Saint-Amant-de-Bonnieure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Amant.

Saint-Amant-de-Bonnieure
Saint-Amant-de-Bonnieure
Le centre-bourg de Saint-Amant.
Blason de Saint-Amant-de-Bonnieure
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Boixe-et-Manslois
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Charente
Maire délégué Françoise Geoffroy
2018-2020
Code postal 16230
Code commune 16296
Démographie
Population 358 hab. (2015 en augmentation de 5,92 % par rapport à 2010)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 11″ nord, 0° 17′ 39″ est
Altitude Min. 65 m
Max. 129 m
Superficie 10,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 15.svg
Saint-Amant-de-Bonnieure

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 15.svg
Saint-Amant-de-Bonnieure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Amant-de-Bonnieure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Amant-de-Bonnieure

Saint-Amant-de-Bonnieure est une ancienne commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Le , elle fusionne avec Saint-Angeau et Sainte-Colombe pour former la commune nouvelle de Val-de-Bonnieure[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Saint-Amant-de-Bonnieure est située à 9 km à l'est de Mansle et 25 km au nord d'Angoulême.

Le petit bourg de Saint-Amant, situé sur la rive droite de la Bonnieure, fait face à celui de Saint-Angeau qu'il touche presque, situé sur la rive sud. Il est aussi à 13 km au nord-ouest de Chasseneuil-sur-Bonnieure, 14 km de La Rochefoucauld, Saint-Claud et Saint-Amant-de-Boixe, 21 km au sud-est de Ruffec[2].

À l'écart des grandes routes, Saint-Amant est traversée par la D 15, route secondaire de Cognac à Confolens, qui permet de joindre la N 10 vers Angoulême au sud-ouest par Saint-Angeau et Tourriers. La D 6, route de Mansle à La Rochefoucauld qui passe à Saint-Angeau, borde la commune au sud[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le bourg est minuscule et la population est groupée dans de nombreux hameaux : Muzenangle près du bourg, les Blondeaux, le Châtenet et le Sargnat au nord-ouest, les Épardeaux et Puyclavaud à l'est[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Amant-de-Bonnieure
Saint-Front Valence
Saint-Ciers Saint-Amant-de-Bonnieure Saint-Mary
Saint-Angeau
(Val-de-Bonnieure)
Sainte-Colombe
(Val-de-Bonnieure)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le sol est constitué d'un plateau calcaire datant du Jurassique (Callovien au nord et Oxfordien au sud). Les plateaux sont couverts d'argile rouge datant du tertiaire, au centre et nord-est de la commune, ainsi qu'à l'extrême sud. La vallée de la Bonnieure elle-même est occupée par des alluvions du quaternaire[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un plateau d'une altitude moyenne de 100 m bordé au sud par la vallée de la Bonnieure. Le point culminant de la commune est à une altitude de 129 m, situé sur la limite nord-ouest. Le point le plus bas est à 65 m, situé le long de la Bonnieure sur la limite occidentale. Le bourg, construit dans la vallée, est à 72 m d'altitude.

À l'ouest, près du moulin de Rochelot, une grotte appelée le Trou de la Vieille est creusée sur le flanc assez abrupt surplombant la Bonnieure[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Bonnieure, affluent de la Charente, arrose le sud du territoire et sépare les bourgs de Saint-Amant et Saint-Angeau[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté sous la forme ancienne Sanctus Amancius de Bono Ydore[7]. Ydore est une latinisation fantaisiste du mot grec qui signifie « eau »; Bono Ydore désigne la Bonnieure[8].

En Charente, les Saint-Amant se répartissent entre deux origines : Amandius était évêque de Bordeaux au Ve siècle. Amantius était aussi un saint, mais du VIIe siècle, né à Bordeaux puis ermite, célébré dans le diocèse d'Angoulême. Saint-Amant-de-Bonnieure ferait partie de cette seconde catégorie[9],[Note 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciens seigneurs de Saint-Amant-de-Bonnieure furent Louis Dexmier puis son fils Guillaume Dexmier. La famille Dexmier conserva le domaine et le logis jusqu'en 1550 puis il passa par le mariage de Jacquette Dexmier à René Ravard, seigneur d'Oriou[Note 2].

En 1666, Jacques de Ravart, seigneur de Saint-Amant, était sénéchal du duché de La Rochefoucauld.

Seigneurie et logis de Saint-Amant-de-Bonnieure passent en 1765 à Jacques Rioux qui les vend en 1772 à Pierre de Montalembert[10].

Les plus anciens registres paroissiaux remontent à 1679.

Au Châtenet existait au XIIIe siècle un petit château dont le possesseur avait droit de haute justice. Ce château fut probablement détruit pendant la guerre de Cent Ans. Au XVIIIe siècle, le fief du Châtenet dépendait de la baronnie de Verteuil et appartenait à la famille Salomon.

Sur la rive gauche de la Bonnieure, le fief de la Borde était possédé par Jacques Le Mercier, seigneur de La Borde et de La Trimouille (à Saint-Angeau), qui a fait partie du ban de 1635. Le logis a été démoli en 1888 par son propriétaire.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune voisine de Saint-Angeau était desservie par la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique des Chemins de fer économiques des Charentes allant d'Angoulême à Confolens appelée le Petit Mairat, et le bourg de Saint-Amant n'était qu'à un kilomètre de sa gare.

Dans les premières années du XXe siècle, l'industrie dans la commune était représentée par des fours à chaux et une tuilerie situés au Sargnat[11],[Note 3].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie annexe.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2014 André Faure SE Retraité industrie pharmaceutique
2014 mai 2016
(décès)
Joël Gachet[12] PG Ancien conducteur d'autobus
mai 2016 décembre 2017 Françoise Geoffroy    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2015, la commune comptait 358 habitants[Note 4], en augmentation de 5,92 % par rapport à 2010 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
7731 153835891870861857868860
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
861801692705753693688651661
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
636605556556480475446410389
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015
357309315297314337345357358
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Saint-Amant-de-Bonnieure en 2007 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
1,2 
90  ans ou +
4,4 
10,4 
75 à 89 ans
14,3 
23,3 
60 à 74 ans
17,0 
20,2 
45 à 59 ans
17,6 
18,4 
30 à 44 ans
19,8 
9,2 
15 à 29 ans
10,4 
17,2 
0 à 14 ans
16,5 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Saint-Amant et Saint-Angeau. Saint-Amant accueille l'école maternelle, avec deux classes, et Saint-Angeau l'école élémentaire. Le secteur du collège est Mansle[19].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le Logis vue de la mairie.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le logis de Saint-Amant qui abrite la mairie date du XVe siècle. La porte cochère est surmontée d'un écusson martelé. La porte principale est de style gothique flamboyant, encadrée de pinacles et surmontée d'un gâble orné d'un fleuron[20]. Les façades et les toitures, l'escalier en vis de la tourelle, la charpente et les poutres peintes de la grande salle du rez-de-chaussée ont été classés monuments historiques par arrêté du 21 mars 1983[21].

L'église Saint-Amant

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De vair au chef componné d'argent et de sable de six pièces.
Commentaires : Écartelé d’azur et d’argent aux quatre fleurs de lys de l’un en l’autre[23].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La terminaison actuelle de Amant en t n'est pas significative. En effet, d'après A.Dauzat, dériveraient de Amandius, évêque de Bordeaux : Saint-Amant-de-Montmoreau, Saint-Amant-de-Graves, Saint-Amant-de-Nouère. Dériveraient de saint Amant de Boixe : Saint-Amant-de-Boixe, Saint-Amant-de-Bonnieure.
  2. Le château d'Orioux est au nord-est de Saint-Jean-d'Angély. Guillaume Ravard est son premier seigneur connu, cité en 1409.
  3. Martin-Buchey nomme ce lieu-dit Coutumas. Il est indiqué Chez Sargnat sur la carte d'État-Major.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté du 7 novembre 2017 portant création de la commune nouvelle de Val-de-Bonnieure » (consulté le 1er janvier 2018).
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Mansle », sur Infoterre, (consulté le 13 novembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 141
  8. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 584.
  10. Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias, , 499 p. (ISBN 2-910137-05-8), p. 406
  11. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 314
  12. http://www.charentelibre.fr/2016/05/03/joel-gachet-le-co-fondateur-du-parti-de-gauche-en-charente-est-mort,3031814.php
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. « Evolution et structure de la population à Saint-Amant-de-Bonnieure en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  19. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 16 juillet 2012)
  20. Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias, , 499 p. (ISBN 2-910137-05-8), p. 56
  21. « Logis de Saint-Amant-de-Bonnieure », notice no PA00104486, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Église de Saint-Amant-de-Bonnieure », notice no PA00104485, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Jean-Paul de Gassowski, « OLDJP - La banque du blason 2 », (consulté le 5 février 2012)