La Courtine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint-Denis (Creuse))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Courtine.

La Courtine
La Courtine
Le champ de foire.
Blason de La Courtine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Canton Auzances
Intercommunalité Haute-Corrèze Communauté
Maire
Mandat
Jean-Marc Michelon
2014-2020
Code postal 23100
Code commune 23067
Démographie
Population
municipale
710 hab. (2015 en diminution de 13,2 % par rapport à 2010)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 58″ nord, 2° 15′ 48″ est
Altitude Min. 714 m
Max. 895 m
Superficie 41,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
La Courtine

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
La Courtine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Courtine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Courtine

La Courtine est une commune française située dans le département de la Creuse, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La vallée de la Liège à La Courtine.

Dans le quart sud-est du département de la Creuse, dans le parc naturel régional de Millevaches en Limousin, du plateau de Millevaches à l'ouest au plateau de la Courtine à l'est, la commune de La Courtine s'étend sur 41,42 km2. Elle est arrosée par la Liège et ses affluents ainsi que, au nord, par le ruisseau de Vergneredonde, affluent de la Rozeille, et le ruisseau du Breuil, affluent de la Creuse.

L'altitude minimale 714 mètres se trouve localisée à l'extrême sud, près du lieu-dit le Moulin de Descamps, là où la Liège quitte la commune et entre en Corrèze sur celle de Saint-Rémy. L'altitude maximale avec 895 mètres est située au nord, au puy des Chaumes[1].

À l'intersection des routes départementales (RD) 25, 29, 982 et 996, le bourg de La Courtine est situé, en distances orthodromiques, dix-sept kilomètres au nord d'Ussel et trente kilomètres au sud-sud-est d'Aubusson.

Le territoire communal est également desservi par les RD 23 et 28.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de La Courtine et des communes avoisinantes.

La Courtine est limitrophe de huit autres communes, dont deux dans le département de la Corrèze.

Au nord, son territoire est distant de 600 mètres de celui de Poussanges.

Communes limitrophes de La Courtine
Clairavaux Magnat-l'Étrange Beissat
Le Mas-d'Artige La Courtine Saint-Oradoux-de-Chirouze
Sornac
(Corrèze)
Saint-Rémy
(Corrèze)
Saint-Martial-le-Vieux

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Ancienne ville fortifiée dont les remparts furent détruits sous Louis XIII.
  • Chef-lieu à Saint-Denis jusqu'à la Révolution.
  • L'église de La Courtine, sous le patronage du monastère de Saint-Angel, était une annexe de celle de Saint-Denis.
  • Camp militaire important depuis le début du XXe siècle (1901).
  • Pendant la mutinerie des soldats russes à La Courtine en 1917, environ 8 000 soldats russes installèrent dans le camp une véritable république soviétique.
  • Visite du maréchal Pétain le .
  • De 1959 à 1964, l'armée néerlandaise loue le camp pour y assurer l'instruction de ses corps d'armée.
  • Le , le général de Gaulle, président de la République, vient de Paris à La Courtine pour assister aux manœuvres ASSAS[Quoi ?] effectuées sur le camp.

Camp militaire national de La Courtine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Camp de La Courtine.
  • 1901 : Création du camp ;
  • 1914-1917 : Base arrière des armées, il est un grand centre d'instruction et de préparation pour le front ;
  • 1917 : Désengagées pour cause d'instabilité politique, deux brigades russes séjournent à La Courtine, et se révoltent contre leurs officiers qu'ils renvoient. Pendant quatre mois, ils vont autogérer le camp jusqu'à ce que celui-ci soit pris d'assaut, après cinq jours de combats, et que les brigades soient dissoutes ;
  • 1919-1939 : Les régiments des IX XII et XIII d'armée manœuvrent sur le camp, se préparant au second conflit mondial qui s'annonce ;
  • 1940-1942 : Aux ordres du général Jean de Lattre de Tassigny, l'armée d'armistice vient régulièrement pour conserver les savoir-faire techniques et tactiques ;
  • 1942-1944 : L'armée allemande s'installe ;
  • 1945 : L'armée Anders (polonais) séjourne au camp quelques mois avant de rentrer au pays, pris en charge par l'armée britannique. Ils y auront été précédés par 6000 soldats russes ex-prisonniers des allemands et libérés par les armées alliées, ravitaillés par une mission militaire américaine. Une épidémie de typhus se déclare dans le camp semant une vive panique au sein de l'armée américaine en Europe qui n'était pas vaccinée contre cette maladie. L'action rapide du médecin chef de l'hôpital du camp, le Docteur André Delevoy, sauvera la situation et lui vaudra la Médaille d'honneur des épidémies et la reconnaissance du Rockfeller Center de New York. En juin 2007 il sera décidé que le nouveau Centre Médical de Garnison portera son nom.
  • 1959-1964 : la « période hollandaise » débute. Chaque année, durant six mois, le camp est occupé en totalité par les unités de ce pays ;

Des impressions de l'Armée Néerlandaise dans La Courtine (1959-1964) : http://geschiedenis.vpro.nl/programmas/2899536/afleveringen/3463461/

  • 1980 : Les « grands travaux » de réhabilitation de camp débutent pour donner au camp la physionomie qu'il a aujourd'hui ;
  • 1984 : Le 35e groupement de camp reçoit la garde du drapeau du 20e R.I ;
  • 2000 : Le 35e G.C / 20e R.I prend le nom de « groupement de camp de La Courtine » ;
  • 2001 : Centenaire du camp.
  • Premier camp national pour sa capacité d'hébergement de 4 000 hommes, et 5e pour sa superficie de 6 300 hectares, le camp est conçu pour le séjour de « grandes unités d'infanterie » totalement autonomes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie, école et monument aux morts récent.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1940 1945 M. Pressac   Président de la délégation spéciale suite à la dissolution du conseil municipal[2]
         
mars 2001 en cours Jean-Marc Michelon [3] DVD Employé

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2015, la commune comptait 710 habitants[Note 1], en diminution de 13,2 % par rapport à 2010 (Creuse : -2,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8195586707968421 0921 030970989
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0371 0281 0341 0291 0101 0289781 0801 033
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1471 4311 5861 2661 1811 2421 3091 3151 187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 1511 2331 1649861 057971928890715
2015 - - - - - - - -
710--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Important camp militaire dans le Camp de La Courtine, et ce depuis 1904.
  • Maison du Souvenir.
  • Église de l'Assomption-de-la-Très-Sainte-Vierge, ou de l'Assomption-de-la-Vierge[8] dont le portail du XIIIe siècle est celui de l'ancien couvent des Bénédictins[9].
  • Ruines de l'église Saint-Gilles au lieu-dit le Trucq[10].
  • Ruines de l'église Saint-Denis au lieu-dit Saint-Denis[11].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr La Courtine (23).svg

Les armoiries de La Courtine se blasonnent ainsi :

D'azur au château surmonté d'une grenade enflammée accostée de deux rameaux d'ajonc, le tout d'or.

Vie locale[modifier | modifier le code]

La Courtine dispose de deux plans d'eau : l'étang de Grattadour (5 heactares) et celui de La Peyrousse (2 hectares).
Un centre équestre, des sentiers pédestres. Chasse et pêche en étangs. Camping municipal.

  • Syndicat d'initiative en saison.
  • Exposition Art et Vie en juillet-aout.
  • Brocante de La Courtine le deuxième dimanche d'août
  • Depuis 2005 La Courtine accueille la Baja de France au camp militaire et accueille aussi la campagne nationale de lancement de fusées pour les jeunes organisée par Planète Sciences.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]