Saint-Éloi (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Éloi.

Saint-Éloi
Saint-Éloi (Québec)
Paysage de Saint-Éloi
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Bas-Saint-Laurent
Subdivision régionale Les Basques
Statut municipal Municipalité de paroisse
Maire
Mandat
Mario St-Louis
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Éloisien, ienne
Population 286 hab. (2016)
Densité 4,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ nord, 69° 14′ ouest
Superficie 6 787 ha = 67,87 km2
Divers
Code géographique 11035
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Éloi

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Éloi

Géolocalisation sur la carte : Bas-Saint-Laurent

Voir la carte administrative de la zone Bas-Saint-Laurent
City locator 14.svg
Saint-Éloi

Géolocalisation sur la carte : Bas-Saint-Laurent

Voir la carte topographique de la zone Bas-Saint-Laurent
City locator 14.svg
Saint-Éloi
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Saint-Éloi est une municipalité de paroisse dans la municipalité régionale de comté de Les Basques, au Québec (Canada), située dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Les Basques

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Notre-Dame-des-Neiges Sainte-Françoise Rose des vents
L'Isle-Verte N Saint-Jean-de-Dieu
O    Saint-Éloi    E
S
Saint-Paul-de-la-Croix Saint-Clément
Chute Plainasse

Histoire[modifier | modifier le code]

Établie à même le territoire des paroisses de Saint-Jean-Baptiste-de-l'Isle-Verte et de Notre-Dame-des-Neiges-des-Trois-Pistoles, la paroisse de Saint-Éloi, érigée canoniquement et civilement en 1848, devait donner son nom à la municipalité de paroisse créée en 1855. Cette appellation honore le seigneur de Trois-Pistoles de 1818 à 1858, Éloi Riou, dont le patron, saint Éloi (641-660), fut évêque de Noyon-Tournai et trésorier du roi Dagobert Ier et a inspiré une chanson fort populaire. Saint Éloi est le patron des orfèvres et des forgerons.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
340340338311286

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[2].

Saint-Éloi
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Chantal B. Bouchard Voir
2005 Alain Lepage Voir
2009 Mario St-Louis Voir
2013 Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Économie[modifier | modifier le code]

Quoique très peu peuplée, la municipalité se distingue par son industrie laitière, l'élevage des animaux de boucherie et une importante culture de la pomme de terre.

Éloisiens / Éloisiennes célèbres[modifier | modifier le code]

Certains Éloisiens s'étant engagés par le passé comme pompiers à Montréal et s'étant servis de leur influence pour faciliter l'accès de leurs amis à un tel emploi, moyennant rétribution, on a jadis surnommé l'endroit Pompierville. Cet épisode a également donné naissance à une pièce musicale, le Reel des pompiers de Saint-Éloi.

Cette municipalité a vu naître les politiciens Ernest Lapointe (1876-1941) et Adélard Godbout (1892-1956). Le premier s'est illustré sur la scène fédérale en occupant le poste de ministre de la Justice au cours des dernières années de sa vie, alors que le second a été premier ministre du Québec en 1936, puis de 1939 à 1944. Saint-Éloi est aussi le lieu de naissance du musicien jazz Alain Caron.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - Saint-Éloi », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 14 février 2011)
  2. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]