Sahr-i-Bahlol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ruines bouddhiques de Takht-i-Bahi et vestiges de Sahr-i-Bahlol *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Coordonnées 34° 17′ 00″ Nord, 71° 56′ 30″ Est
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan
Subdivision Khyber Pakhtunkhwa
Type Culturel
Critères (iv)
Numéro
d’identification
140
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 1980 (4e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Sahr-i-Bahlol (aussi orthographié Sehri-Bahlol) est un site historique, constitué d'un village fortifié sur une botte surélevée de 9m par rapport à la plaine agricole qui l'entoure. Il est situé près des ruines du monastère bouddhique de Takht-i-Bahi qui date de la même époque, , à environ 70 km au nord-ouest de Peshawar, capitale de la province de Khyber Pakhtunkhwa du Pakistan. Il est sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1980.

Situées sur une petite sur-élévation au milieu d'une région dévolue à l'agriculture, les ruines sont souvent excavées illégalement par les habitants des environs pour vendre les objets anciens.

Un patrimoine menacé[modifier | modifier le code]

Le texte officiel de l'UNESCO, concernant ce patrimoine mondial a fait l'objet d'une prise en compte du contexte actuel. Il est écrit, en particulier : « ...  les vestiges de Sahr-i-Bahlol sont propriété privée et détenus par les Khans locaux ... » « La responsabilité de la gestion incombe au ministère provincial d’archéologie (province de Khyber Pakhtunkhwa) situé à Peshawar. Un plan directeur pour les Ruines bouddhiques de Takht-i-Bahi et les vestiges de Sahr-i-Bahlol a été préparé en 2011. Conçu comme un document de travail pour les gardiens du site, il est également destiné à fournir un cadre global détaillé pour la conservation du bien inscrit et il définit les principes de gestion dans un plan d'action prioritaire couvrant un certain nombre de questions importantes allant de la conservation du site à la gestion des visiteurs. La menace d'urbanisation mentionnée ci-dessus montre que les limites du bien sont insuffisantes. En conséquence, une révision de ces limites est sérieusement considérée avec l'intention d'acquérir le terrain autour du site et de créer une large zone tampon. Dans un effort pour contrôler l'urbanisation, l'ensemble de la zone de montagne de 445 ha été récemment déclarée « Réserve archéologique» par le gouvernement provincial de Khyber Pakhtunkhwa. »[1]

Le site archéologique et la sculpture[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]