Châtillon-sur-Chalaronne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint-Cyr (Ain))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châtillon et Chalaronne.
Châtillon-sur-Chalaronne
Châtillon-sur-Chalaronne
Les halles et l'église.
Blason de Châtillon-sur-Chalaronne
Blason
Châtillon-sur-Chalaronne
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Châtillon-sur-Chalaronne (chef-lieu)
Intercommunalité Dombes
Maire
Mandat
Patrick Mathias
2016-2020
Code postal 01400
Code commune 01093
Démographie
Gentilé Châtillonnais
Population
municipale
4 914 hab. (2015 en diminution de 0,16 % par rapport à 2010)
Densité 275 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 07′ 18″ nord, 4° 57′ 21″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 274 m
Superficie 17,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Châtillon-sur-Chalaronne

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Châtillon-sur-Chalaronne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtillon-sur-Chalaronne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtillon-sur-Chalaronne
Liens
Site web chatillon-sur-chalaronne.fr

Châtillon-sur-Chalaronne est une commune française située dans le département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes. La commune est chef-lieu du canton de Châtillon-sur-Chalaronne, qui regroupe 26 communes ; elle est membre de la Communauté de communes de la Dombes dont elle est le siège.

Ses habitants s'appellent les Châtillonnais et les Châtillonnaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Châtillon-sur-Chalaronne se situe dans la région de la Dombes, à l'ouest du département de l'Ain.

Par orthodromie, elle se situe à 23 km à l'est de Mâcon[2], à autant de kilomètres à l'ouest de Bourg-en-Bresse[3] et aussi à 23 km de Villefranche-sur-Saône[4]. De plus, elle est localisée à 41 km au nord de Lyon[5] et à 362 km au sud de Paris[6]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents L'Abergement-Clémenciat Sulignat Neuville-les-Dames Rose des vents
Baneins N Romans
O    Châtillon-sur-Chalaronne    E
S
Relevant Sandrans

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Chalaronne au centre-ville.

Châtillon-sur-Chalaronne est traversée par le cours d'eau la Chalaronne[7] qui la traverse d'est en ouest en venant de Sandrans et de La Chapelle-du-Châtelard pour se diriger vers L'Abergement-Clémenciat avant de rejoindre entre autres Thoissey, commune où se jette le cours d'eau dans la Saône.

Ce cours d'eau n'est pas l'unique. Le Relevant, qui a donné à la commune dont le territoire relevait de la commune de Châtillon auparavant passe dans le sud de la commune puis se jette dans la Chalaronne près de la rue Pierre Jême. D'autres ruisseaux le Bief de Payon et le Bief de Vernisson.

Enfin, Châtillon se situant dans la Dombes, il existe deux étangs et quelques plans d'eau. L'étang Putet se trouve près du lieu-dit éponyme, le long de la route départementale 936. Le second étang, l'étang Charbonnière, se situe près des Rippes et se situe à cheval sur Châtillon et Romans.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est tempéré à légère tendance continentale. Les données climatologiques sont celles de Mâcon qui est la station de référence[8]. Les valeurs climatiques de 1981 à 2010 sont les suivantes.

Relevés Mâcon 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 1 3,5 6 10 13,5 15,5 15 11,5 8 3,5 1 7,5
Température moyenne (°C) 2 4,5 8 11 15 19 21 20,5 17 12 7 3,5 12
Température maximale moyenne (°C) 5,5 8 12 16 20 24 27 26 22 16,5 10 6 16
Précipitations (mm) 59 53 49 75 88 75,5 71 72 79,5 85,5 84 70 861,5
Source : Météo-France/Infoclimat : Mâcon (1981-2010)[9]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La proximité de la commune avec les villes de Mâcon, de Bourg-en-Bresse et de Villefranche-sur-Saône lui permet à au cœur d'un important réseau d'axes de communication aux niveaux départemental, régional et national.

Axes routiers[modifier | modifier le code]

L'axe routier le plus important de la commune est la route départementale 936. Avant son déclassement en 1973, la voie faisait partie de la route nationale 434 et reliait Saint-Didier-de-Formans à la montée du col de la Faucille via Saint-Claude dans le Jura[10]. Localement, cet axe permet de rejoindre Neuville-les-Dames et Bourg-en-Bresse en se dirigeant vers le nord tandis qu'il permet de se diriger vers Saint-Trivier-sur-Moignans et Villefranche-sur-Saône. Avant 1990, la route passait par le centre et dans le but d'éviter la traversée de Châtillon, la route fut déviée vers l'ouest pour contourner le bourg.

La route départementale 2 traverse Châtillon du nord au sud et est composée de deux tronçons. Le premier vient de Sulignat pour s'intersecter avec la route D936 tandis que le second vient de Sandrans, traverse le centre puis s'arrête aussi le long de la route D936. Au niveau départemental, cette voie routière relie Sermoyer au nord à Massieux au sud.

Une autre route départementale traverse la commune, il s'agit de la D7. Partant de Chalamont puis passant par une petite partie du territoire de Romans et de Sandrans, elle parvient sur le territoire par le sud-est et passe par le bourg avant de poursuivre son chemin en suivant la Chalaronne donc en direction de L'Abergement-Clémenciat et Thoissey, commune où la voie se termine sur un pont enjambant la Saône.

Quatrièmement, la route départementale 17 débute à Guéreins sur un pont sur la Saône qui relie cette commune à celle de Belleville située dans le Rhône. En continuant vers l'est, la voie passe par Baneins avant d'entrer dans Châtillon via le parc d'activités Chalaronne Centre, traverse le centre où elle rencontre la route D2 près de la place de la République. Un second tronçon débute une centaine de mètres plus au nord et se dirige vers Romans et termine son chemin à Druillat, commune située à mi-chemin entre Ambérieu-en-Bugey et Bourg. Cette route possède une voie annexe, la route D17c, qui la relie à la route D2.

Enfin, il existe une voie départementale qui commence le long de la route D17 et qui se dirige vers le sud pour rejoindre le bourg de Sandrans. Il s'agit de la route départementale 82 qui relie la commune à Miribel.

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]
Gare de la ligne de Châtillon - Marlieux.

Le transport ferroviaire arrive pour la première fois à Châtillon en 1879 grâce à une ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique gérée par la compagnie du chemin de fer de Marlieux à Châtillon. Longue de 11,375 kilomètres, elle permettait aux Châtillonnais grâce à la gare de Châtillon - Marlieux de rejoindre la gare de Marlieux - Châtillon située à Marlieux le long de la ligne de Lyon-Saint-Clair à Bourg-en-Bresse et construite en ces lieux depuis 1866. Reprise par la Compagnie des Tramways de l'Ain en 1919, la voie cessa d'être exploitée en 1934[11].

Cette compagnie permit la création d'une seconde gare à Châtillon puisqu'en 1898 fut ouverte la ligne de Jassans à Bourg. Longue de 47 km, la ligne traversait l'actuelle route D936 et desservait la gare dite du Sud-Est. Victime du progrès et de l'essor de l'automobile, la ligne fut fermée en 1937.

Aujourd'hui, plus aucune ligne ne traverse la commune mais la ligne reliant Lyon à Bourg est toujours en service puisqu'elle accueille les TER de la région Rhône-Alpes et s'arrêtent à la gare de Marlieux - Châtillon[12]. Une autre gare située à proximité est desservie par les trains de la même ligne et il s'agit de la gare de Villars-les-Dombes.

Pour rejoindre les grandes villes de France et d'Europe, deux lignes traversent la région. La ligne à grande vitesse Paris - Lyon - Marseille ou LGV Sud-Est, traverse l'ouest de la Dombes en passant notamment par Saint-Étienne-sur-Chalaronne ou Chaleins. La gare de Mâcon-Loché-TGV, au sud-ouest de Mâcon, est desservie par quelques TGV Paris - Marseille et Paris - Genève. L'autre ligne, la ligne traditionnelle Paris - Marseille via Dijon passe à Belleville. Sa gare, est desservie par les TER Rhône-Alpes et quelques TGV reliant le nord-est de la France à la Méditerranée.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est reliée au réseau départemental des bus car.ain.fr par l'intermédiaire de deux lignes. La première est la ligne 119[13] qui fait la liaison entre Villefranche-sur-Saône et Bourg-en-Bresse et dessert les arrêts Office du tourisme et ZI Route de Belleville. Tous les jours de la semaine exceptés les jours fériés, il existe des navettes sur la ligne qui ne s'arrêtent qu'à un nombre réduit d'arrêts entre les deux villes dont les deux de la commune.

La seconde ligne est la ligne 102[14]. Elle relie Châtillon à Villars-les-Dombes et dessert seulement l'arrêt Office du tourisme.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas de plateforme aéroportuaire. Les habitants de la commune doivent se rendre à l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry distant de 60 kilomètres ou bien à l'aéroport de Genève distant de 130 kilomètres pour effectuer des vols à l'international.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Située au confluent de la Chalaronne et du Relevant, Châtillon est une ville installée au cœur de la Dombes, ce qui lui vaudra différentes appellations au cours des siècles dont Chatillon en Dombes et Châtillon-lès-Dombes. Toutefois, la Révolution française fut ôter la référence à la Dombes pour la remplacer par la Chalaronne.

Châtillon serait un dérivé, sans doute mérovingien, du bas latin castellum, diminutif de castrum, accompagné du suffixe -ionem. Castrum désigne d’abord tous les types de forteresse, depuis le simple donjon jusqu’à l’enceinte urbaine, puis se spécialise dans le sens de « château fort » et se réduit ensuite à celui de « grande maison de plaisance ».

L'autre partie du nom fait référence à la Chalaronnerivière passant dans la commune ayant aussi donné son nom aux villages de Dompierre-sur-ChalaronneSaint-Didier-sur-Chalaronne et Saint-Étienne-sur-Chalaronne. Chalaronne viendrait probablement du gaulois caljo signifiant pierre[15].

Anciens noms[modifier | modifier le code]

Du fait de son importance historique, on trouve de nombreuses références à la commune sous différents noms au fil des siècles[16]. La première fois qu'est citée Châtillon se situe dans le Recueil des chartes de Cluny et date de 1049 où le nom est Castellio.

Le siècle suivant, c'est au tour de Chasteillon d'être mentionné. Une petite variante se trouve vers 1244 selon Marie-Claude Guigue qui parle de Chastellon. À la même époque, autour de 1251, Castellio in Dumbis, est évoqué selon les archives départementales du Rhône. Quant aux archives de la Côte-d'Or, la mention Casteilio Dombarum existe en 1274, Casteliio supra Calaronam, en 1280 et Castellio de Challarona en 1299. Samuel Guichenon, dans son Histoire de la souveraineté de la Dombes, nous informe que Chasteyllion en Dombes fut évoqué autour de l'année 1324.

Les archives de la Côte-d'Or mentionnent Chastellion de Dombes en 1463 puis Chastillon en 1553. Samuel Guichenon, qui parle de la commune mais dans un autre ouvrage nommé Histoire de la Bresse et du Bugey, évoque Castillio de Dombes en 1561. Dans son ouvrage premièrement cité, il note en 1662 que le nom de la commune est Châtillon de Dombes et non pas Châtillon les Dombes qui tout le monde dit abusivement. Selon l'enquête Bouchu, Chastillon les Dombes, est un des noms utilisés pour se référer au village en 1670.

La description de Bourgogne parle de Châtillon-lès-Dombes en 1734 tandis que Louis Aubret mentionne Châtillon de Dombes et Châtillon en Dombes à la même période. Durant la Révolution, Châtillon-les-Dombes change de nom pour devenir Châtillon-sur-Chalaronne afin d'enlever toute référence à l'Ancien régime. Ce nom resta inchangé après la fin de cette période et est toujours le nom actuel de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a absorbé l'ancienne paroisse de Saint-Cyr dont le nom provient de saint Cyr.

Article détaillé : Cyr de Tarse.

Si des Gaulois ont vécu à Châtillon, il n'en demeure aucune trace. Par contre les Romains ont laissé quatre voies commerciales et stratégiques dont la première à l'est mène à Saint-Paul-de-Varax en passant par Marlieux, la seconde au nord conduit à Bourg-en-Bresse, la troisième au sud traverse Saint-Trivier-sur-Moignans pour aller à Trévoux et la dernière à l'ouest amène à Belleville. À cette époque, Châtillon fait partie de la province lyonnaise occupée par les Romains, et ces routes leur servent à communiquer avec d'autres voies vers l'Helvétie et la Germanie pour les deux premières et à rejoindre la Saône pour les deux autres voies.

Vers 443, la ville passe sous la domination des rois burgondes. À la mort de leur dernier roi en 1032, l'empereur d'Allemagne, alors héritier des terres, ne peut prendre possession de cet héritage. L'heure est à l'indépendance et Conrad II le Salique n'a pas de grande armée pour occuper ce territoire.

Au XIe siècle, Châtillon devient une seigneurie comprenant les villages à l'entour de Buenans, Fleurieux, Saint-Cyr-sur-Chalaronne et quelques autres mas épars. En 1023, dans son château fort, le sire Hugo de Châtillon devient le seigneur de ce petit fief. De la maison de Châtillon, sont issus deux personnages célèbres : Bérard qui fut évêque de Mâcon et participa à la croisade en Terre sainte et son petit-neveu Étienne qui vécut vingt-sept ans à la combe de la Chartreuse de Portes et acquit l'auréole des saints (fêté le 7 septembre).

En 1101, la ville appartient à Robert l'Enchaîné. Ce dernier désire se joindre à la croisade auprès de Geoffroi de Bouillon. Pour financer son expédition, il lègue en « franc-alleu » les seigneuries de Châtillon et Montmerle à Guichard alors sire de Beaujeu. Peu à peu, la cité prospère, se peuple et s'agrandit.

Le , Humbert, sire de Beaujeu, marie sa sœur, Sibille de Beaujeu, à Renaud, sire de Bâgé et de Bresse. Dans la corbeille de mariage, outre 500 marcs d'argent et 40 livres de rente en fonds de terre, figure la seigneurie de Châtillon. Par la suite, Sibille de Bâgé (1255-1294), unique héritière de la maison de Bagé, épouse Amédée V et les seigneuries de Bâgé et de Châtillon sont unies au comté de Savoie.

En 1790, Châtillon-les-Dombes devint chef-lieu de district jusqu'en 1800 et prit le nom révolutionnaire de Châtillon-sur-Chalaronne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Lors de la création des départements par la Révolution française, elle est intégrée au département de l'Ain et au district dont elle était le chef-lieu. En 1800, après la suppression des districts, elle intègre l'arrondissement de Bourg-en-Bresse mais reste dans le canton de Châtillon-sur-Chalaronne. En mars 2015, à l'occasion des élections départementales, le décret du 13 février 2014[17] portant sur le redécoupage cantonal des cantons de l'Ain entre en vigueur. La commune reste le chef-lieu de son canton qui perd six communes intégrées au nouveau canton de Vonnas mais qui absorbe les communes de l'ancien canton de Thoissey. Depuis 1988, la commune fait partie de la quatrième circonscription de l'Ain pour l'élection des députés[18].

Du point de vue judiciaire, la commune relève du tribunal d'instance et du tribunal paritaire des baux ruraux de Trévoux[19]. Elle relève du tribunal de grande instance, du tribunal pour enfants, du conseil de prud'hommes, du tribunal de commerce de Bourg-en-Bresse. De plus, elle relève aussi de la cour d'assises de l'Ain, elle-même située à Bourg. Enfin, elle dépend de la cour d'appel, du tribunal administratif et de la cour administrative d'appel de Lyon.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.

De par sa population, la commune a un conseil municipal composé de vingt-sept conseillers municipaux dont le maire et ses sept adjoints[20],[21].

Plusieurs commissions ont été mises en place :

  • Administration générale - Actes notariés - Travaux - Patrimoine - Eau - Assainissement ;
  • Finances - Personnel - Économie - Juridique ;
  • Manifestations municipales - Voirie - Transports - Communication - Marché - Commerçants ;
  • Urbanisme - ZAC - Programmation Projets ;
  • Action sociale - Logement social - Services à la personne - Solidarité intergénérationnelle - Associations sportives ;
  • Environnement - Développement Durable - Fleurissement ;
  • Éducation - Culture - Jeunesse - Associations - Événementiel - Sécurité.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de la commune :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1850 ???? Meunier    
1975 1989 Maurice Lagrange DVD Conseiller général (1973-1979)
1989 2008 Noël Ravassard PS puis DVG Conseiller général (1979-1998), député (1980-1988)
2008 2016
(décès)[22]
Yves Clayette UMP puis LR Conseiller général (1998-2015) puis départemental (2015-2016)
2016   Patrick Mathias    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Jusqu'au , Châtillon appartenait à la communauté de communes Chalaronne Centre qui avait été créée en 1994. Depuis le , la commune est intégrée à la communauté de communes de la Dombes qui regroupe l'ancienne intercommunalité à celle du canton de Chalamont et Centre Dombes[23]. Le siège est fixé dans la commune.

La commune étant traversée par la Chalaronne, elle appartient au syndicat des rivières des territoires de Chalaronne[24] dont le siège est situé le long de l'avenue Dubanchet. Le travail de cette organisation est de surveiller la qualité des eaux du bassin, de préserver les zones humides ou de remettre en état certains ouvrages.

Enfin, comme la totalité des communes du département de l'Ain, la petite ville appartient au syndicat intercommunal d'énergie et de e-communication de l'Ain, organisation fondée le [25]. Le syndicat est compétent dans la gestion des réseaux d'électrification, de gaz, de l'éclairage public, de la communication électronique[26]. En plus de ces compétences, la structure accompagne les communes pour qu'elles puissent maîtriser leur consommation d'énergie, gère un système d'information géographique et a mis en place dans le département, par l'intermédiaire de sa régie Réso-Liain, un réseau de fibre optique pour avoir accès à Internet à très haut débit.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Localisation des communes européennes jumelées.
Cadran solaire offert par Wächtersbach à l'occasion des 20 ans de jumelage.

Un jumelage entre Châtillon-sur-Chalaronne et Wächtersbach en Allemagne, a été officialisé le [27] faisant suite à des échanges scolaires entre les deux communes engagés dès 1962[28] ainsi qu'à la signature d'un premier acte de jumelage le . En juin 1999, les communes de Baneins et de Vonnas ont été associées à celui-ci[29].

En 1990, un partenariat est lancé entre la commune de la Dombes et le village roumain de Colceag à l'époque où l’association Opération Villages Roumains mobilisait des communes françaises et lançait des opérations de parrainages afin de soutenir des villages menacés par le régime de Ceaucescu[30]. En décembre 2001, l’association Amitiés Colcéag est créée ainsi que l'association Maintenance Mécanique et Coopération Internationale mise en place au sein du lycée professionnel. C'est ainsi que, le , le conseil municipal de Châtillon-sur-Chalaronne décide d’officialiser ses relations avec Colcéag par le biais de la signature d’une convention de jumelage. Celle-ci si fit le à Châtillon et le à Colcéag.

Le dernier partenariat avec une autre commune date de 2003 et a été signé avec le village malien de Goundam[31]. Tout commence en 1984, lorsque la région Rhône-Alpes décide de se montrer solidaire face la sécheresse au Sahel en participant à l’envoi d’un convoi humanitaire à Léré et à l’action sanitaire d’urgence conduite par l'institut Bioforce à Lyon. Le maire de l'époque, Noël Ravassard, était membre de la commission Relations Internationales au Conseil régional de Rhône-Alpes et suivait le dossier du Mali depuis 1992. En 1994, une première convention de coopération décentralisée a été signée à Tombouctou entre la région Rhône-Alpes et celle de Tombouctou. Une mission effectuée au Mali, en mars 2003 a resserré les liens entre les deux régions et a permis la signature de convention de coopération décentralisée entre Châtillon et Goundam.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[33].

En 2015, la commune comptait 4 914 habitants[Note 1], en diminution de 0,16 % par rapport à 2010 (Ain : +6,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 179 3 119 3 194 2 759 2 638 2 814 3 236 3 424 3 533
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 874 3 004 3 046 2 763 3 090 2 890 2 840 2 956 2 813
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 902 2 901 2 858 2 660 2 732 2 653 2 606 2 474 2 493
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 608 2 678 3 241 3 518 3 786 4 137 4 813 4 904 4 957
2015 - - - - - - - -
4 914 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville compte une école maternelle et une école primaire, toutes deux publiques. Il y a également à Châtillon-sur-Chalaronne, un collège public et un lycée professionnel (Georges-Charpak, spécialisé dans les Métiers de la Maintenance des Engins Mécaniques). Concernant l'enseignement privé, se trouvent dans la ville, une école maternelle, une école primaire et un collège, tous trois dépendants de l'enseignement privé catholique. L'école (et collège) Saint-Charles est privée ; le collège Eugène-Dubois est lui, public.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le village adhère à l'association des plus beaux détours de France. Sa halle, son église, ses sites touristiques et les étangs environnants sont des lieux de promenade très agréables.

Monuments civils[modifier | modifier le code]

L'ancien château[modifier | modifier le code]

Construit par les seigneurs de Châtillon vers l’an 1000, il voit naître saint Étienne de Châtillon, futur chartreux. Il échoit en 1272 aux comtes de Savoie qui lui trouvent un intérêt stratégique non négligeable. De plus, la taille des bâtiments leur permet d’y donner des réceptions.

En 1598, Henri IV déclare la guerre à la Savoie. La Bresse est envahie et le château de Châtillon rasé. Il ne reste plus alors que l’enceinte avec sa porte d’entrée en ogive et les fondations de quatre tours sur les sept qu’elle comptait à l’origine.

Un gros travail de réhabilitation a permis de relever les quatre tours et de sécuriser le site qui offre aujourd’hui une vue exceptionnelle lorsqu’on arrive par la D 936 (Bourg-en-Bresse - Villefranche-sur-Saône).

Le visiteur peut de plus se délasser sur la pelouse créée à l’intérieur de cette enceinte, ou assister à l’un des nombreux spectacles à caractère historique qui y sont donnés en été.

Afin de profiter encore mieux de ce site, la Ville a entrepris des travaux et est en train de former un sentier piétonnier autour du vieux château.

L'ancien château fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [36].

Les halles[modifier | modifier le code]

La maison du marché a été remplacée en 1440 par des halles à l’allure de cathédrale : 80 m de long, 20 m de large et 10 de haut. Le bâtiment partagé en trois travées est soutenu par d’énormes piliers de chêne sur lesquels repose la charpente également en chêne.

Détruites en partie en 1670 par un incendie, elles seront reconstruites à l’identique grâce à la générosité de Mlle de Montpensier comtesse de Châtillon, qui autorisa les habitants à prendre le bois nécessaire dans sa forêt de Tanay.

Elles accueillent, tous les samedis matins, le marché aux produits frais et servent de refuge aux manifestations de plein air surprises par les intempéries.

Cet édifice médiéval, l’église Saint-André et les maisons à colombage de la place ainsi que celles de la rue Commerson constituent le cœur de la vieille ville.

Le bâtiment des halles du XVIIe siècle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [37].

La porte de Villars[modifier | modifier le code]

La porte de Villars fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [38].

L’hôtel de Ville[modifier | modifier le code]

À l'origine, ce bâtiment abritait un couvent.

Maison de saint-Vincent de Paul[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maison de Monsieur Beynier.

Devenue maison des Illustres. De passage à Châtillon, saint Vincent de Paul y résida en 1617. L’original du règlement de la Confrérie est aujourd’hui conservé dans la chapelle qui était à l’origine sa chambre.

L'hospice[modifier | modifier le code]

L'hospice, ancien hôpital (construit en 1727 en remplacement d'un bâtiment plus ancien), abrite de nos jours le musée Tradition et Vie qui expose des faïences de Meillonnas et un triptyque fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [39].

Maisons à colombages[modifier | modifier le code]

À noter également de nombreuses maisons à colombages et la maison de Saint Vincent de Paul. On en trouve dans toute la vieille-ville et en particulier place des Halles, mais aussi rue Commerson ou place-Saint-Vincent-de-Paul, où se trouve le grenier à sel (devenu cabinet radiologique). La rue Barrit abrite également quelques maisons construites selon cette technique qui consistait à bâtir une armature en bois et à remplir les espaces avec les matériaux les plus divers : branches, argile ou pierres. Les Bâtiments de France veillent à la qualité de la réhabilitation de ces immeubles.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Vue du toit de l'église Saint-André.

L'église Saint-André fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [40].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Le musée du train miniature présente 1 km de voie à l'échelle HO, mettant en scène de nombreux sites réels ou imaginaires entre les Alpes, Lyon et la Méditerranée. Un des plus beaux spectacles miniatures d’Europe. Il met en scène la circulation ferroviaire et routière, les centaines de scènes animées par des autoroutes et les milliers de personnages entre les Alpes, Lyon et la Méditerranée.
  • Musée Tradition et Vie : lieu de mémoire et de transmission des traditions, savoir-faire, gestes et pratiques sociales de la Bresse et de la Dombes au début du XXe siècle. À travers le personnage de Marie, une petite Bressane, venez revivre le quotidien d’une famille rurale de l’époque. 5 000 objets anciens parfaitement conservés et regroupés selon des scènes traditionnelles, vous plongeront, le temps de la visite, dans les campagnes d’antan.
  • Apothicairerie : ancien hôpital de Châtillon-sur-Chalaronne datant de 1814, aujourd’hui transformé en centre culturel. Ouverte au public jusqu’à la dernière guerre, l’apothicairerie conserve une collection rare de 120 pots en faïence de Meillonnas

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Arboretum : Site remarquable, cet arboretum surprend par sa grandeur et par la diversité des arbres qu’il abrite. Toute l’année, ses 12 hectares sont ouverts pour faire découvrir 350 variétés d’arbres du monde entier, de même que des espèces rares comme l’arbre aux mouchoirs ou bien le buisson pleureur de perles. Au cœur de l’arboretum, il y a un joli plan d’eau.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Portrait de Philibert Commerson

Naissance dans la commune[modifier | modifier le code]

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

  • Saint Vincent de Paul (1581 - 1660), curé de Châtillon-sur-Chalaronne et fondateur de la confrérie de la Charité en 1617.
  • Samuel Guichenon (1607 - 1664), historien de la maison de Savoie, dont la famille est originaire de Châtillon-sur-Chalaronne.
  • Jean Decomble (1898 - 1944), maquisard, chef du secteur de Châtillon-sur-Chalaronne au sein des maquis de l'Ain[43].
  • Jeanne Barret (1740-1807), collaboratrice de Commerson, première Française à avoir réalisé le tour du monde.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.
Armes de Châtillon-sur-Chalaronne

La commune de Châtillon-sur-Chalaronne porte:

Écartelé de gueules et d'azur, à la croix d'argent brochant, chargée en cœur d'une étoile aussi de gueules[44].

Labels[modifier | modifier le code]

La commune de Châtillon-sur-Chalaronne possède ces différents labels :

Vie économique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé, sur habitants.fr
  2. « Orthodromie : Calcul de distance (à vol d'oiseau) entre deux villes : Châtillon-sur-Chalaronne et Mâcon », sur lion1906.com (consulté le 25 décembre 2017)
  3. « Orthodromie : Calcul de distance (à vol d'oiseau) entre deux villes : Châtillon-sur-Chalaronne et Bourg-en-Bresse », sur lion1906.com (consulté le 25 décembre 2017)
  4. « Orthodromie : Calcul de distance (à vol d'oiseau) entre deux villes : Châtillon-sur-Chalaronne et Villefranche-sur-Saône », sur lion1906.com (consulté le 25 décembre 2017)
  5. « Orthodromie : Calcul de distance (à vol d'oiseau) entre deux villes : Châtillon-sur-Chalaronne et Lyon », sur lion1906.com (consulté le 25 décembre 2017)
  6. « Orthodromie : Calcul de distance (à vol d'oiseau) entre deux villes : Châtillon-sur-Chalaronne et Paris », sur lion1906.com (consulté le 25 décembre 2017)
  7. SANDRE, « Fiche rivière la chalaronne (U4400500) » (consulté le 15 juin 2011).
  8. Météo France, « Météo à Châtillon-sur-Chalaronne », sur meteofrance.com (consulté le 28 juillet 2017)
  9. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1981-2010)
  10. « Route nationale française 436 », sur routes.wikia.com (consulté le 25 décembre 2017)
  11. « Quand Marlieux avait deux gares... », Histoire locale - La petite histoire de Marlieux, sur Marlieux, .
  12. « Bourg-en-Bresse - Lyon du 10 décembre 2017 au 24 juin 2018 », sur ter.sncf.com (consulté le 26 décembre 2017).
  13. « Horaires ligne 119 - Bourg-en-Bresse → Villefranche-sur-Saône (69) - 2018 », sur Conseil départemental de l'Ain (consulté le 26 décembre 2017).
  14. « Horaires ligne 102 - Châtillon-sur-Chalaronne → Villars-les-Dombes - 2018 », sur Conseil départemental de l'Ain (consulté le 26 décembre 2017).
  15. Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs », sur henrysuter.ch (consulté le 26 décembre 2017)
  16. Édouard Philipon, Dictionnaire topographique du département de l'Ain : Comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 528 p. (lire en ligne), p. 105
  17. Manuel Valls, « Décret n° 2014-147 du 13 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Ain », Légifrance,‎ (lire en ligne)
  18. « Loi n° 86-1197 du 24 novembre 1986 relative à la délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur legifrance.gouv.fr,
  19. « Liste des juridictions compétentes pour Châtillon-sur-Chalaronne », sur annuaires.justice.gouv.fr (consulté le 26 décembre 2017)
  20. « Les élus de votre ville », sur chatillon-sur-chalaronne.fr (consulté le 26 décembre 2017)
  21. Légifrance, Code général des collectivités territoriales - Article L2121-2 (lire en ligne)
  22. https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/deces-du-maire-de-chatillon-sur-chalaronne-yves-clayette-1100517.html
  23. Laurent Touvet, « Recueil des actes administratifs spécial n°01-2016-037 : Arrêté portant projet de fusion des communautés de communes Chalaronne Centre, Centre Dombes et du canton de Chalamont » [PDF], sur ain.gouv.fr, Préfecture de l'Ain, (consulté le 26 décembre 2017).
  24. Syndicat des Rivières des Territoires de Chalaronne, « Le Territoire », sur syndicat-territoires-chalaronne.com (consulté le 26 décembre 2017)
  25. « Nos missions - Une collectivité territoriale qui regroupe les 410 communes de l'Ain », sur siea.fr
  26. « Nos domaines de compétence », sur siea.fr
  27. « Historique du jumelage de Waechtersbach avec Châtillon-sur-Chalaronne - Baneins - Vonnas », sur ladombes.free.fr
  28. « Découvrez la Dombes et le jumelage de Waechtersbach avec Châtillon-sur-Chalaronne - Baneins - Vonnas », sur ladombes.free.fr
  29. « Jumelage Châtillon sur Chalaronne / Wächtersbach », sur chatillon-sur-chalaronne.fr (consulté le 26 décembre 2017)
  30. « Jumelage Châtillon sur Chalaronne / Colcéag », sur chatillon-sur-chalaronne.fr (consulté le 26 décembre 2017)
  31. « Le Mali ou l’histoire d’une aventure entre deux régions », sur chatillon-sur-chalaronne.fr (consulté le 26 décembre 2017)
  32. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  36. Notice no PA00116366, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. Notice no PA00116368, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. Notice no PA00116370, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. Notice no PA00116369, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. Notice no PA00116367, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « Le voyage romanesque de Philibert Commerson » par Madeleine Combier, revue Images de Saône-et-Loire n° 95 de septembre 1993, p. 11 à 16.
  42. « Jean Tarrit, le sabotier devenu sculpteur » http://www.leprogres.fr/ain/2016/08/21/jean-tarrit-le-sabotier-devenu-sculpteur
  43. « Jean Decomble », sur Maquis de l'Ain et du haut-Jura (consulté le 19 juillet 2011).
  44. Armes de Châtillon-sur-Chalaronne, sur labanquedublason2.com.
  45. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Châtillon-sur-Chalaronne.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]