Saint-Gand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Gand
Saint-Gand
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Intercommunalité Communauté de communes des monts de Gy
Maire
Mandat
Stéphanie Franchet
2020-2026
Code postal 70130
Code commune 70463
Démographie
Population
municipale
137 hab. (2017 en augmentation de 4,58 % par rapport à 2012)
Densité 8,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 07″ nord, 5° 51′ 05″ est
Altitude Min. 216 m
Max. 264 m
Superficie 15,83 km2
Élections
Départementales Canton de Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saint-Gand
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Saint-Gand
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gand
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gand

Saint-Gand est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a absorbé de 1807 à 1824 la commune de La Vernotte[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes des monts de Gy (dans sa composition de 2015).

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du Canton de Fresne-Saint-Mamès[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre depuis 2007 de la communauté de communes des monts de Gy.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 mars 2008[3] M. Claude Rigoulot    
mars 2008 avant septembre 2011 Dimitri Giraud    
avant septembre 2011 En cours
(au 22 janvier 2016)
Stéphanie Franchet   Réélue pour le mandat 2014-2020[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2017, la commune comptait 137 habitants[Note 1], en augmentation de 4,58 % par rapport à 2012 (Haute-Saône : -1,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
330365462411413436434399375
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
312310290280259253242239179
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1681771625711561868680
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
866859767277123130131
2017 - - - - - - - -
137--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église du XVIIe siècle, remanié au XIXe siècle[8], entourée du cimetière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Les maires de Saint-Gand », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 23 octobre 2016).
  3. « Claude Rigoulot, 49 ans au sein du conseil », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Claude Rigoulot, né le 21 août 1933 à Saint-Gand, est entré au conseil municipal en 1965, puis ce père de deux filles est élu maire en 1971. « À l’époque, tu siégeais avec mon arrière-grand-père, c’est dire que tu as vu un bon nombre de générations défiler dans la salle du conseil », a affirmé Stéphanie Franchet. Ce titre de premier magistrat, Claude Rigoulot le conserve jusqu’en 2008, date à laquelle il prend sa préretraite, mais, il accompagnera le conseil municipal jusqu’en 2014 ».
  4. « Stéphanie Franchet maire », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. « Des fonds pour le toit de l’église », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).