Saint-Dolay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Dolay
Église Immaculée-Conception (1889).
Église Immaculée-Conception (1889).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Muzillac
Intercommunalité Communauté de communes Arc Sud Bretagne
Maire
Mandat
Joël Bourrigaud
2014-2020
Code postal 56130
Code commune 56212
Démographie
Gentilé Dolaysien, Dolaysienne
Population
municipale
2 425 hab. (2014)
Densité 50 hab./km2
Population
aire urbaine
8 338 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 44″ nord, 2° 09′ 12″ ouest
Altitude 50 m (min. : 1 m) (max. : 69 m)
Superficie 48,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Saint-Dolay

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Saint-Dolay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Dolay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Dolay
Liens
Site web http://www.saintdolay.fr/

Saint-Dolay [sɛ̃ dɔlɛ] (Saent-Dólaè en gallo, Sant-Aelwez en breton) est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Dolay est située un peu au sud de la Vilaine, à la limite du département de la Loire-Atlantique, à 12 km au sud de Redon (Ille-et-Vilaine).

Saint-Dolay est bordée des communes de Théhillac et de Nivillac qui appartiennent au canton de La Roche-Bernard, de Sévérac et Missillac qui appartiennent à la Loire-Atlantique, et de Rieux, Béganne et Allaire qui sont séparées de la commune de Saint-Dolay par le fleuve la Vilaine.

On y compte environ 2 300 habitants.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Saint-Dolay est une commune rurale multipolarisée, notamment par l’aire urbaine de Redon, et qui fait partie de l’espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. liste des communes de la Loire-Atlantique).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Saint-Dolay, Sant-Aelwez en breton, est attesté sous la forme latine Santus Aelwodus en 916[1]. Ce toponyme dérive de anthroponyme saint Ethelwold[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Joël Bourrigaud DVG Retraité coopérative agricole
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 425 habitants, en augmentation de 7,63 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 100 1 820 1 909 1 954 1 982 2 182 2 200 2 308 2 283
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 420 2 394 2 537 2 698 2 657 2 792 2 831 2 825 2 897
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 823 2 889 2 786 2 573 2 524 2 415 2 341 2 168 2 165
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
2 154 2 085 2 057 2 147 2 113 1 977 2 107 2 357 2 425
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Depuis 2010, l'artiste-peintre Nathalie Picoulet vit et travaille sur la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • La tour de la Fresnay est un vestige d'un ancien château féodal. Un siège en granit appelé « siège du couturier » est visible à côté de la tour. La légende raconte qu'un homme ayant été choisi par un seigneur afin de surveiller et prévenir les agressions, cousait toute la journée.
  • Lieu-dit Sainte-Anne : chapelle Sainte-Anne, fontaine, croix et four à pain, du XVIe siècle.
  • Château de Cadouzan: Sur les bases d'une ancienne place forte, déjà mentionnée en 1280, la construction du château de Cadouzan se fait par étapes qui couvrent trois périodes distinctes. Au XVe siècle sont érigés les tours des portes d'entrée, le puits et une chapelle ; l'habitation principale est datée du XVIesiècle, tandis que l'aile nord vient compléter l'ensemble au XIXe siècle. En 1944, pendant la « poche » de Saint-Nazaire, les Allemands y installent leur quartier général.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sur le cartulaire de Redon
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .