Saint-Denis-de-Mailloc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Denis-de-Mailloc
Vue panoramique de l'église.
Vue panoramique de l'église.
Blason de Saint-Denis-de-Mailloc
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Livarot
Intercommunalité Communauté d'agglomération Lisieux Normandie
Maire
Mandat
Philippe Ratel
2014-2020
Code postal 14100
Code commune 14571
Démographie
Population
municipale
292 hab. (2014)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 35″ nord, 0° 18′ 48″ est
Altitude Min. 64 m – Max. 174 m
Superficie 4,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Denis-de-Mailloc

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Denis-de-Mailloc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Denis-de-Mailloc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Denis-de-Mailloc

Saint-Denis-de-Mailloc est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 292 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de la vallée de l'Orbiquet qui la borde sur sa limite ouest, Saint-Denis-de-Mailloc se trouve à mi-distance de Lisieux et Orbec. Elle est délimitée à l'est par la route départementale 266 dite route de Chambray (pour Chambrais ancien nom de Broglie) ou dite encore route de Saint-Mards-de-Fresne ; au nord par la commune du Mesnil-Guillaume, à l'ouest par la commune de Saint-Martin-de-Mailloc et au sud par celle de Saint-Julien-de-Mailloc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il faut ici faire le lien entre les quatre communes de Mailloc. Vers la fin du XVIIe siècle (1690-1693), sous le règne de Louis XIV, les communes de Saint-Denis-du-Val-d'Orbec, Saint-Martin-du-Val-d'Orbec et de Saint-Pierre-du-Tertre deviennent toutes trois des communes de Mailloc et rejoignent ainsi Saint-Julien-de-Mailloc.

La raison est qu'à cette époque, sur le territoire de la commune de Saint-Julien-de-Mailloc, un magnifique château qui appartient de longue date à la famille de Mailloc, famille dont l'histoire est liée à d'autres communues des environs (Trouville-sur-Mer, Saint-Germain-la-Campagne et Meulles notamment), ainsi qu'à l'histoire des évêques-comtes de Lisieux, élève son territoire en marquisat et les communes qui en dépendent prennent alors la dénomination "de Mailloc".

Le blason de Mailloc représente trois maillets d'argent (mailloches) posés 2 et 1 sur fond de gueules et reste commun aux quatre communes.

Il subsiste à Saint-Julien-de-Mailloc les vestiges de ce magnifique château, dont les origines seraient antérieures à la guerre de Cent Ans, qui fut presque totalement détruit le 11 décembre 1925 par un incendie accidentel, et jamais restauré par la famille alors propriétaire.

À l'origine, comme de nombreuses communes du Pays d'Auge, l'habitat de Saint-Denis-de-Mailloc était très dispersé dans l'espace. Ce n'est que vers les années 1970 que, sous l'impulsion d'une équipe municipale menée par son maire d'alors, M. Lelièvre, qu'un lotissement s'est développé créant ainsi le cœur de bourg actuel.

Rattachée au canton d'Orbec, Saint-Denis-de-Mailloc est l'une des communes qui composent aujourd'hui la communauté de communes du Pays de l'Orbiquet dont le siège est à Orbec.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Denis-de-Mailloc Blason De gueules aux trois maillets d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1977 mars 2008 Roger Courtin de Torsay    
mars 2008 en cours Philippe Ratel[1] SE Directeur d'agence bancaire
Les données manquantes sont à compléter.
La mairie.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 292 habitants, en diminution de -8,46 % par rapport à 2009 (Calvados : 1,56 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
235 210 241 233 228 238 202 208 210
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
223 207 213 178 191 166 147 132 123
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
123 137 134 127 166 137 160 173 158
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
165 198 322 350 351 314 321 296 292
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Sur le territoire, il faut noter la présence de plusieurs entreprises (dans le désordre et sans caractère exhaustif) :

  • Un garage, agent automobile Citroën.
  • Un café-restaurant.
  • Deux gîtes ruraux.
  • Un tapissier.
  • Un menuisier plaquiste.
  • Un commerçant en antiquités et cartes postales.
  • Une entreprise générale de Bâtiment.
  • Une entreprise de plomberie-chauffage.
  • Un producteur de cidre et dérivés.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle privée de l'abbé Adrien Noury, curé, ancien maire de Saint-Denis-de Mailloc et guérisseur (où le prêtre repose), site ouvert au public.
  • L'église paroissiale, plusieurs fois remaniée. Chevet au levant, portail à l'ouest datant du XVIe siècle, autrefois précédé d'un beau porche supprimé en 1875. La construction du chœur doit dater de l'époque romane. L'église est entourée du cimetière communal. Statuaire, vitraux, confrérie de saint Hubert et de charitons... Désirée, Claude et Marguerite, les trois cloches, sonnent les joies et les peines des habitants de la commune.
  • À proximité, dans une propriété privée (ancien presbytère), un puits construit en silex et couvert de petites tuiles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Adrien Noury, curé et ancien maire de Saint-Denis-de-Mailloc qu'il consacra « cité du Christ-roi », guérisseur bien connu dans le département.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[6].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :