Aller au contenu

Saint-Bauzile (Ardèche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Bauzile
Saint-Bauzile (Ardèche)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Privas
Intercommunalité Communauté de communes Ardèche Rhône Coiron
Maire
Mandat
Michel Heyraud
2020-2026
Code postal 07210
Code commune 07219
Démographie
Gentilé Saint-Bauzilois, Saint-Bauziloises
Population
municipale
321 hab. (2021 en augmentation de 6,64 % par rapport à 2015)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 40′ 39″ nord, 4° 40′ 29″ est
Altitude Min. 220 m
Max. 646 m
Superficie 7,05 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Privas
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Pouzin
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Saint-Bauzile
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Saint-Bauzile
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
Saint-Bauzile
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Saint-Bauzile

Saint-Bauzile est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants sont appelés les Saint-Bauzilois et les Saint-Bauziloises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

La commune est située sur les contreforts du plateau du Coiron sur un col formé avec la montagne d'Andance[2].

La vallée du Rhône se trouve à 10 km du village, et les villes de Privas et de Montélimar sont à 15 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Bauzile est limitrophe de six communes[3], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Des feuilles de châtaignier fossilisées datant de l'ère tertiaire ont été retrouvées dans des carrières de diatomite de Saint-Bauzile. Les strates où elles ont été retrouvées ont été datées de 8,5 millions d'années[4].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat méditerranéen altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[5]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat méditerranéen et est dans la région climatique Provence, Languedoc-Roussillon, caractérisée par une pluviométrie faible en été, un très bon ensoleillement (2 600 h/an), un été chaud (21,5 °C), un air très sec en été, sec en toutes saisons, des vents forts (fréquence de 40 à 50 % de vents > 5 m/s) et peu de brouillards[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 916 mm, avec 6,9 jours de précipitations en janvier et 4,2 jours en juillet[5]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Chomérac Sa_rce », sur la commune de Chomérac à 4 km à vol d'oiseau[7], est de 13,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 104,9 mm[8],[9]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[10].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Rieutord, cours d'eau d'une longueur de 10,2 km, un affluent du Lavézon, prend sa source sur le territoire de la commune de Saint-Bauzile

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Saint-Bauzile est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[11]. Elle est située hors unité urbaine[12]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Privas, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[12]. Cette aire, qui regroupe 24 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (56,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (62,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (26,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (24,9 %), prairies (18,3 %), zones agricoles hétérogènes (14,8 %), mines, décharges et chantiers (8,6 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (4,5 %), terres arables (2,1 %)[15].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune porte le nom de Baudile de Nîmes, originaire d'Orléans, mort martyr à Nîmes au IIIe siècle. Outre le Saint-Bauzile de la Lozère, trois communes de l'Hérault s'appellent Saint-Bauzille, et il y a deux Saint-Baudile dans l'Isère.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981 ? Henri Coste   agriculteur, employé
mars 1983 mai 2020 Annie Pollard-Boulogne PS Bibliothécaire
Présidente du syndicat des eaux Ouvèze Payre et du S.I.T.S.L.[16]
mai 2020 En cours
(au 1er octobre 2020)
Michel Heyraud   Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[18].

En 2021, la commune comptait 321 habitants[Note 2], en augmentation de 6,64 % par rapport à 2015 (Ardèche : +2,22 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1856 1861 1866 1872 1876
154144149135210237237237244
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
245240251222216223209144144
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
1361371199898135105124153
1999 2006 2007 2012 2017 2021 - - -
183253263283308321---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Médias[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la zone de distribution de deux organes de la presse écrite :

Il s'agit d'un journal hebdomadaire français basé à Valence et couvrant l'actualité de tout le département de l'Ardèche.
Il s'agit d'un journal quotidien de la presse écrite française régionale distribué dans la plupart des départements de l'ancienne région Rhône-Alpes, notamment l'Ardèche. La commune est située dans la zone d'édition de Privas.

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église paroissiale (propriété de la commune) sont rattachées à la paroisse Sainte Mère Térésa dont la maison paroissiale est à Privas. Cette paroisse dépend du diocèse de Viviers[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Avec un important gisement de diatomite, la montagne d'Andance à Saint-Bauzile est l'un des deux gisements français de cette roche utilisée dans l'industrie. Le site comprend une couche de diatomite pure épaisse de 30 à 80 mètres (60 mètres en moyenne) constituée par les squelettes compactés de ces micro-algues qui se sont déposés sur le fond d'un lac durant le Miocène supérieur avant d'être recouverts par des coulées volcaniques de basalte il y 6,4 millions d'années. L'érosion qui a suivi a isolé les couches géologiques formées par les sédiments du lac et sa couche basaltique du reste du plateau du Coiron formant la montagne d'Andance[22]. La carrière qui est exploitée à ciel ouvert, a été cédée en 2016 par la CECA (Arkema) à Chemviron France, filiale française de Calgon Carbon[23],[24],[25].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Bauzile (Ardèche) possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Services publics Saint-Bauzile », sur habitants.fr (consulté le ).
  2. Office du tourisme de Cruas
  3. Direction départementale de l'équipement (DDE), « Carte en relief de l'Ardèche avec limites communales », sur http://www.ardeche.equipement.gouv.fr, (consulté le )
  4. « Histoire de la châtaigne en Vivarais »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  7. « Orthodromie entre Saint-Bauzile et Chomérac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Chomérac Sa_rce », sur la commune de Chomérac - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Station Météo-France « Chomérac Sa_rce », sur la commune de Chomérac - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  11. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  12. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Privas », sur insee.fr (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  16. « Les interlocuteurs du Syndicat. », sur www.eau07-ouvezepayre.fr (consulté le )
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  21. page sur la paroisse Sainte Mère Térésa en Ardèche.
  22. Pierre Thomas, « Des volcans du Massif Central aux prix Nobel et à la bière, une roche peu connue aux usages insoupçonnés : la diatomite », sur Planet Terre, Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon,
  23. L'unité de production CECA de Saint-Bauzile (lien mort)
  24. L'unité de production CECA de Riom-ès-Montagnes (lien mort)
  25. Arkema finalise la cession de son activité Charbons Actifs et Agents de Filtration
  26. (en) Kathleen “Kick” Kennedy Cavendish, Marchioness of Hartington The Untold Story, sur theduallife.com, consulté le 10 janvier 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :