Saga MP3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Internet
Cet article est une ébauche concernant Internet.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Une saga mp3, aussi appelée « saga audio », est une histoire se déroulant dans un univers, le plus souvent imaginaire, diffusée sur Internet sous la forme d'un ou plusieurs fichiers historiquement encodés au format MP3. Considérée comme héritière des feuilletons radiophoniques et des histoires orales diffusés dans les années 1960, la saga MP3 est principalement basée sur l'amateurisme des auteurs et la gratuité des œuvres[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le concept de la saga MP3 est apparu en 2000 avec la sortie des premiers épisodes de la saga Le Donjon de Naheulbeuk par John Lang (alias Pen of Chaos), considérée comme étant la première saga MP3 à succès, sans cependant en être la première à être apparue sur Internet[2],[3].

JBX poursuivra ensuite l'histoire des saga MP3 avec sa série Reflets d'Acide reprenant le contexte du jeu de rôle pour faire évoluer différents personnages.[réf. nécessaire]

Conception[modifier | modifier le code]

Influences[modifier | modifier le code]

Si on peut citer Pen Of Chaos ou JBX à titre de références principales, l'auteur ayant le plus influencé les créateurs de sagas mp3 est François Pérusse, le père des 2 Minutes Du Peuple, série diffusée sous forme de petits monos mp3 de 2 minutes environ.[réf. nécessaire]

Diffusion et médiatisation[modifier | modifier le code]

La diffusion des sagas MP3 se fait essentiellement par le biais d'Internet, ce qui en fait l'une des grandes spécificités de ce genre, grâce à la rapidité et à la facilité que le réseau permet pour diffuser une œuvre. Elle est accrue par le fait que les sagas MP3 sont généralement gratuites et diffusées sous des licences de libre diffusion ou des licences libres. A contrario, la notoriété des nouvelles sagas MP3 peine à accroître de par le nombre relativement important de productions (plus de 808 sagas MP3 sont recensées par le site francophone Netophonix fin octobre 2013[4]) ; cet effet est cependant plus ou moins compensé par la présence de sites de référencement des sagas MP3 et des tentatives de mettre en avant certaines œuvres par la communauté sagasphérique[5].

Si le mouvement des sagas MP3 a connu une certaine médiatisation au début des années 2000 avec la sortie successive des grandes sagas emblématiques, comme Le Donjon de Naheulbeuk, Les Aventuriers du Survivaure, Reflets d'Acide ou Adoprixtoxis, le mouvement semble passer dans une phase de transition où le nombre de créateurs capables de fournir des œuvres de qualité a augmenté, mais sont moins connus que leurs prédécesseurs qui furent les pionniers du mouvement[6]. Bien que trois sagas soient diffusées par d'autres moyens que l'audio (romans, BD…), le phénomène des sagas MP3 reste cependant relativement marginal, bien qu'il progresse lentement[7].

Depuis 2010, le festival de jeux des Joutes du Téméraire accueille des producteurs de sagas MP3 pour qu'ils puissent présenter leur art et le faire connaître au grand public. C'est aussi un évènement important pour des rencontres "In Real Life" entre producteurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Besse, « Les sagas MP3 : le feuilleton sonore retrouve une seconde jeunesse », sur http://www.01net.com/,‎ (consulté le 19 octobre 2013).
  2. a et b Wengler 2013, p. 10
  3. Schmid 2013, p. À la découverte des sagas MP3
  4. « Netophonix »,‎ (consulté le 28 octobre 2013).
  5. Wengler 2013, p. 53
  6. Schmid 2013, p. Médiatisation
  7. Wengler 2013, p. 66

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Wengler, Essor des sagas MP3 : études des héritages d'un phénomène récent et de ses spécificités, Liège, Université de Liège, , 72 p. (lire en ligne)
    Mémoire de master

Liens externes[modifier | modifier le code]