Saint-Gein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Gein
Église Saint-Pierre de Saint-Gein.
Église Saint-Pierre de Saint-Gein.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Mont-de-Marsan
Canton Adour Armagnac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Villeneuve-de-Marsan en Armagnac Landais
Maire
Mandat
Marinette Bonazza
2014-2020
Code postal 40190
Code commune 40259
Démographie
Gentilé Saint-Génois,Saint-Génoise
Population
municipale
431 hab. (2015 en diminution de 3,79 % par rapport à 2010)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 10″ nord, 0° 18′ 00″ ouest
Altitude Min. 69 m
Max. 127 m
Superficie 17,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Saint-Gein

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Saint-Gein

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gein

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gein

Saint-Gein est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes (région Nouvelle-Aquitaine). Le cœur du village est desservi par la D934. L'A65 traverse une partie de la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de Ludon, affluent gauche de la Midouze dans le bassin versant de l'Adour, traverse le territoire de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle Saint,Gein faisait partie du bailliage de Perquie (Arch des H-Pyr.E 12). Dans une lettre d' Edouard I, roi d'Angleterre du 12 avril 1284, il s'agit d'une bastide Sancti Genii in Marciano, fondée par Sanche Loup de Lamensans, seigneur du Castandet en paréage avec Raymond de Mirailh, connétable de Bordeaux au nom du roi d'Angleterre : super bastida et nova populatione facienda in castro et loco de Santo Genio, ce qui prouverait l'existence d'un point fortifié antérieur à la bastide (Curie-Seimbres, Gardelles).

Il semblerait que Saint-Gein faisait partie de la vicomté de Juliac. Plus tard, il faisait partie de la sénéchaussée de Saint-Sever. Le château de Type béarnais du XVe ou XVI siècle qui appartient aujourd'hui à la famille de Luzan a du subir des transformations à diverses époques. On a pu s'en convaincre par des fouilles pratiquées en plusieurs endroits qui ont mis au jour une quantité de pierres et briques calcinées et mélangées avec du charbon de bois. A l'est, une petite chapelle assez bien conservée, date probablement due la première construction du château. La partie centrale remonte à la dernière période du Moyen Âge ou au début de la Renaissance.[1] C'est Ancienne église Notre-Dame de Saint-Gein, bâtie probablement vers le XIIIe siècle. Au centre du village, église Saint-Pierre de Saint-Gein

date du XIVe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 2008 Guy Larrieu SE  
mars 2008 2014 Guy Despagnet DVD Chef d'entreprise retraité
mars 2014 en cours Marinette Bonazza DVD Retraitée comptabilité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2015, la commune comptait 431 habitants[Note 1], en diminution de 3,79 % par rapport à 2010 (Landes : +4,92 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
474 561 558 660 667 654 677 739 753
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
806 726 745 716 681 672 701 709 649
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
644 623 568 480 447 434 450 421 378
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
382 370 369 429 426 394 434 440 445
2013 2015 - - - - - - -
437 431 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. David.Chabas (préf. M. Yves-Bertrand BURGALAT), Villes et villages des Landes, t. 1, Bayonne, Chez L'auteur 40 Capbreton, , 448 p., p325
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]