Saint-Étienne-de-Vicq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Étienne-de-Vicq
Saint-Étienne-de-Vicq
Le château de Verseilles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lapalisse
Maire
Mandat
Jean-Claude Pothier
2020-2026
Code postal 03300
Code commune 03230
Démographie
Population
municipale
526 hab. (2020 en diminution de 0,19 % par rapport à 2014)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 39″ nord, 3° 32′ 03″ est
Altitude Min. 278 m
Max. 482 m
Superficie 19,22 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Vichy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lapalisse
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Vicq
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Vicq
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Vicq
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Vicq
Liens
Site web saint-etienne-de-vicq.fr

Saint-Étienne-de-Vicq est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Vichy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-de-Vicq est située au sud-est du département de l'Allier, « au pied de la Montagne bourbonnaise »[1], dans le pays de Lapalisse dont il constitue l'extrémité sud-ouest. La commune est à mi-chemin entre Vichy, située à 5 km à vol d'oiseau (13 km par la route) au sud-ouest et Lapalisse, située à 5 km à vol d'oiseau (13,5 km par la route).

De forme plutôt allongée sur un axe nord-sud (5 km dans sa plus grande longueur), la commune est limitrophe avec six autres communes[2] :

Communes limitrophes de Saint-Étienne-de-Vicq
Magnet Billezois
Bost Saint-Étienne-de-Vicq Saint-Christophe
Cusset Molles

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Mourgon[1], affluent rive droite de l'Allier.

Transports[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par les routes départementales 76 (reliant la RD 906b à Saint-Christophe) et 262 (liaison de Magnet au village de La Bruyère). Au sud, la RD 25 relie Cusset à Châtel-Montagne. Au nord, la RD 906b relie Cusset à Billezois et permet de rejoindre Lapalisse[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-de-Vicq est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vichy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,7 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (81,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (60,8 %), zones agricoles hétérogènes (19,7 %), forêts (15,5 %), terres arables (3,2 %), zones urbanisées (0,4 %), mines, décharges et chantiers (0,3 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 239 logements, contre 219 en 2008. Parmi ces logements, 87,7 % étaient des résidences principales, 3 % des résidences secondaires et 9,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 99,1 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 0,9 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 80,6 %, en hausse sensible par rapport à 2008 (78,5 %). La part de logements HLM loués vides était de 1,9 % (contre 3,3 %)[a 2].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Un seul risque est recensé sur la commune : le risque sismique, où la commune est classée en zone de sismicité faible (ou de niveau 2)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site, habité depuis l'époque gallo-romaine, est situé sur la voie romaine de Vichy à Roanne[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Pierre Gardette    
En cours
(au )
Jean-Claude Pothier[10] DVG Agriculteur retraité
Réélu en 2014[11] et en 2020

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2020, la commune comptait 526 habitants[Note 3], en diminution de 0,19 % par rapport à 2014 (Allier : −2,17 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
589589456672691676611711722
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
728722744746747714775754672
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
676680653537552561534491464
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
442451419390406431456522521
2020 - - - - - - - -
526--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,6 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (29,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,9 % la même année, alors qu'il est de 34,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 269 hommes pour 258 femmes, soit un taux de 51,04 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (47,95 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
1,6 
7,6 
75-89 ans
7,9 
15,8 
60-74 ans
15,0 
18,1 
45-59 ans
20,8 
20,7 
30-44 ans
19,6 
15,8 
15-29 ans
13,7 
22,1 
0-14 ans
21,5 
Pyramide des âges du département de l'Allier en 2018 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,7 
9,8 
75-89 ans
13,4 
20,6 
60-74 ans
21,4 
21,2 
45-59 ans
20,1 
15,9 
30-44 ans
15,2 
15,5 
15-29 ans
12,9 
16 
0-14 ans
14,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-de-Vicq dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique[18], membre d'un regroupement pédagogique intercommunal instauré en 1982 avec les communes d'Isserpent et de Saint-Christophe[19].

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens sont scolarisés à Lapalisse[20] et les lycéens à Cusset, au lycée Albert-Londres[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 328 personnes, parmi lesquelles on comptait 75,2 % d'actifs dont 65,9 % ayant un emploi et 9,3 % de chômeurs[a 3].

On comptait 46 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 217, l'indicateur de concentration d'emploi est de 21,1 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 4].

182 des 217 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 83,6 %) sont des salariés[a 5]. 12,6 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[a 6].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Saint-Étienne-de-Vicq comptait quatorze entreprises : une dans l'industrie, trois dans la construction et dix dans le commerce, les transports et les services divers[a 7].

En outre, elle comptait seize établissements[a 8].

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture représente l'activité principale de la commune[19].

La commune comptait onze exploitations agricoles en 2010 ; ce nombre est pourtant en nette diminution par rapport à 2000 (19) et à 1988 (38)[22].

La superficie agricole utilisée sur ces exploitations était de 1 796 hectares en 2010, dont 777 ha sont allouées aux terres labourables et 1 019 ha sont toujours en herbe[22].

Commerce et services[modifier | modifier le code]

La base permanente des équipements de 2015 ne recensait aucun commerce[23].

La commune possède toutefois un restaurant, bar et épicerie, avec un dépôt de pain[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Étienne
Église Saint-Étienne.

Saint-Étienne-de-Vicq compte deux monuments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[24].

  • L'église Saint-Étienne, des XIe et XIIe siècles, classée monument historique par arrêté du , possède la particularité d'avoir un clocher complètement circulaire[25].
  • Le château de Verseilles, maison forte des XVe et XVIIe siècles, est inscrit aux monuments historiques par arrêté du [26].
  • La Butte de Malakof est un autre monument, non protégé aux Monuments historiques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Bletterie, Saint-Étienne-de-Vicq, notice historique, Cusset, 1890.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  4. EMP T5 – Emploi et activité.
  5. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2013.
  6. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  7. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  8. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  • Autres sources :
  1. a b et c « Découvrir la commune de Saint Etienne de Vicq », Communauté de communes du Pays de Lapalisse (consulté le ).
  2. a et b Carte de Saint-Étienne-de-Vicq sur le site Géoportail de l'IGN.
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. « Résultat de la recherche : Saint-Étienne-de-Vicq », sur macommune.prim.net (consulté le ).
  10. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le ).
  11. « Jean-Claude Pothier réélu maire », La Montagne,‎ , p. 21 (édition de Vichy).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  16. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Saint-Étienne-de-Vicq (03230) », (consulté le ).
  17. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Allier (03) », (consulté le ).
  18. Annuaire des établissements de Saint-Étienne-de-Vicq sur le site du ministère de l'Éducation nationale.
  19. a b et c « Vivre dans la commune de Saint Etienne de Vicq », Communauté de communes du Pays de Lapalisse (consulté le ).
  20. Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], (consulté le ).
  21. Service académique d'information et d'orientation, « Arrêté rectoral en date du relatif à la répartition des districts scolaires des lycées des départements de l'Allier, du Cantal, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme » [PDF], Académie de Clermont-Ferrand (consulté le ), p. 8.
  22. a et b « Données générales des exploitations ayant leur siège dans Saint-Étienne-de-Vicq commune », Ministère de l'Agriculture (consulté le ).
  23. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], Insee, .
  24. « Liste des monuments historiques de Saint-Étienne-de-Vicq », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Eglise Saint-Etienne », notice no PA00093270, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Château de Verseilles », notice no PA00093269, base Mérimée, ministère français de la Culture.