Briance - Sud-Haute-Vienne
Maire
Mandat
Jean-François Ducher
2014-2020
Code postal 87260
Code commune 87144
Démographie
Population
municipale
516 hab. (2015 en augmentation de 8,86 % par rapport à 2010)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 14″ nord, 1° 25′ 37″ est
Altitude Min. 270 m
Max. 421 m
Superficie 19,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Genest-sur-Roselle

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Genest-sur-Roselle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Genest-sur-Roselle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Genest-sur-Roselle

Saint-Genest-sur-Roselle est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Genest-sur-Roselle en Haute-Vienne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Genest-sur-Roselle[1]
Saint-Paul
Saint-Hilaire-Bonneval Saint-Genest-sur-Roselle Saint-Bonnet-Briance
Vicq-sur-Breuilh Glanges

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Sans-Préjugé[2].

En occitan, la commune s'appelle Sent Giniés.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1600, on la retrouve sous le nom de Saint-Genyeix, on y trouvait 180 feux (environ 700 habitants). L'agriculture y dominait, on y cultivait le froment, le seigle, la vigne et les châtaigneraies. Les seigneurs possédant la commune étaient messieurs de Sauveboeuf de Pierre-Buffière, l’évêque et les jésuites de Limoges ainsi que le seigneur de Valage.

En 1700, la famille Bégougne était la famille la plus importante de la commune, les villages de Fardissoux, Juniac et la Pauserie lui appartenaient. Les Bégougne étaient originaires de Roziers Saint Georges, qu'ils quittèrent en 1620. Jean Bégougne de Juniac fut gendarme dans la garde royale en 1772, devint colonel du premier hussard, puis baron de l'Empire en 1809. Son frère Paul-Étienne fut maire de Saint-Genest et bâtit la maison neuve de Juniac à la fin du XVIIIe siècle. Mais les Bégougne sont surtout des membres du clergé : Jean Bégougne fut curé de Saint-Genest, emprisonné durant la terreur, remis en liberté, il reprit sa charge et mourut en 1823.

Au début de la Révolution, le Limousin était la province la plus pauvre de France, la Haute-Vienne était divisée en deux. Le Nord, plus riche et plus ouverte, voyait partir nombre de ses enfants vers d'autre provinces où ils exerçaient trois ou quatre mois par an les métiers de scieur de long ou de maçon. Le Sud, plus pauvre, vivait pratiquement en autarcie.

En 1789, on y trouvait environ 690 habitants, répartis dans ce qui est encore le territoire communal. Les artisans étaient nombreux, au bourg il y avait trois aubergistes et un cabaretier, un maçon, Martial DUBOIS. Dans les villages, on trouvait notamment Guillaume Sarre maçon à Maraval, Léonard Pauliac charpentier et Joseph Faure meunier à Teignac. Léonard Faure charpentier aux maisons neuves. Il y avait aussi des tisserands qui travaillaient le chanvre, des bouviers qui transportaient les grains, des charrons, des taillandiers qui fabriquaient les outils agricoles et des forgerons.

Catherine Filhoulaud était l'accoucheuse de la commune, Gay-Delage en était le curé. Le doyen de Saint-Genest était Léonard Fauché du bourg, âgé de 73 ans. Les vieux avaient une importance particulière surtout pendant les réquisitions militaires, nombreuses en 1792 et 1793. En effet quand un jeune de la commune ne savait pas la date exacte de sa naissance, importante pour le recensement militaire, le maire faisait appeler les trois plus anciens qui se concertaient et déterminaient l'âge du futur volontaire. Les noms de familles les plus fréquents étaient : Fauché, Duché, Dubois, Faure, Demars et Sarre.

Le tout premier maire de Saint-Genest fut Pierre Lalet. Pardou Lagrange, propriétaire à la Nadalie, fut le premier agent national nommé par le district.

En 1793, c'est Léonard Sarre, propriétaire au Pouyol, qui remplaça Pierre Lalet à la tête de la commune. Sarre est une figure marquante de Saint-Genest, il donna à la commune une véritable impulsion révolutionnaire, son anticléricalisme radical lui attira les foudres des curés et d'une certaine partie de la population. Les officiers municipaux était : Pierre Faure, Pierre Blanchon, Jean Narbonne, Pierre Fauché dit Broque, Pierre Chabrié, Pierre Mandeix et Guillaume Roux dit Belliqué. C'est en 1793 que commence le registre municipal (il en existait un avant mais il a été égaré).

La Terreur instituée par Robespierre en septembre sera relayée par l'administration jusque dans les plus petits villages, Les églises furent fermées et rebaptisées Temples de la raison et devaient servir la cause de la Révolution. Les biens du clergé deviennent biens nationaux. Ainsi, la prairie située devant l'église fut vendue et l'argent de cette vente renfloua les caisses de la commune. Le presbytère devint maison commune, siège du corps municipal et de toutes les réunions publiques. On y emprisonna même des réfractaires et on y brûla des faux assignats. Malgré la vente des biens du clergé, la commune demeura très pauvre. L'agriculture subit les caprices de la météo. En juillet 1792, un « affreux ouragan », terme emprunté au registre municipal, frappa la commune. L'année suivante, un orage de grêle détruisit les récoltes. Six commissaires, nommés par le maire évaluèrent les pertes à plus de 600 livres. On peut lire dans leurs conclusions, que la moitié des récoltes de blé noir, de chanvre et quelques arbres fruitiers furent détruits.au printemps suivant, une terrible sécheresse emporte les épis qui avaient résisté à la grêle. Face à cette catastrophe, le maire prit des mesures importantes, il interdit aux aubergistes de donner du pain aux habitants de la commune afin de garder ce pain pour les étrangers de passage. Il décida aussi de vendre du bois communal qui servit à la construction de bateaux dans le port de Rochefort.

Christophe Dijoux

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Marcel Gaguet SE  
mars 2008 en cours Jean-François Ducher[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2015, la commune comptait 516 habitants[Note 1], en augmentation de 8,86 % par rapport à 2010 (Haute-Vienne : -0,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
656 719 678 768 706 728 707 746 713
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
702 658 703 691 642 668 664 744 681
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
667 650 635 619 587 559 544 517 506
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
439 427 346 361 393 385 411 464 509
2015 - - - - - - - -
516 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de Saint-Genest n'a cessé de décroître, au XVIIIe siècle on y trouvait 1 300 hab., en 1680 il y avait 700 hab., en 1789 il y avait 690 hab., un peu moins de 400 habit. en 2000 et aujourd'hui on y trouve un peu moins de 500 habitants.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.

Saint patron : saint Genest, martyr fêté le 25 août.

Saint-Genest possède une des 18 églises fortifiées du Limousin. Église romane au portail de style limousin et au clocher carré à éléments de fortification. Son style indique le XIIe siècle. Nef de trois travées terminées par le chœur formé d'une travée et d'une abside demi circulaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Marcel Rigout est inhumé, dans le cimetière de Saint-Genest-sur-Roselle.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]