Saint-Cricq (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cricq.

Saint-Cricq
Saint-Cricq (Gers)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Condom
Canton Gimone-Arrats
Intercommunalité Communauté de communes des bastides de Lomagne
Maire
Mandat
Serge Cettolo
2014-2020
Code postal 32430
Code commune 32372
Démographie
Gentilé Saint-Cricquois
Population
municipale
294 hab. (2015 en augmentation de 12,21 % par rapport à 2010)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 02″ nord, 0° 59′ 59″ est
Altitude Min. 145 m
Max. 212 m
Superficie 3,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Saint-Cricq

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Saint-Cricq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cricq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cricq

Saint-Cricq (Sent Cric en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située en Lomagne au centre de l'ex canton de Cologne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Cricq est limitrophe de quatre autres communes.

Carte de la commune de Saint-Cricq et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Saint-Cricq[1]
Cologne
Sirac Saint-Cricq Encausse
Thoux

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le lac de Thoux Saint-Cricq.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 565 hectares ; son altitude varie de 163 à 240 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Saint Cricq vient de Cyr ou Cyrique (saint) en latin Quiricus, martyr de Tarse, en Cilicie, mort en 404. C'était un enfant de trois ans. Il mourut avec sa mère, Sainte Julitte.

Les habitants s’appellent usuellement les Saint Cricquois (cependant dans les écrits anciens datant d’avant la Révolution on trouve l’appellation Saint-Cricquains, Saint-Cricquaines).

Autrefois la paroisse était dédiée à Saint Cyr et Sainte Julitte comme Encausse et Sirac, ce qui provoquait quelque concurrence entre villages lors des fêtes patronales. En 1737 elle obtint l’autorisation de changer de patron. Elle est maintenant dédiée à Sainte Radegonde. L’ancien village se situait dans le voisinage de l’église, le long de la D.511 qui relie Saint Cricq à la D39 en passant par Saint Agathe, mais il a presque entièrement disparu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes des bastides de Lomagne et du canton de Gimone-Arrats (avant le redécoupage départemental de 2014, Saint-Cricq faisait partie de l'ex-canton de Cologne) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes de Terride-Arcadèche.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Serge Cettolo[5] UMP-LR Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2015, la commune comptait 294 habitants[Note 1], en augmentation de 12,21 % par rapport à 2010 (Gers : +1,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
202199216251212257283254232
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
204216196211224219215193176
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1871661571421361101016962
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015
59636994122230245272294
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 466 372 416 352 368 160 142 130
Nombre de communes du département 466 462 462 462 463 463 463 463

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Cricq fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque, pêche,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église à clocher-mur[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  5. Site de la préfecture - Fiche de Saint-Cricq
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. Éditions Larousse, « Définitions : clocher-mur, clochers-murs - Dictionnaire de français Larousse », sur www.larousse.fr (consulté le 22 janvier 2017)