Sado bugyō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Sado bugyō (佐渡奉行?) sont des fonctionnaires du shogunat Tokugawa pendant l'époque d'Edo. Ce commissaire est responsable de l'administration de l'exploitation minière sur l'île de Sado[1].

Les nominations à cette importante fonction sont généralement réservées aux fudai daimyo, mais cette position compte parmi les postes supérieurs administratifs ouverts à ceux qui ne sont pas daimyo[2]. Les interprétations classiques traduisent ces titres japonais par « commissaire », « surveillant » ou « gouverneur ».

L'île de Sado est la sixième plus grande île de l'archipel japonais. Elle se trouve dans la mer du Japon, au large de la côte ouest de la province d'Echigo au nord-ouest du Honshu. Pendant une grande partie de son histoire pré-moderne, les exilés sont bannis sur l'île[3].

La mine d'or[modifier | modifier le code]

En 1601, de l'or est découvert à Aikawa (相川?). Cette veine est exploitée énergiquement, et la mine d'or de Sado devient une source importante de revenus pour le shogunat des Tokugawa, produisant environ 100 tonnes de minerai par an jusqu'au milieu du XVIIIe siècle[3].

Liste de Sado bugyō[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cullen, Louis M. (2003). A History of Japan, 1582-1941: Internal and External Worlds, p. 112.
  2. Beasley, William G. (1955). Select Documents on Japanese Foreign Policy, 1853-1868, p. 325.
  3. a, b et c Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). "Sado" in 'Japan Encyclopedia, p. 803 sur Google Livres; n.b., Louis-Frédéric is pseudonym of Louis-Frédéric Nussbaum, see Deutsche Nationalbibliothek Authority File.