Saint-Antoine (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Antoine.

Saint-Antoine
Saint-Antoine (Gironde)
L'église de Saint-Antoine.
Blason de Saint-Antoine
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Blaye[1].
Canton Nord-Gironde
Intercommunalité Communauté de communes du Cubzaguais
Statut Ancienne commune
commune déléguée de la commune nouvelle de Val de Virvée
Maire délégué Jean-Paul Brun
Code postal 33240
Code commune 33371
Démographie
Population 383 hab. (2013)
Densité 2 128 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 01″ nord, 0° 25′ 18″ ouest
Altitude Min. 36 m
Max. 47 m
Superficie 0,18 km2
Historique
Date de fusion 1er janvier 2016
Commune(s) d’intégration Val de Virvée
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 15.svg
Saint-Antoine

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 15.svg
Saint-Antoine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Antoine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Antoine

Saint-Antoine est une ancienne commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde en région Nouvelle-Aquitaine.

Le , elle est devenue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Val de Virvée[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Saint Antoine est situé dans l'aire urbaine de Bordeaux située dans Cubzaguais. La route nationale 10 de Bordeaux à Angoulême limite la commune à l'ouest et la ligne Chartres - Bordeaux à l'est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Antoine
Virsac Aubie-et-Espessas
Saint-Antoine
Saint-André-de-Cubzac

Géologie[modifier | modifier le code]

La superficie de Saint Antoine est de 18 hectares qui en faisait, avant la création de Val de Virvée, l'une des plus petites communes de France.

Son altitude varie de 36 à 47 mètres[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : routes de la Gironde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint Antoine s'est d'abord appelé Artiguelongue. Ce nom vient du gascon artigar, défricher, et du qualificatif longue, qui décrit la configuration de cette localité. Artiguelongue est en effet bâtie sur un terrain remis en culture aux alentours du Xe siècle après les ravages des invasions wisigothes, sarrasines et normandes.

Artiguelongue est devenue Saint Antoine d'Artiguelongue vers le milieu du XIIIe siècle lorsqu'une commanderie de l'ordre des Antonins fut établie dans la localité.

Lors de la Révolution française, le village s'est appelé durant quelques mois Dartiguelongue, les saints étant bannis du calendrier révolutionnaire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953 1962 Edgard Chesseboeuf    
1962 1977 Roger Giraud    
1977 1983 Louis Champeval    
1983 2015 Jean-Paul Brun    

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Echauguette

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Antoine

Saint-Antoine (Gironde) possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 383 habitants, en diminution de -14,32 % par rapport à 2008 (Gironde : 5,99 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
200175177182201211214210185
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
186191177161164161156155151
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
142145167150160171177162156
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2013
184244247341296285432390383
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Antoine le Grand ou Saint Antoine l'Ermite est indissociable de l'histoire de la commune qui porte désormais son nom.
  • André Goujas (1883-1950), né et décédé à Saint-Antoine, auteur, bibliophile, chroniqueur d'expression occitane et gabaye, maire de Saint-Antoine de 1919 à 1945.

Autre[modifier | modifier le code]

  • Le cochon de Saint-Antoine est à l'origine de la fête patronale du village. Deux versions peuvent éclairer la présence d'un petit porcelet accompagnant saint Antoine l'Ermite :
      • Une truie aurait déposé un porcelet, aveugle et gémissant, au pied du saint. Celui-ci apitoyé par ses pleurs lui rendit la vue. Le porcelet reconnaissant ne le quitta plus et le suivit dans sa retraite.
      • Émile Mâle signale que cette tradition date de la fin du XIVe siècle : le cochon n'a rien à voir avec la vie du saint mais avec l'ordre religieux des Antonins qui bénéficiaient du privilège de laisser paître un nombre illimité de porcs dans les forêts et de les laisser errer librement dans les rues à la seule condition qu'ils aient une clochette au cou. Ces porcs étaient souvent donnés aux commanderies et constituaient la principale ressource financière des hôpitaux.

 

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Meynard, Phred, Le Cubzaguais, un siècle en 100 photos, éd. ARHAL, 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :