Saint-Côme (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Côme.
Saint-Côme
La mairie (sept. 2011)
La mairie (sept. 2011)
Blason de Saint-Côme
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton Le Sud-Gironde
Intercommunalité Communauté de communes du Bazadais
Maire
Mandat
Serge Mourlanne
2014-2020
Code postal 33430
Code commune 33391
Démographie
Gentilé Saint-Cômais
Population
municipale
315 hab. (2014)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 25′ 37″ nord, 0° 10′ 47″ ouest
Altitude Min. 42 m – Max. 124 m
Superficie 5,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de la Gironde
City locator 14.svg
Saint-Côme

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Saint-Côme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Côme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Côme
Liens
Site web cc-bazadais.fr/mairie_saint-come

Saint-Côme est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le Bazadais à l'est de Bazas, le Beuve et ses affluents, qui dessinent les contours de la commune de Saint-Côme, lui donnent la forme approximative d'un cœur.

Les rives parfois basses, sont bordées de zones humides, occupées par des herbages comme en témoigne le nom du lieu-dit Labarthe.

Au milieu de paysages pleins de charme, vallonnés, parcourus de ruisseau entourés de versants boisés et de prairies le village s'élève au sommet d'un coteau, à 90 m d'altitude.

La commune se situe à 62 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 18 km au sud-est de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 3 km à l'est de Bazas, chef-lieu de canton[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Gajac au nord-est, Birac au sud-est, Sauviac au sud-ouest, et Bazas au nord-ouest.

Communes limitrophes de Saint-Côme[2]
Bazas Gajac
Saint-Côme[2]
Sauviac Birac

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La principale voie de communication routière qui traverse la commune est la route départementale D655, qui relie Bazas à l'ouest-nord-ouest à Lavazan et Grignols à l'est-sud-est.

L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est le no 4, dit de La Réole, distant de 19 km vers le nord-est.
L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 6,5 km vers l'ouest-nord-ouest.

La gare SNCF la plus proche est celle de Langon, distante de 19 km vers le nord-ouest, sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En gascon, le nom de la commune est Sent Còrme.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'édifice le plus ancien est l'église dédiée à saints Côme et Damien. Plusieurs fois, elle a été abîmée ou détruite au cours des siècles, d'abord par les normands au Xe siècle, ensuite, durant de la guerre de Cent Ans, puis par les calvinistes, enfin, pendant la période révolutionnaire.

À la Révolution, la paroisse Saint-Côme forme la commune de Saint-Côme[3].

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune a adopté le nom révolutionnaire de La Montagne[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[5]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Serge Mourlanne[6]   Fonctionnaire
    ...    
1912   Léon Baluteau    
1907 1912 Jean Lartigue    
1903 1907 Paul Benquet    
1883 1903 M. Béguerie †    
1835 1883 Pierre Couthure    
1831 1835 Jacques Darquey    
1815 1835 M. Duchamps    
1815 1815 M. Benquet    
  1814 M. Duchamps    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Saint-Cômais[7].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 315 habitants, en augmentation de 6,06 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
490 477 563 406 411 446 502 501 455
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
481 453 454 431 442 427 452 425 397
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
368 351 364 300 288 283 283 274 284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
288 249 271 278 256 249 297 310 315
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

possède une école primaire

Vie associative[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une vie associative riche avec un club de théâtre, la société de chasse, un club de gymnastique, et un comité des fêtes dynamique.

Économie[modifier | modifier le code]

Dans la commune se trouvent un restaurant et deux artisans.

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune compte environ une dizaine d'agriculteurs : élevage bovin, notamment de race bazadaise, céréales, fraises et tabac. Une ferme biologique a fait son apparition depuis 2011 (plantes aromatiques et médicinales, vergers, maraîchages, cueillette de fleurs sauvages).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Côme-et-Saint-Damien, souvent reconstruite et remaniée, ne présente aucune unité architecturale ; en 1838, de grands travaux de rénovation furent entrepris par l'abbé O'Reilly, curé de la paroisse.
Jusqu'au début du XXe siècle, la vénération portée à saint Côme, saint patron de la paroisse était grande et donnait lieu à un pèlerinage annuel. À cette dévotion, on avait attaché les vertus curatives de l'eau de la fontaine près de l'église, qui selon la légende guérissait les affections cardiaques.
À l'intérieur de l'église on peut voir une clé de voûte portant en chiffres romains la date de 1653. L'autel en bois du XVIIIe siècle est répertorié à l'inventaire des bâtiments de France. On peut remarquer, dans l'église, la statue de saint Côme tenant dans sa main droite un cœur, alors que sa main gauche est posée sur une épée, instrument de son martyre sous Dioclétien, au IVe siècle.
  • Le domaine de Beaulieu, ensemble de bâtiments classiques du XVIIIe siècle se cache dans la vallée du ruisseau de Sauviac.
  • La Maison Noble La Vialle (label de la Fondation du Patrimoine) construite en 1568, possède un corps de logis rectangulaire à deux niveaux contre lequel s'appuie une tour ronde avec une toiture dite « en poivrière » couverte d'ardoise, les fenêtres sont à meneaux. Elle a été brulée en 1568 et reconstruite en 1597. Elle possède un perron et un cadran solaire est intégré à l'angle sud du corps du logis.
    Les premiers propriétaires ont été la famille de Roux (Jean) prévôt royal à Bazas dès 1579.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Saint-Côme se blasonnent ainsi : Parti, au premier d'azur à la fontaine jaillissante d'argent, au deuxième de gueules à l'épée versée d'argent, le tout sommé d'un chef d'or chargé d'un cœur de gueules[11]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 55,8 km pour Bordeaux, 14,9 km pour Langon et 2,6 km pour Bazas. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 25 octobre 2011.
  2. Saint-Côme sur Géoportail, consulté le 20 mai 2015.
  3. Historique des communes, p. 48, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 5 avril 2013.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Noms des maires de 1814 à 1912 : [PDF] La Petite Histoire de Saint-Côme et des Saint-Cômais par Jean Barran, page 11 & seq., consulté le 25 octobre 2011.
  6. Commune de Saint-Côme sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 25 octobre 2011.
  7. Nom des habitants de la commune sur Habitants.fr, consulté le 25 octobre 2011.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Blason dessiné d'après celui du site officiel de la commune, le 31 octobre 2011.