Saint-Genès-de-Fronsac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Genès-de-Fronsac
Saint-Genès-de-Fronsac
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Libourne
Canton Le Nord-Gironde
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Fronsac
Maire
Mandat
Brigitte Bernaleau
2014-2020
Code postal 33240
Code commune 33407
Démographie
Population
municipale
775 hab. (2015 en augmentation de 8,09 % par rapport à 2010)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 30″ nord, 0° 21′ 21″ ouest
Altitude Min. 24 m
Max. 64 m
Superficie 6,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Genès-de-Fronsac

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Saint-Genès-de-Fronsac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Genès-de-Fronsac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Genès-de-Fronsac

Saint-Genès-de-Fronsac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans l'aire urbaine de Bordeaux.

Elle est située dans le canton de Fronsac et fait partie de la communauté de communes du Fronsadais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Genès-de-Fronsac[1]
Marcenais
Val de Virvée Saint-Genès-de-Fronsac[1] Périssac
Mouillac Vérac

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 1992 André Bernaleau    
mars 2008 en cours Brigitte Bernaleau Apparentée PCF Employée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2015, la commune comptait 775 habitants[Note 1], en augmentation de 8,09 % par rapport à 2010 (Gironde : +6,85 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
341 339 295 309 371 329 317 336 328
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
325 313 323 323 331 363 353 326 335
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
335 345 353 352 329 319 319 286 294
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
261 269 267 371 550 576 644 717 775
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Barthélémy
Photographies de Brutails, circa 1890
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg L'église Saint-Barthélémy, inscrite[6] à l'inventaire des Monuments historiques depuis 1925, date du XIIe siècle. Elle conserve encore de nombreux éléments de sa construction primitive[7].
L'extérieur : Les extrémités occidentale et orientale de l’église, ainsi que la base du clocher, situé sur le bras nord du transept, datent du XIIe siècle. Un bas côté de deux travées, voûté d’ogives, est ajouté au sud de la nef vers la fin du XVe siècle.
La façade est sculptée de trois arcades en plein cintre. Le portail situé dans l’arcade centrale est orné de deux voussures, la supérieurs étant ornée. Ces voussures retombent de chaque côté sur deux colonnes aux chapiteaux nus, dont les pierres d’appui continuent en bandeau dans les voussures latérales. Au dessus de l’arcature, une corniche à modillons variés, un pan de mur en rectangle long, la base du pignon triangulaire à trois côtés ornés.
Le mur nord est construit en bel appareil, sous une corniche à modillons nus, un contrefort plat, une baie rectangulaire ébrasée sous cintre monolithe. Une tourelle rectangulaire de l’escalier du clocher, le haut en retrait sous la corniche, des fentes étroites d’éclairages, une porte basse dont le linteau repose sur des pierres d’angles moulurées, et une banquette.
Le clocher est étayé à ses angles par d’énormes contreforts à talus doubles. Au dessus, en bel appareil, les deux étages du XVIe siècle sont séparés par une corniche. Le premier étage est le plus grand, est on y voit des baies romanes nues. Le deuxième étage à de petites ouvertures carrées sous un avant toit à arceaux. En bas de la face est du clocher, une baie romane éclaire la chapelle.
L’abside : Un pan droit, au nord est, une corniche à mi-hauteur, avec des modillons variés, un contrefort plat à l’angle du clocher, une baie romane à cintre monolithe. Un contrefort plat, et un pan courbe de l’abside toujours sous la corniche. Un énorme contrefort à talus désaxé vers le sud, rejoint par le mur de la sacristie.
Mur sud : mur à baie romane, un contrefort à talus à demi inclus dans le bâtiment bas des fonts baptismaux éclairé par 2 petites ouvertures sud.
Intérieur : Après le portail occidental, la nef, au contre-bas de trois marches, est décorée d'un plafond de plâtre sur treillis de bois, murs blanc ornés de faux joints à fleurettes rougeâtres, quatre niches à statues et baies à vitrées au sud.
Au sud-ouest, une petite pièce avec petites baies abritant des fonts baptismaux en pierre sculptée.
Le chœur, sous l’arc triomphal, prolonge la nef avec le sanctuaire en demi-cercle. Des murs à faux joints à fleurs, à l’entrée deux baies ébrasées à vitraux.
A l’est, l'autel de pierre galbé, sculpté de palmes et surmonté d’un retable à trois panneaux moulurés, celui du centre est garni d’un grand tableau de saint Barthélemy.
Deux bénitiers en marbre datant de 1774, dont l’une repose sur une console sculptée, sont placés à l’entrée de la nef.
Sous le clocher se trouve la chapelle de la Vierge, voûtée en berceau brisé, avec un arc triomphal à colonnes aux chapiteaux nus.
La Chaire est en pierre, avec une cuve à pendentif, sculptée de facettes moulurées et fleuries.
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Saint Barthélemy : L’église de Saint-Genès-de-Fronsac rend hommage à son saint patron saint Barthélémy, en conservant un tableau à son effigie datant du début du XVIIIe siècle.
L’oeuvre est accrochée au-dessus d’un autel en pierre sculptée. Elle s’ajoute à deux statues représentant le saint Barthélémy.
Ce tableau représente le martyre de saint Barthélémy. A cause de ses nombreuses prédications, celui-ci est capturé par Astiage, le frère du roi Polème que Barthélémy amène à se convertir. Astiage n’ayant pas réussi à faire abjurer l’apôtre, le fait écorcher vif et crucifier. Selon une autre tradition, Barthélémy est décapité.
Le tableau est réalisé en 1784 par l’artiste canadien François Malepart de Beaucourt[8].
Le tableau est classé[9] au Monuments historiques depuis 1906.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. « Fiche d'inscription de l'église », notice no PA00083743, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. L'église Saint-Barthélémy sur le site de l'Office de Tourisme du Fronsadais.
  8. Madeleine Major-Frégeau, « François Malepart de Beaucourt », Dictionnaire biographique du Canada,‎ (lire en ligne)
  9. « Fiche de classement du tableau de St Barthélémy », notice no PM33000695, base Palissy, ministère français de la Culture


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :