Saint-Crépin-Ibouvillers (commune déléguée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Crépin.
Saint-Crépin-Ibouvillers
commune déléguée
Saint-Crépin-Ibouvillers (commune déléguée)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Chaumont-en-Vexin
Intercommunalité Communauté de communes des Sablons
Maire délégué Alain Letellier
2015-2020
Code postal 60149
Code commune 60P01
Démographie
Gentilé Saint-Crépiniens
Population 1 483 hab. (2014)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 50″ nord, 2° 04′ 24″ est
Altitude Min. 97 m
Max. 168 m
Superficie 14,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 15.svg
Saint-Crépin-Ibouvillers
commune déléguée

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 15.svg
Saint-Crépin-Ibouvillers
commune déléguée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Crépin-Ibouvillers
commune déléguée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Crépin-Ibouvillers
commune déléguée

Saint Crépin-Ibouvillers est une ancienne commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le Bassin parisien, au sud de la région Hauts-de-France en limite nord du Val-d'Oise. Elle appartient historiquement à la région du pays de Thelle. Saint Crépin-Ibouvillers est située à 5 km au nord-ouest de Méru, à 16 km à l'est de Chaumont-en-Vexin, à 23 km au sud de Beauvais et à 27 km au nord de Pontoise.

La superficie du village est de 14,43 km² (1443 hectares)[1] soit environ la taille moyenne d'une commune de France métropolitaine. Son altitude moyenne est de 134 m au-dessus du niveau de la mer[1] soit un peu plus élevée que la moyenne départementale.

Communes limitrophes de Saint Crépin-Ibouvillers
Montherlant Ressons-l'Abbaye Corbeil-Cerf
Pouilly Saint Crépin-Ibouvillers Lormaison
Ivry-Le-Temple Villeneuve-les-Sablons Méru

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Saint-Crépin-Ibouvillers remonte aux Gaulois. Elle est bordée à l'est de l'ancienne voie romaine dite "de la Reine Blanche". La commune dépendait jadis de la seigneurie de Marivaux. Au Moyen Âge, une partie de la commune formait la seigneurie de Marivault qui par mariage passa à la maison de l'Isle-Adam au Xve siècle. L'autre partie formait la seigneurie d'Haillancourt, cette dernière fut vendue au chapitre de la cathédrale de Beauvais au XIVe siècle.

Au , la commune a fusionné avec sa voisine Montherlant pour donner naissance à la commune nouvelle nommée également Saint-Crépin-Ibouvillers[2],[3]. Les deux communes fusionnées sont à cette occasion devenues des communes déléguées.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1892 1903 Charles Ozanne    
1903 mai 1904 Henri Galmel    
mai 1904 mai 1912 Casimir Doudelle    
mai 1912 décembre 1919 André Doudelle    
décembre 1919 mai 1925 Henri Galmel    
mai 1925 mai 1929 Joseph Houlet    
mai 1929 mai 1935 Jules Raphy    
mai 1935 octobre 1947 Louis De Carrere    
octobre 1947 mars 1965 Pierre Ricour    
mars 1965 1967 Francis Feraud    
1967 mars 1989 Marcel Genty    
mars 1989[5] décembre 2014 Alain Letellier[6] UMP Maire de la commune nouvelle de Saint-Crépin-Ibouvillers (2015 → )
Conseiller général de Méru (1982 → 2015)
Conseiller départemental de Chaumont-en-Vexin (2015 → )
Président de la communauté de communes des Sablons (1992 → )

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Langdorf (Allemagne) depuis 2002.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 483 habitants, en augmentation de 24 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
700 646 729 687 674 681 650 700 703
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
697 670 637 588 664 681 653 702 698
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
745 849 846 712 777 788 709 628 636
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
575 576 643 629 747 1 038 1 167 1 207 1 483
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,9 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,4 %, 15 à 29 ans = 19,5 %, 30 à 44 ans = 24,7 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 9,8 %) ;
  • 52,9 % de femmes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 16,4 %, 30 à 44 ans = 24,8 %, 45 à 59 ans = 15,9 %, plus de 60 ans = 22,2 %).
Pyramide des âges à Saint-Crépin-Ibouvillers en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,9 
90  ans ou +
4,2 
2,9 
75 à 89 ans
12,5 
6,0 
60 à 74 ans
5,5 
21,6 
45 à 59 ans
15,9 
24,7 
30 à 44 ans
24,8 
19,5 
15 à 29 ans
16,4 
24,4 
0 à 14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Crépin-et-Saint-Crépinien et le centre culturel Philippe-de-l'Isle.
La ferme de Marivaux.

Saint-Crépin-Ibouvillers ne compte qu’un seul monument historique sur son territoire.

  • Église Saint-Crépin-et-Saint-Crépinien, place de l'Église (classée monument historique par arrêté du [13]) : Cette église de plan cruciforme se singularise par sa flèche de pierre octogonale du milieu du XVIe siècle, d'une facture lourde et d'une composition singulière, avec un décor librement inspiré de la Renaissance et quelques réminiscences du style gothique flamboyant. À l'intérieur, le chœur et les croisillons du transept sont surtout remarquables pour leurs voûtes d'ogives sexpartites et l'agencement inhabituel des supports, qui conservent en partie leur polychromie ancienne. La construction s'est vraisemblablement échelonnée entre la fin du XIIe siècle et le milieu du XIIIe siècle, et s'est donc achevée en pleine période gothique rayonnant, quand il fut jugé nécessaire de remanier le portail, la fenêtre nord du transept et puis la baie occidentale de la nef dans le nouveau style. La nef a été si profondément remaniée qu'elle ne garde plus aucun caractéristique d'origine. Ses voûtes ont été réalisées après coup au XVIe siècle, et des bas-côtés ont été ajoutés, dont l'un a été démoli à une époque inconnue, puis reconstitué vers 1850. Dans les bas-côtés, l'on remarque les voûtes d'arêtes garnies de fausses ogives en bois[14].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Centre culturel Philippe-de-l'Isle.
  • Ferme de Marivaux du XIVe siècle.
  • Château de Marivaux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Mairie de Saint-Crépin-Ibouvillers », sur Conseil Général (consulté le 17 mars 2015)
  2. Arrêté préfectoral page 17/42.
  3. Arrêté du 30 décembre 2015 portant création de la commune nouvelle de Saint-Crépin-Ibouvillers, résultant de la fusion de la commune avec Montherlant.
  4. Voir sur le site de village.
  5. F. C., « Alain Letellier, seul en lice, à Saint-Crépin-Ibouvillers », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne) « Maire depuis 1989, Alain Letellier veut garder la main à Saint-Crépin-Ibouvillers. Et selon toute vraisemblance, il devrait y parvenir. Le président de la communauté de communes des Sablons est le seul candidat en lice à Saint-Crépin. Sauf cas de figure exceptionnel, Alain Letellier est sûr de repartir pour un nouveau mandat et il pourra mettre en place la commune nouvelle en janvier 2015, fusion entre Saint-Crépin, Montherlant et Pouilly ».
  6. « Les maires élus et réélus avec les nouveaux conseils municipaux installés », L'Echo du Thelle, no 523,‎ , p. 12
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Évolution et structure de la population à Saint-Crépin-Ibouvillers en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  13. « Église Saint-Crépin », notice no PA00114854, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Saint-Crépin Ibouvillers, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 278-280.