Saint-Christophe-la-Couperie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Christophe.

Saint-Christophe-la-Couperie
Saint-Christophe-la-Couperie
L'église Saint-Christophe.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton La Pommeraye
Commune Orée d'Anjou
Statut Commune déléguée
Maire délégué Anne Guilmet
2015-2020
Code postal 49270
Code commune 49270
Démographie
Gentilé Christoforien
Population 850 hab. (2013)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 18″ nord, 1° 10′ 48″ ouest
Altitude Min. 74 m
Max. 104 m
Superficie 8,29 km2
Historique
Date de fusion 15 décembre 2015
Commune(s) d’intégration Orée d'Anjou
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Saint-Christophe-la-Couperie

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Saint-Christophe-la-Couperie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Christophe-la-Couperie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Christophe-la-Couperie

Saint-Christophe-la-Couperie est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou[1].

Ce village rural du sud Loire est une localité essentiellement viticole.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Ce village angevin se situe dans la région des Mauges, dans l'ouest du Département, sur la route D 154 qui va de Saint-Laurent-des-Autels (nord) à La Boissière-du-Doré (sud-ouest)[2]. Saint-Christophe-la-Couperie se trouve à 53 km à l'ouest d'Angers, à 28 km à l'est de Nantes et à 32 km au nord de Cholet[3].

La commune est limitrophe du département de la Loire-Atlantique (commune de La Boissière-du-Doré).

Le territoire des Mauges est la petite région qui couvre la partie sud-ouest du Maine-et-Loire, délimitée au nord par la Loire (fleuve) et à l'est par le Layon (rivière)[4].

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches sont Saint-Laurent-des-Autels (4 km), La Boissière-du-Doré (4 km), Landemont (5 km), La Remaudière (5 km), Le Puiset-Doré (6 km), Le Fuilet (6 km), Saint-Sauveur-de-Landemont (6 km), La Chaussaire (6 km), La Regrippière (8 km) et Barbechat (8 km)[3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune varie de 74 à 104 mètres[5], pour une altitude moyenne de 89 mètres. Son territoire s'étend sur une superficie de plus de 8 km2 (829 hectares)[6].

Situé sur un haut plateau[7], on trouve sur le territoire de la commune une forêt (forêt de la Foucaudière), traversée par un petit ruisseau (la Couperie) qui entretient la faune et la flore.

La commune de Saint-Christophe-la-Couperie figure à l'inscription[8] de

  • Inventaires des zones naturelles d'intérêt écologique, floristique et faunistique (ZNIEFF) pour les landes du Fuilet et la forêt de Foucaudière ;
  • Schémas d'aménagement et de gestion des eaux pour la zone d'estuaire de la Loire.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune la rivière la Divatte (dite localement ruisseau des Recoins ou de la Macraisière), qui forme la limite est et sud, ainsi que ses affluents les ruisseaux de la Foucaudière, des Hérondières (dit aussi de la Couperie) et de l'Auberdière[9].

Climat[modifier | modifier le code]

Son climat est tempéré, de type océanique. Le climat angevin est particulièrement doux, de par sa situation entre les influences océaniques et continentales. Généralement les hivers sont pluvieux, les gelés rares et les étés ensoleillés[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine : le village s'inscrit dans un territoire essentiellement rural.

En 2011 on trouvait 301 logements sur la commune de Saint-Christophe-la-Couperie, dont 95 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 91 %, et dont 73 % des ménages en étaient propriétaires[11]. L'année suivante, en 2012, on trouvait 308 logements sur la commune de Saint-Christophe-la-Couperie, dont 95 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 90 %, et dont 73 % des ménages en étaient propriétaires[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Sanctus Christoforus en 1082[7], La Choperia en 1180, La Coperia en 1185[9], Saint-Christophe-de-la-Couperie en 1793 et 1801[13].

De très nombreuses communes portent de nom « Saint-Christophe », dont l'une en Maine-et-Loire (Saint-Christophe-du-Bois).
La Couperie est un lieu-dit de la commune, correspondant à une ancienne seigneurie (XIIe siècle), et qui a donné son nom au ruisseau du même nom. L'origine de ce nom viendrait du vieux français désignant un site défriché[14].

Nom des habitants : les Christoforiens[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des traces anciennes ont été trouvées sur la commune : cinq haches polies, une hache bipenne perforée en silex taillé, plusieurs haches de bronze, un bracelet de bronze[9].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le territoire de Saint-Christophe a pour seigneur le baron de Champtoceaux. Son dernier seigneur en sera le prince de Condé[9].

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Bien qu'une paroisse semble avoir été constituée dès le XVIe siècle, elle n'est qu'une annexe de celle de La Remaudière, comme celle de La Boissière-du-Doré. Il faut attendre 1766 pour qu'une paroisse distincte soit constituée, appartenant au diocèse de Nantes[9].

À la fin de l'Ancien Régime (royaume de France), Saint-Christophe relève du Doyenné de Clisson, du Grenier à sel de Saint-Florent, du Présidial et de l'Élection d'Angers[9].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la réorganisation administrative qui suit la Révolution, Saint-Christophe la Couperie est intégré en 1790 au canton de Chamtoceaux[15] (département de Maine-et-Loire) et au district de Saint-Florent-le-Vieil, puis en 1800 à l'Arrondissement de Beaupreau[16], et en 1857 à l'arrondissement de Cholet[13].
Au point de vue judiciaire, Saint-Christophe-la-Couperie, tout comme Saint-Laurent-des-Autels et Saint-Sauveur-de-Landemont, relève de la Sénéchaussée d'Angers, puis de 1790 à 1859 du tribunal de Beaupréau, pour ensuite être du ressort du tribunal de Cholet[17].

Comme dans le reste de la région, à la fin du XVIIIe siècle se déroule la guerre de Vendée, qui marquera de son empreinte le pays tout entier.

À la fin du XIXe siècle, le bourg ne comprend qu'une douzaine de maisons. À cette époque l'artisanat se compose de neuf fours à briques et à tuiles et de deux moulins à vent[18].
La géologie du territoire de la commune (terrain silurien inférieur métamorphique) fournit des terres argileuses employées à la réalisation de briques et carreaux. La commune limitrophe du Fuilet est d'ailleurs réputée pour ses poteries[9].

À cette même époque est construite la ligne de chemin de fer du Petit Anjou, dont la ligne Nantes-Cholet passait par La Remaudière, Landemont, Saint-Christophe-la-Couperie, Le Puiset-Doré et Saint-Rémy-en-Mauges[19].

En 2014, un projet de fusion de l'ensemble des communes de l'intercommunalité au sein d'une commune nouvelle se dessine. L'ensemble des conseils municipaux se sont prononcés favorablement au projet de cette nouvelle entité entre le 1er et le 8 juillet 2015[20], laquelle qui fut baptisée Orée d'Anjou[21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le , Saint-Christophe-la-Couperie constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Orée d'Anjou et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
15 décembre 2015 en cours Anne Guilmet[22]    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

La commune est érigée en municipalité en 1790 (Saint-Christophe-la-Couperie)[13]. Le conseil municipal est composé de 15 élus[23].

Liste des maires successifs[24]
Période Identité Étiquette Qualité
1789   Jean Gerfault    
1790   Pierre Megrau    
An V   François Tessier    
An VIII   Jean Rivet    
An XIII   Louis Bidet    
1814   Julien Clémot    
1830   René-Clément Bigeard    
1870   Henri Bordage    
1871 1881 Théophile Porcheret    
1881 1894 Laurent Moreau    
1884 1892 Joseph Poilâne    
1892 1896 Julien Rivet    
1896 1901 Jean Guéry    
1901 1903 Joseph Poilâne    
1903 1904 Jean Guéry    
1904 1945 René Bigeard    
1945 1959 Pierre Cogné    
1959 1977 Antoine Boiteau    
1977 1995 Claude Coiffard    
1995 mars 2008 Jean-Paul Tessier    
mars 2008 décembre 2015 Anne Guilmet[25]    

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du canton de Champtoceaux[26]. Cette structure intercommunale regroupait neuf communes dont Saint-Laurent-des-Autels, Landemont et Saint-Sauveur-de-Landemont[18]. L'intercommunalité était membre du pays des Mauges, structure administrative d'aménagement du territoire. Cette intercommunalité regroupe sept communautés de communes : Bocage, Champtoceaux, Montrevault, Saint-Florent-le-Vieil, Centre-Mauges, Chemillé et Moine-et-Sèvre. La création de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou entraîne la suppression de la communauté de communes à la date du , avec transfert de ses compétences à la commune nouvelle[1].

Jusqu'en 2014 Saint-Christophe-la-Couperie fait partie du canton de Champtoceaux et de l'arrondissement de Cholet[13],[27]. Le canton compte alors les neuf mêmes communes que celles intégrées dans l'intercommunalité. C'est l'un des quarante-et-un cantons que compte le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. Le canton de Champtoceaux disparait et la commune est rattachée au canton de La Pommeraye, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[28].

La commune faisait partie de la sixième circonscription de Maine-et-Loire, composée de six cantons dont Champtoceaux, Montrevault et Saint-Florent-le-Vieil ; cette circonscription de Maine-et-Loire étant l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[30],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 850 habitants, en augmentation de 16,44 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
934311450515567577566608581
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
566575610584590588601572556
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
544511502508466443440441435
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2013
434436440451447455637810850
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,3 %, 15 à 29 ans = 21,6 %, 30 à 44 ans = 25,9 %, 45 à 59 ans = 15 %, plus de 60 ans = 12,2 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 23,7 %, 15 à 29 ans = 21,5 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 18 %, plus de 60 ans = 13,9 %).
Pyramide des âges à Saint-Christophe-la-Couperie en 2008 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
2,2 
75 à 89 ans
2,5 
10,0 
60 à 74 ans
11,4 
15,0 
45 à 59 ans
18,0 
25,9 
30 à 44 ans
23,0 
21,6 
15 à 29 ans
21,5 
25,3 
0 à 14 ans
23,7 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[34].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie de Nantes, on trouve sur la commune de Saint-Christophe-la-Couperie une école maternelle et une école primaire[35]. On y trouve aussi une salle des fêtes et une maison commune de loisirs.

Il faut se rendre à Champtoceaux, siège de la communauté de communes, pour trouver d'autres structures : gendarmerie, centre de secours, collège, bureau de poste et trésorerie[35], ainsi que la plupart des professionnels de la santé, comme le Centre communal d'action sociale et la maison de retraite (EHPAD Maison de retraite Saint-Louis)[36]. L'hôpital local le plus proche se trouve soit à Nantes (28 km), soit à Cholet[36] (32 km)[3].

Un service de ramassage des ordures ménagères (collecte sélective) est assuré par le SIRDOMDI de Beaupréau. Créé en 1976, ce syndicat mixte assure la collecte et le traitement des ordures ménagères de cinquante-cinq communes de la région. On ne trouve qu'une seule déchèterie sur le territoire de l'intercommunalité, située à Saint-Laurent-des-Autels, au lieu-dit le Pâtis[37].

Transports en commun : La commune n'est pas desservie par une ligne d’autobus. Il faut aller sur la commune de Landemont (5 km)[3] pour accéder au réseau interurbain de Maine-et-Loire AnjouBus (Ligne 21 Cholet - St Laurent des Autels)[38]. Il n'existe pas de réseau ferroviaire desservant Saint-Christophe-la-Couperie.

Économie[modifier | modifier le code]

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Commune principalement agricole, en 2009, sur les 46 établissements présents sur la commune, 48 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 18 % sur le département)[39]. Deux ans plus tard, en 2011, sur 46 établissements présents sur la commune, 48 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 9 % du secteur de l'industrie, 7 % du secteur de la construction, 26 % de celui du commerce et des services et 11 % du secteur de l'administration et de la santé[11].

Sur 56 établissements présents sur la commune à fin 2012, 38 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 15 % sur le département), 7 % du secteur de l'industrie, 9 % du secteur de la construction, 39 % de celui du commerce et des services et 7 % du secteur de l'administration et de la santé[12].

On trouve sur la commune une fabrique de meubles de style, un atelier de tournage fraisage, un maçon, des agriculteurs, un horticulteur, un commerce multi-services bar-tabac, un salon de coiffure et une boutique de décoration et de loisirs créatifs[18].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Vignobles de la vallée de la Loire.
Vignobles de la vallée de la Loire.
(Cliquez pour agrandir)

L'activité agricole représente l’activité la plus importante du territoire. La commune se trouve dans la région des vignobles du Val de Loire, et notamment dans l'appellation Gros Plan du pays Nantais.
Le Gros Plant du pays Nantais est un vin blanc sec et léger, à robe pâle à légers reflets verts. Son aire de production couvre 1 476 hectares sur environ quatre-vingt-dix communes, principalement du département de la Loire-Atlantique, mais aussi de Maine-et-Loire et de Vendée[40].

Liste des appellations présentes sur le territoire de Saint-Christophe-la-Couperie[41] :

  • IGP Brioche vendéenne,
  • IGP Bœuf de Vendée, IGP Bœuf du Maine, AOC AOP Maine-Anjou, IGP Volailles de Cholet, IGP Volailles d’Ancenis,
  • AOVDQS AOP Gros plant du Pays Nantais, AOVDQS AOP Gros plant du Pays Nantais sur Lie,
  • IGP Maine-et-Loire blanc, IGP Maine-et-Loire rosé, IGP Maine-et-Loire rouge,
  • IGP Mâche nantaise.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine

  • Château de la Foucaudière.
  • Moulin-tour des Héronnières.

La commune de Saint-Christophe-la-Couperie ne comporte pas d'inscription au Patrimoine[42].

Hameaux et lieux-dits

Les différents lieux-dits et hameaux de Saint-Christophe la Couperie : le Lattay, les Antiers, les Ventes, l’Éspérance, la Martinière, les Blés d'or, le clos des quatre vents, la Guellerie, les Blutteries, la Mocaisiere, les Petites Bourgères, l'Audardiere, l'Aubardiere, la Boulaire, la Couperie, les Héronnières, les Avenaux, la Boizinière, les Pagues, la Garillères, la Cour de Blois, le Bourg Nouveau.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles de la Roche, écuyer, seigneur de la Couperie au XVIe siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Préfecture de Maine-et-Loire, Recueil spécial des actes administratifs no 89 - 25 novembre 2015. Pages 15-16-17, arrêté no DRCL/BCL/2015-79 du 23 novembre 2015 portant création de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou.
  2. IGN et BRGM, Géoportail Saint-Christophe-la-Couperie (49), consulté le 10 juin 2012.
  3. a b c et d Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Saint-Christophe-la-Couperie (49), consulté le 31 octobre 2011 — Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  4. Louis Poirier, Essai sur la morphologie de l'Anjou méridional (Mauges et Saumurois), Annales de Géographie, 1935, t.44 no 251 p. 474 - Voir Mauges.
  5. IGN, Répertoire géographique des communes (RGC 2010), consulté le 2 février 2011 - Données consultables sur WikiAnjou.
  6. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui (op. cit.), consulté le 31 octobre 2011. L'édition révisée du Célestin Port de 1996, op. cit. p. 38, indique également une superficie de 829 hectares.
  7. a et b Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Lachèse & Dolbeau, 1878, t. 3 p. 340 et suivantes - selon ses travaux faits au XIXe siècle sur les archives anciennes.
  8. DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, Liste des zonages recensés sur la commune de Saint-Christophe-la-Couperie, consultée le 31 octobre 2011.
  9. a b c d e f et g Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874 1878, Édition révisée de 1996 par André Sarazin et Pascal Tellier, t. 4, p. 37 et suivantes.
  10. Comité météorologique départemental, Climat de Maine-et-Loire, consulté le 24 mai 2011.
  11. a et b Insee, Statistiques locales 2011 du territoire de Saint-Christophe-la-Couperie, consultées le 2 novembre 2014.
  12. a et b Insee, Statistiques locales du territoire de Saint-Christophe-la-Couperie (49), consultées le 23 août 2015.
  13. a b c et d EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale de Saint-Christophe-la-Couperie, consultée le 2 novembre 2011 - Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  14. a et b Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Cheminements, 2005, p. 150.
  15. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui (op. cit.), canton de « Chamtoceaux » puis « Champtoceaux ».
  16. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui (op. cit.), arrondissement de « Beaupreau » puis « Beaupréau ».
  17. Société des bibliophiles bretons et de l'histoire de Bretagne, Revue de Bretagne de Vendée & d'Anjou, janvier 1909, vol. 41, p. 216 à 218.
  18. a b et c Communauté de communes de Champtoceaux, Saint Christophe-la-Couperie, consulté le 2 novembre 2011.
  19. Jacqueline Cantaloube et Michel Raclin, Il était une fois le Petit Anjou, éditions AAPA, 2008.
  20. « Champtoceaux. Une cinquième commune nouvelle dans les Mauges », sur Ouest-France, .
  21. « Champtoceaux. La commune nouvelle s'appellera Orée-d’Anjou », sur Ouest-France, (consulté le 6 octobre 2015).
  22. « L'équipe municipale », sur Mairie d'Orée d'Anjou, (consulté le 2 juin 2019).
  23. Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales.
  24. Édition révisée du Célestin Port de 1996, op. cit. p. 38 (Maires).
  25. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  26. Insee, Composition de l'EPCI du Canton de Champtoceaux (244900783, consulté le 3 octobre 2013.
  27. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Saint-Christophe-la-Couperie, consultée le 22 février 2015.
  28. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  29. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  33. « Évolution et structure de la population à Saint-Christophe-la-Couperie en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 octobre 2012).
  34. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 28 octobre 2012)
  35. a et b Conseil général de Maine-et-Loire, Canton de Champtoceaux, consulté le 3 novembre 2011.
  36. a et b Fédération hospitalière de France, Département de Maine-et-Loire, consulté le 3 novembre 2011.
  37. SIRDOMDI de Beaupréau, Collecte des ordures ménagères, consulté le 3 novembre 2011.
  38. Destineo, Transports en Pays de la Loire, consulté le 3 novembre 2011.
  39. insee, Statistiques locales 2009 du territoire de Saint-Christophe-la-Couperie, consultées le 4 novembre 2011.
  40. INAO, Fiche du Gros Plant du Pays Nantais, consulté le 4 novembre 2011.
  41. INAO, Fiche de Saint-Christophe-la-Couperie, consultée le 4 novembre 2011 - AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), AOP Appellation d'origine protégée (CE), IGP Indication géographique protégée (CE), AOVDQS Appellation d'origine vin délimité de qualité supérieure.
  42. Ministère de la Culture, Monuments historiques et inventaire du patrimoine culturel, base Mérimée, consultée le 4 novembre 2011.