Saint-Césaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Césaire
Saint-Césaire
La rivière Yamaska traversant Saint-Césaire
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Subdivision régionale Rouville
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Guy Benjamin
2011-aujourd'hui
Code postal J0L 1T0
Constitution
Démographie
Gentilé Césairois, Césairoise
Population 5 922 hab. (2020)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 00″ nord, 73° 00′ 00″ ouest
Superficie 8 320 ha = 83,2 km2
Divers
Code géographique 2455023
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Césaire
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Césaire
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Saint-Césaire
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte topographique de Montérégie
City locator 14.svg
Saint-Césaire
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Saint-Césaire est une ville dans la municipalité régionale de comté de Rouville au Québec, située dans la région administrative de la Montérégie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom provient vraisemblablement de saint Césaire (470-542), évêque d'Arles en 503 et primat des Gaules en 514. Anciennement, on identifiait les lieux sous l'appellation « Burtonville », attribuée par le seigneur Pierre-Dominique Debartzch (1782-1846), en mémoire de l'un de ses amis anglais dénommé Burton[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Rouville.

Située à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Granby et au sud de Saint-Hyacinthe, la paroisse d'origine, Saint-Césaire, se trouvait rattachée à la seigneurie de Yamaska et par la suite à la seigneurie Debartzch à partir de 1811. Le territoire se situe dans une plaine, entre la rivière Yamaska et le mont Rougemont.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Une analyse palynologique des dépôts de sédiments de la mer de Champlain sur le site de Saint-Cézaire indique une végétation ouverte de toundra (buissons et forêt), ainsi qu'une flore abondante de dinokyste dominée par Operculodinium centrocarpum[2], Brigantedinium spp. et Algidasphaeridium? minutum[3], indiquant des conditions froides de climat arctique sur les eaux de surface. Les variations morphologiques d'Operculodinium centrocarpum[2] et Algidasphaeridium? minutum[3] ont amené la description des variétés, appelées cesare d'après la location du site[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La nouvelle ville de Saint-Césaire a été créée le . Elle est issue du regroupement de la ville de Saint-Césaire et de la municipalité de la paroisse de Saint-Césaire. Peuplé vers le début du XIXe siècle, la pauvreté extrême des habitants de ce temps ainsi que la nécessité d'un travail constant pour défricher le sol ont valu à l'endroit le surnom « Sainte-Misère » (calqué sur « Saint-Césaire »).

La fondation du village remonte à 1822 et la paroisse, elle, à 1833. Dissous en 1847, le village est rétabli en 1855. Alfred Bessette, qui allait devenir le célèbre frère André (1845-1937) de l'oratoire Saint-Joseph, a vécu à Saint-Césaire de 1854 à 1860. Le village obtient le statut de ville en 1962.

Au XIXe siècle, Saint-Césaire était le site d'un très important marché agricole tous les samedis, où les négociants de partout, même de Montréal, venaient s'y procurer les produits des paroisses environnantes, principalement de la farine, des grains et des animaux.

Verglas de janvier 1998[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Césaire a été particulièrement touchée par la Crise du verglas, se trouvant au coeur de la zone surnommée « le triangle noir ». Le mercredi , les deux lignes électriques de 230 kilovolts qui alimentent le poste de Saint-Césaire cèdent sous le poids de la glace. Le poste n'est rebranché au réseau d'Hydro-Québec que le .[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016 2020
2 9072 9904 8505 1515 6865 8775 922
(Sources : Recensement du Canada et Population des municipalités du Québec,[6],[7])

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc et suivant un découpage de six districts[8].

Saint-Césaire
Maires depuis 2003
Élection Maire Qualité Résultat
2003 Yvon Boucher Voir
2005 Voir
2009 Serge Gendron Voir
2013 Guy Benjamin Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Activités[modifier | modifier le code]

  • Complexe sportif Desjardins (piscine, gymnases)
  • Aréna Guy-Nadeau (démoli en 2019) [9]
  • Club de golf (18 trous)
  • Bibliothèque municipale (École P.-Germain Ostiguy) 1881, avenue Saint-Paul Saint-Césaire
  • Maison des Jeunes des 4 Lieux

Culte[modifier | modifier le code]

La Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X a acquis, en , l'ancien couvent des Sœurs de la Présentation de Marie, ayant appartenu entretemps à la Coopérative académique du Québec. Renommé Centre Saint-Joseph[10], il constitue la nouvelle maison du district du Canada de la fraternité.

Musique et cinéma[modifier | modifier le code]

Pendant l'été 1976, le groupe Harmonium enregistre presque en totalité l'album L'Heptade, reconnu comme un des plus grands disques québécois[11], dans la maison de campagne de Serge Fiori, située au 156, rang Saint-Ours.

Le film French Immersion, réalisé par Kevin Tierney (en) est tourné entièrement dans la municipalité, dans l'ancien couvent. Pour le tournage, elle prend le nom fictif de Saint-Isidore-du-cœur-de-Jésus. L'ancien couvent a également servi de lieu de tournage pour certaines scènes des films Aurore et Les Chroniques de Spiderwick. En 2012, une usine désaffectée de l'avenue Denicourt sert au tournage de Louis Cyr : L'Homme le plus fort du monde[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Saint-Césaire », sur Commission de toponymie du Québec
  2. a et b « Operculodinium centrocarpum (Deflandre & Cookson) Wall 1967 », sur algaebase.org (consulté en ).
  3. a et b « Algidasphaeridium minutum var. minutum Harland et al., 1980 », sur marinespecies.org (consulté en ).
  4. [Vernal, Goyette & Rodrigues 1989] Anne de Vernal, Claire Goyette et Cyril G. Rodrigues, « Contribution palynostratigraphique (dinokystes, pollen et spores) à la connaissance de la mer de Champlain : coupe de Saint-Césaire, Québec », Canadian Journal of Earth Sciences, vol. 26, no 12,‎ , p. 2450–2464 (résumé).
  5. « Chronologie des événements », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le )
  6. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - Saint-Célestin, VL » (consulté le )
  7. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - Saint-Célestin, VL » (consulté le )
  8. https://www.electionsquebec.qc.ca/francais/municipal/carte-electorale/liste-des-municipalites-divisees-en-districts-electoraux.php DGEQ - Liste des municipalités divisées en districts électoraux
  9. « Démolition de l'aréna Guy-Nadeau: des souvenirs qui s’envolent », sur La Voix de l’Est, (consulté le )
  10. La Voix de l'Est du samedi 17 décembre 2011.
  11. Zone Arts- ICI.Radio-Canada.ca, « Retour sur scène de Serge Fiori : « J’ai comme un pied dans la porte » », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  12. « Tournage du film «Louis Cyr» à St-Césaire », sur granbyexpress.com, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]