Saint-Aubin-des-Chaumes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Aubin-des-Chaumes
Saint-Aubin-des-Chaumes
Sur la route menant à l'église paroissiale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Intercommunalité Communauté de communes Tannay-Brinon-Corbigny
Maire
Mandat
Étienne Bera
2020-2026
Code postal 58190
Code commune 58230
Démographie
Population
municipale
70 hab. (2018 en diminution de 19,54 % par rapport à 2013)
Densité 6,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 38″ nord, 3° 45′ 12″ est
Altitude Min. 174 m
Max. 360 m
Superficie 10,58 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Avallon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Clamecy
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saint-Aubin-des-Chaumes
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 14.svg
Saint-Aubin-des-Chaumes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin-des-Chaumes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin-des-Chaumes

Saint-Aubin-des-Chaumes est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans le Morvan et de son parc naturel régional, non loin de Bazoches et de son château qui fut la demeure du maréchal Vauban[1].

Elle est composée uniquement de deux villages : Charancy et Chalvron.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fontenay-près-Vézelay (Yonne) Domecy-sur-Cure
(Yonne)
Rose des vents
Nuars N Bazoches
O    Saint-Aubin-des-Chaumes    E
S
Neuffontaines

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Aubin-des-Chaumes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Avallon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 74 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 96.

Parmi ces logements, 40,8 % étaient des résidences principales, 46,7 % des résidences secondaires et 12,5 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 81,6 %[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

A l'époque antique, la commune de Saint-Aubin-des-Chaumes voit se développer une petite agglomération en lien avec un sanctuaire gallo-romain dédié au dieu Gobannus, le sanctuaire de Couan. Ce sanctuaire, dédié à un dieu forgeron, est probablement à mettre en relation avec les établissements métallurgiques antiques voisins du Crot-au-Port, dans la forêt domaniale de Chauffour-Ferrières[9], à Fontenay-près-Vézelay. Le site relgieux pourrait avoir été abandonné à la fin du VIe siècle de notre ère. Il a été identifié suite à un pillage archéologique dans les années 1970[10].

Époques médiévale et moderne[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime la commune portait le nom de Charency[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1953 Dupuis PS Agriculteur
1953 1971 Emmanuel Darcy PS Agriculteur
1971 1995 André Rouzé PS Agriculteur
1995 2020 Bruno Gardey de Soos SE Général
2020 En cours Étienne Bera    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2018, la commune comptait 70 habitants[Note 3], en diminution de 19,54 % par rapport à 2013 (Nièvre : −4,36 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
412394482509503508538500463
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
471445442444417451437422357
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
324312226225211205184165152
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
119107103988869847170
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Pas de statistiques sur les Ménages fiscaux[8].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total d’emploi dans la zone était de 8, occupant 29 actifs résidants (salariés et non-salariés) .

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 75,6% contre un taux de chômage (au sens du recensement) de 25,8%. Les inactifs se répartissent de la façon suivante : étudiants et stagiaires non rémunérés 7,3%, retraités ou préretraités 9,8%, autres inactifs 7,3%[8].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L‘église paroissiale.
  • L'église paroissiale : bâtie en moellons de calcaire au XVIe siècle, puis aménagée au XIXe siècle, l’église possède un clocher-porche carré recouvert de tuile plate. Le porche, la nef à deux travées ainsi que le chœur sont voutés en ogives. Le chevet est plat[1].
  • Le mont Saint-Aubin,
  • Les châteaux de Chalvron,
  • La Guéjouée,
  • Les comatays,

et autres promenades touristiques enrichissantes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Site Petit Patrimoine
  2. « Plan séisme consulté le 13 septembre 2016 ».
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 1er avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Avallon », sur insee.fr (consulté le 1er avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  8. a b et c Statistiques officielles de l’INSEE (version nov 2016).
  9. Pierre Nouvel dirige, entre autres, les opérations à Couan, Le journal du Centre, 15 juin 2019.
  10. Le sanctuaire de Couan, à côté de Vézelay, dévoile ses mystères, Le journal du Centre, 14 juin 2019.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. « Fiche de Jean-Baptiste Jourdan sur le site de l'assemblée nationale » (consulté le 15 juillet 2009).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :