Aller au contenu

Saint-Crespin (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Crespin
Saint-Crespin (Seine-Maritime)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité Communauté de communes Terroir de Caux
Maire
Mandat
Sophie Doré
2020-2026
Code postal 76590
Code commune 76570
Démographie
Gentilé Saint-Crespinois
Population
municipale
316 hab. (2021 en augmentation de 9,34 % par rapport à 2015)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 47′ 01″ nord, 1° 06′ 44″ est
Altitude Min. 61 m
Max. 143 m
Superficie 6,35 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Longueville-sur-Scie
(banlieue)
Aire d'attraction Rouen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Luneray
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Saint-Crespin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Saint-Crespin
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
Saint-Crespin
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Saint-Crespin

Saint-Crespin est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Saint-Crespin est un village agricole situé sur les rives de la Scie dans le pays de Caux, à la jonction des routes D 3, D 203 et D 149, à environ 19 km au sud de Dieppe[1].

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[3]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat maritime », correspondant au Pays de Caux, frais, humide et pluvieux, légèrement plus frais que dans le Cotentin[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 923 mm, avec 13,5 jours de précipitations en janvier et 8,6 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Dieppe à 16 km à vol d'oiseau[5], est de 11,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 805,2 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Au , Saint-Crespin est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Longueville-sur-Scie[Note 1], une agglomération intra-départementale regroupant sept communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 2],[10],[I 1]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rouen, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[I 1]. Cette aire, qui regroupe 317 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (77,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,9 %), prairies (24,3 %), forêts (19,8 %), cultures permanentes (7,3 %), zones urbanisées (2,6 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Habitat et logement

[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 99, alors qu'il était de 99 en 2013 et de 88 en 2008[I 2].

Parmi ces logements, 90,5 % étaient des résidences principales, 5,3 % des résidences secondaires et 4,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 100 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 0 % des appartements[I 3].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Saint-Crespin en 2018 en comparaison avec celle de la Seine-Maritime et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (5,3 %) supérieure à celle du département (3,9 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 93,5 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (87,6 % en 2013), contre 53 % pour la Seine-Maritime et 57,5 pour la France entière[I 4].

Le logement à Saint-Crespin en 2018.
Typologie Saint-Crespin[I 2] Seine-Maritime[I 5] France entière[I 6]
Résidences principales (en %) 90,5 88 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 5,3 3,9 9,7
Logements vacants (en %) 4,2 8,1 8,2

Le nom de la localité est attesté sous les formes Apud Sanctum Crispinum entre 1155 et 1189[14], sanctum Crespinum en 1233[15], Ecclesia Sancti Crispini au XIIIe siècle[14], Sanctus Crispinus en 1337, Saint Crespin en 1431[14], Saint Crépin en 1757, Saint-Crespin en 1953[14].

L'hagiotoponyme du village est issu des noms de deux cordonniers romains, Crépin et Crépinien martyrs du IIIe siècle. La paroisse est dédiée à Saint-Crespin martyr à Soissons[15].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux

[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Dieppe du département de la Seine-Maritime.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Longueville-sur-Scie[16]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Luneray

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la dixième circonscription de la Seine-Maritime.

Intercommunalité

[modifier | modifier le code]

Saint-Crespin était membre de la communauté de communes de Varenne et Scie, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2002 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes Terroir de Caux dont est désormais membre la commune.

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1835   Louis Cauchois    
1900   M. Cauchois    
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1983 René Clapisson   Agriculteur
mars 1983 janvier 2010[18] Raynald Clapisson   agriculteur
Démissionnaire
2010[19] 2014 Michèle Guisolan    
2014 mai 2020 Jean-Pierre Langlois    
mai 2020[20] En cours
(au 10 août 2020)
Sophie Doré    

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[22].

En 2021, la commune comptait 316 habitants[Note 4], en augmentation de 9,34 % par rapport à 2015 (Seine-Maritime : −0,14 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
218235239216215229221214216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
207194173190206193189185179
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
180158179177180173152157155
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
151174177263283284285282281
2014 2019 2021 - - - - - -
290308316------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 25,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 45,2 % la même année, alors qu'il est de 26,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 117 hommes pour 185 femmes, soit un taux de 61,26 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,9 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,5 
90 ou +
15,7 
10,1 
75-89 ans
23,1 
20,0 
60-74 ans
14,3 
19,1 
45-59 ans
11,6 
17,5 
30-44 ans
12,6 
15,8 
15-29 ans
6,8 
15,0 
0-14 ans
15,8 
Pyramide des âges du département de la Seine-Maritime en 2021 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
1,8 
6,7 
75-89 ans
9,6 
16,7 
60-74 ans
18 
19,4 
45-59 ans
19 
18,5 
30-44 ans
17,5 
19,2 
15-29 ans
17,4 
18,9 
0-14 ans
16,7 

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]

Église Saint-Crépin.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]
  • « Saint-Crespin », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Longueville-sur-Scie comprend deux villes-centres (Longueville-sur-Scie et Sainte-Foy) et cinq communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee

[modifier | modifier le code]

Autres sources

[modifier | modifier le code]
  1. http://www.insee.fr/
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  5. « Orthodromie entre Saint-Crespin et Dieppe », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Dieppe » (commune de Dieppe) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Dieppe » (commune de Dieppe) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Longueville-sur-Scie », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Rouen », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. a b c et d Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, page 890.
  15. a et b François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 135.
  16. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. « Les maires de Saint-Crespin », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le ).
  18. « Le maire démissionne : SAINT-CRESPIN.La municipalité a réuni les habitants de la commune pour les vœux », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le maire leur a annoncé officiellement qu'il présentait sa démission pour des raisons de santé, une décision « mûrement réfléchie ». Raynald Clapisson était premier magistrat de la commune depuis 1983 ».
  19. « Michèle Guisolan élue maire : SAINT-CRESPIN.Le conseil municipal remanié après la démission de l'ancien édile », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ) « C'est la première adjointe, Michèle Guisolan, qui a été élue premier magistrat de la commune par sept voix contre quatre ».
  20. Augustin Bouquet des Chaux, « Municipales 2020 : à Saint-Crespin près de Dieppe, Sophie Doré présente sa liste : Sophie Doré, ancienne première adjointe du maire de Saint-Crespin (Seine-Maritime), a choisi de se lancer dans la course aux municipales. Elle présente sa liste », Les Informations dieppoises,‎ (lire en ligne, consulté le ) « ean-Pierre Langlois, le maire de Saint-Crespin près de Dieppe (Seine-Maritime) ayant annoncé son retrait de la vie municipale, sa première adjointe Sophie Doré a décidé de présenter sa candidature au poste de premier magistrat. Élue conseillère municipale en 2008, Sophie Doré a effectué deux mandats en qualité de conseillère puis le dernier en qualité de première adjointe ».
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Saint-Crespin (76570) », (consulté le ).
  25. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département de la Seine-Maritime (76) », (consulté le ).