Saint-Blancard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Blancard
Rue principale.
Rue principale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Astarac-Gimone
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Gers
Maire
Mandat
Georges Barthe
2014-2020
Code postal 32140
Code commune 32365
Démographie
Gentilé Saint-Blancardais
Population
municipale
339 hab. (2014)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 20′ 42″ nord, 0° 38′ 51″ est
Altitude 356 m
Min. 227 m
Max. 357 m
Superficie 14,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Saint-Blancard

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Saint-Blancard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Blancard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Blancard

Saint-Blancard (Sent Blancat en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Saint-Blancardais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Blancard est une commune située dans le département du Gers à la limite du département de la Haute-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Blancard
Aussos Aussos Sarcos
Cabas-Loumassès Saint-Blancard Nénigan
(Haute-Garonne)
Manent-Montané Lalanne-Arqué Lunax
(Haute-Garonne)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Inondations de 1977 en Gascogne.

La commune est arrosée par l'Arrats de devant et par la Gimone dont une partie du lac de la Gimone.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 487 hectares ; son altitude varie de 227 à 357 mètres[1].

Elle est la deuxième commune la plus grande du canton de Masseube par sa superficie. Le village culmine à 332 m d'altitude. Plus encore que les autres villages, Saint-Blancard est particulièrement boisé (311 ha de bois et 65 ha de landes). De par ses fortes pentes, le châtaigner, l'orme, le hêtre et le chêne sont les arbres les plus présents.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur le plan historique, Saint-Blancard est l'une des communes du canton les plus riches. Des fouilles archéologiques ont été réalisées, ce qui permit de montrer que son histoire est en partie liée à celle de son château qui fut immédiatement reconstruit après l'incendie de 1888. Dans la cour d'honneur, alors que l'on creusait une tranchée, d'importants vestiges archéologiques ont été découverts, ce qui laissa supposer l'existence d'un petit château gallo-romain (à la suite de la découverte de deux têtes de statues antiques en marbre).

En 1889 des travaux mirent au jour une petite église romane, qui date selon les spécialistes du XIe ou XIIe siècles. On suppose que cette église a été détruite au profit du château qui fut construit sur une motte féodale durant le haut Moyen Âge.

Au XIIIe siècle, le fief de la maison comtale de Comminges, Saint-Pancrace (Saint-Blancard) devient en 1276 l'apanage de Bertrand d'Orbessan et en 1303 a lieu la construction du château par la communauté des habitants.

De 1535 à 1930, durant quatre siècles, le château subit de nombreuses modifications. Il est habité jusqu’à la Révolution, puis abandonné jusqu'en 1836, date à laquelle les descendants des Gontaut-Biron s'y réinstallent et entreprennent de grands travaux.

Durant la Première Guerre mondiale, le marquis et la marquise fondent un hôpital dans le château pouvant accueillir 30 lits. Pendant 22 mois, il fonctionnera sans interruption, accueillant de nombreux soldats blessés.

En 1940 le château est réquisitionné par l’État pour y abriter la collection égyptienne du musée du Louvre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes les Hautes Vallées et du canton d'Astarac-Gimone (avant le redécoupage départemental de 2014, Saint-Blancard faisait partie de l'ex-canton de Masseube).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Georges Barthe[2] UMP-LR Agriculteur retraité
Ancien Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 339 habitants, en augmentation de 2,42 % par rapport à 2009 (Gers : 1,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
534 261 532 543 576 562 568 617 619
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
600 580 539 557 550 579 536 506 515
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
479 506 378 357 365 357 327 309 273
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014 -
255 217 229 205 257 333 346 339 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Blancard fait partie de l'académie de Toulouse.

Santé[modifier | modifier le code]

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pancrare date du XIIIe siècle.

Le château de Saint-Blancard date des XIVe et XVIe siècles. Il fut reconstruit au XIXe siècle à la suite d'un incendie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]