Saint-Christophe (Rhône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Christophe
Saint-Christophe (Rhône)
Église Saint-Christophe.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Thizy-les-Bourgs
Intercommunalité Communauté de communes Saône Beaujolais
Statut Commune déléguée
Maire délégué Pascal Guérin
2019-2020
Code postal 69860
Code commune 69185
Démographie
Gentilé Saint-Cretulons
Population 241 hab. (2016 en augmentation de 0,84 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 46″ nord, 4° 32′ 33″ est
Altitude Min. 377 m
Max. 747 m
Superficie 14,62 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Deux-Grosnes
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 15.svg
Saint-Christophe
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 15.svg
Saint-Christophe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Christophe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Christophe

Saint-Christophe (anciennement Saint-Christophe-la-Montagne) est une ancienne commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le , elle devient une commune déléguée de Deux-Grosnes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Christophe fait partie du haut beaujolais

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune trace d'occupation n'est attestée pendant la période romaine, tant au niveau archéologique que bibliographique[2].

Par arrêté préfectoral du , la commune disparaît le au profit de Deux-Grosnes qui regroupe aussi les communes d'Avenas, Monsols, Ouroux, Saint-Jacques-des-Arrêts, Saint-Mamert et Trades[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? André Martin    
2001 En cours Pascal Guérin DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 241 habitants[Note 1], en augmentation de 0,84 % par rapport à 2011 (Rhône : +5,26 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
780751864907989970948977999
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
927871871849831802780741712
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
674653623539530536529480407
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
372359283230218233232232232
2013 2016 - - - - - - -
243241-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Saint Christophe[7]

Perchée sur la colline dominant le village et la vallée de la Grosne, l'église de Saint Christophe la Montagne vous accueille dans un cadre modeste mais reposant. Chaque année, le dernier dimanche de juillet, des pèlerins viennent se mettre sous la protection de Saint Christophe. La situation de l'édifice au sommet et son isolement favorisent à l'intérieur comme à l'extérieur la prière, le recueillement et la réflexion. L'église de Saint Christophe la Montagne fait partie des " Chemins du Sacré " qui regroupent les églises romanes du Beaujolais et Haut Beaujolais. L'existence d'un lieu de culte sous le vocable de Saint Christophe est attestée au Xe siècle(époque carolingienne).

L'abside en cul de four, partie la plus ancienne de cet édifice remonte au Xe siècle. Le chevet surmonté d'un clocher couvert de lauzes (pierres plates) et la nef étant vraisemblablement postérieures, dateraient de la fin du XIe siècle.

Cette église qui dépendait du diocèse d'Autun, fut protégée pendant de longs siècles par les moines de Cluny.

En 1830 ne pouvant plus contenir la population, alors croissante, il fut décidé de l'agrandir en y ajoutant deux nefs latérales et en supportant la charpente par des piliers qui se trouvent à l'emplacement des anciens murs gouttereaux. En raison de ce nécessaire élargissement, le cimetière entourant l'église a du être déplacé.

En 1958 des travaux permirent la découverte de fresques murales datées de la fin du XVe siècle (inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques). La pierre d'autel découverte à cette même date servait de dalle sur le sol de l'abside. Cinq croix gravées dans cette pierre d'autel semblent représenter la croix du riche et puissant ordre militaire et religieux des Templiers (1119-1312).

Les statues : La Vierge à l'Enfant (bois) du XVIIe siècle, St Etienne diacre (en pierre) fin XVème, sont classées monuments historiques. St Jean l'Évangéliste (bois) du XVIIIème, le Christ en bois et sa poutre de gloire du XVIIIème, sont inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Depuis 1963, l'intérieur est illuminé par dix vitraux, création de Luc Barbier, artiste beaujolais, oeuvre complétée en 1988 par les trois vitraux de l'abside et la rosace de l'œil de bœuf.

Le chemin de croix en bois, a été sculpté en 1961 par Robert Darnas, artiste lyonnais et la statue de St Christophe a été sculptée en 1961 par un ancien curé de Chénelette (paroisse voisine), le père Joasson.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Emmanuel Aubry, « Arrêté relatif à la création de la commune nouvelle de Deux-Grosnes », Recueil des actes administratifs spécial n°69-2018-087,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 307
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Saint-Christophe-la-Montagne - Destination Beaujolais », sur www.destination-beaujolais.com (consulté le 13 décembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]