Saint-Amable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Amable
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie
Subdivision régionale Marguerite-D'Youville
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Stéphane Williams
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Amablien(ne)
Population 12 167 hab. ()
Densité 329 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ nord, 73° 18′ ouest
Superficie 3 700 ha = 37 km2
Divers
Code géographique 24 59015
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Amable
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Amable
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Saint-Amable
Géolocalisation sur la carte : Montérégie
Voir sur la carte topographique de Montérégie
City locator 14.svg
Saint-Amable
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Saint-Amable est une ville du Québec, située dans la municipalité régionale de comté de Marguerite-D'Youville, dans la région administrative de la Montérégie[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire officielle de Saint-Amable débute le avec l'annonce de son incorporation dans la  Gazette officielle du Québec. La Paroisse de Saint-Amable avait été constituée en 1913 à partir de trois paroisses : Sainte-Julie, Saint-Mathieu-de-Beloeil et Saint-Marc-sur-Richelieu.

Située sur la rive sud de Montréal à une trentaine de kilomètres de Montréal, la ville de Saint-Amable s’étend sur une superficie de 38 km2 et compte près de 13 000 citoyens. Elle fait partie de la MRC de Marguerite-D'Youville en Montérégie. Établie à proximité du boisé de Verchères, la Municipalité est entourée des villes de Sainte-Julie, Varennes, Verchères, Saint-Marc-sur-Richelieu et Saint-Mathieu-de-Beloeil.

L'origine du nom de cette municipalité provient d'Amable de Riom, un saint populaire de la Nouvelle-France. Elle serait aussi reliée à l'abbé Amable Prévost (1757-1820), qui servit comme curé dans les paroisses de Saint-Mathias et de Beloeil[2].

Le Saint-Amable change son statut de municipalité à celui de ville[3].

Activité économique[modifier | modifier le code]

La culture de la pomme de terre a été pendant plusieurs années la principale activité économique de Saint-Amable. Mais un parasite a décimé les récoltes en 2006, rendant la culture impraticable. Depuis, l'activité économique de la municipalité gravite autour d'autres cultures agricoles (par exemple le maïs) et du recyclage de pièces automobiles usagées.

Événements significatifs[modifier | modifier le code]

En 1990, Saint-Amable fait les manchettes lorsqu'un incendie majeur se déclare dans un site d'entreposage de pneus. Il s'agit du deuxième incident de ce genre en quatre mois au Canada. Les pneus y brûlent pendant trois jours, soit du 16 au , et contaminent la nappe phréatique ainsi que les eaux environnantes malgré une couche d'argile de vingt mètres sous l'entrepôt. Il faut attendre 1992 pour que s'achèvent les travaux de décontamination[4],[5].

Armoiries[modifier | modifier le code]

  • Le sommet surmonté d'un triangle d'or proclame la foi en Dieu.
  • Un quartier représente la fleur de lys sur fond bleu, représentant l'emplacement de Saint-Amable dans le Québec, entre deux rives : celle du Saint-Laurent et celle du Richelieu.
  • Un quartier sur fond jaune évoque le soleil et la joie qui éclairent la terre et le visage des amabliens.
  • Un quartier représente deux tiges d'asperge qui représentent la fertilité du sol pour ce légume de fin gourmet[6].

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Saint-Amable est « Heureux qui va droit son chemin »[7].

Administration[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2017, le parti Vision Équipe Stéphane Williams est élu. Maire : Stéphane Williams. Conseiller district 1 : Marie-Eve Tanguay ; Conseiller district 2 : Mathieu Daviault  ; Conseiller district 3 : Vicky Langevin ; Conseiller district 4 : France Gosselin ; Conseiller district 5 : Robert Gagnon ; Conseiller district 6 : Michel Martel

Les élections municipales se font en bloc et suivant un découpage de six districts.[8]

Saint-Amable
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Simon Lacoste Voir
2005 Voir
2009 François Gamache Voir
2013 Voir
2017 Stéphane Williams Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
5 8047 1057 2788 39810 93012 167

Attraits[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Saint-Amable », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation
  2. Toponymie : Saint-Amable, Office québécois de la langue française.
  3. Institut de la statistique du Québec, « Modifications aux municipalités du Québec », Modifications aux municipalités du Québec,‎ , p. 3 (ISSN 1715-6408, lire en ligne, consulté le 24 décembre 2019).
  4. Archives télévisuelles de Radio-Canada, « Ciel noir sur Saint-Amable ».
  5. Conseil national de recherches Canada - Institut de recherche en construction, « L'incendie de pneus de Saint-Amable (Quebec) 16 au 19 mai 1990 ».
  6. Saint-Amable
  7. http://www.st-amable.qc.ca/armoiries
  8. https://www.electionsquebec.qc.ca/francais/municipal/carte-electorale/liste-des-municipalites-divisees-en-districts-electoraux.php DGEQ - Liste des municipalités divisées en districts électoraux
  9. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - Saint-Amable, MÉ »
  10. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - Saint-Amable, MÉ »

Liens externes[modifier | modifier le code]