Saint-Créac (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Créac
Saint-Créac (Gers)
Le bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Condom
Canton Fleurance-Lomagne
Intercommunalité Communauté de communes des bastides de Lomagne
Maire
Mandat
Yves Martin
2014-2020
Code postal 32380
Code commune 32371
Démographie
Population
municipale
83 hab. (2017 en diminution de 20,19 % par rapport à 2012)
Densité 9,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 55′ 21″ nord, 0° 48′ 09″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 252 m
Superficie 8,37 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Saint-Créac
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Saint-Créac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Créac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Créac

Saint-Créac (Sent Criac en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Créac est une commune de Gascogne situé en Lomagne. C'est une commune limitrophe avec le département de Tarn-et-Garonne

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Créac[1]
Gramont
(Tarn-et-Garonne)
Marsac
(Tarn-et-Garonne)
L'Isle-Bouzon Saint-Créac Mauroux
Saint-Clar

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Saint-Créac se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Yves Martin[3] MoDem Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5]. En 2017, la commune comptait 83 habitants[Note 1], en diminution de 20,19 % par rapport à 2012 (Gers : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
420489463416511445429400383
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
375358322314284268252250225
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
237226180168164181193174168
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
1351191351141001021028583
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La première église de Saint-Créac fut construite au Ve siècle. Le village étant devenu fief de l'ordre des Templiers, elle fut remaniée au XIIe. Après que Saint-Créac fut rasé en 1369 par un lieutenant du Prince Noir, seul subsiste de cette époque le chœur roman, le reste du bâtiment datant quant à lui du XIVe siècle. Le mur-pignon abrite une cloche de 1745. L'édifice est inscrit monument historique depuis le [8].
  • La croix monumentale du bourg surmontant un autel.
  • Le lavoir.
  • Le château fort: il ne reste plus rien du château des templiers, rasé en 1369. Il jouxtait l'église.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]