Sadhguru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sadhguru
Sadhguru-Jaggi-Vasudev.jpg
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Jaggi VasudevVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Vijaykumari (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Radhe Jaggi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Site web
Distinctions
Padma Vibhushan ()
Indira Gandhi Paryavaran Puraskar (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jaggi Vasudev (tamoul : சத்குரு ஜக்கி வாசுதேவ் hindi : सदगुरु जग्गी वासुदेव) mieux connu sous le nom Sadhguru, est un guru indien, maître yogi et mystique fondateur de la Fondation Isha, une organisation sans but lucratif de yoga. Il est un guide spirituel qui compte des millions d'adeptes à travers le monde[1].

En 2017, Sadhguru reçoit le Padma Vibushan, la seconde distinction la plus haute accordée par le gouvernement de l'Inde. Son livre Inner Engineering: A Yogi's Guide to Joy (en) devient un New York Times Bestseller la même année.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jaggi Vasudev alias Sadhguru naît le dans une famille parlant le télougou dans la ville de Mysore au Karnataka en Inde. Son père était ophtalmologue au service de la compagnie ferroviaire d'État Indian Railways[2]. À partir de l'âge de 11 ans, Vasudev commence la pratique du yoga sous la forme d'asanas et de pranayama sous la tutelle de Raghvendra Rao, mieux connu sous le nom de Malladihalli Swami. Il possède un diplôme en littérature anglophone de l'université de Mysore[3].

Famille[modifier | modifier le code]

Jaggi Vasudev et sa femme Vijaya Kumari.

Jaggi Vasudev (Sadhguru) a été marié à Vijaya Kumari, une employée de banque, décédée en 1997. Ils ont eu une fille, Radhe, née en 1990, qui est danseuse classique de Bharata natyam[4].

Fondation Isha[modifier | modifier le code]

En 1992, Sadhguru fonde la Fondation Isha (Isha Foundation)[5], un organisme international non religieux, sans but lucratif, géré par des volontaires. Son siège, le Isha Yoga Center, est situé près de la ville de Coimbatore et propose la pratique du yoga.

En 2017, la statue d'Adiyogi (en) dans le Isha Yoga Center près de Coimbatore, gagne le Guinness World Record comme étant le buste le plus haut du monde[6].

Causes sociales[modifier | modifier le code]

Sadhguru a initié plusieurs projets dans sa communauté et plus largement dans l'Inde, comme l'initiative de scolarisation Isha Vidhya, le programme Action for Rural Rejuvenation, le Project Green Hands, Rally for Rivers, Youth and Truth et Cauvery Calling.

En 2006, le Project Green Hands reçoit le Guinness World Record pour avoir planté un nombre record d'arbres (852,587) en un seul jour[7]. Le projet rapporte avoir planté 35 millions d'arbres depuis ses débuts en 2004[8].

En 2022, Sadhguru a lancé le mouvement Conscious Planet - Save Soil pour sensibiliser le monde à la menace d'extinction des sols et de désertification[9].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Sadhguru est régulièrement invité à la tribune de forums – Davos, les conférences TED – et d'universités (Harvard, MIT, London Business School) pour exposer son message de paix[1].

En 2017, au point culminant de la campagne Rally For Rivers, Sadhguru a présenté une recommandation politique[10] au Premier ministre Narendra Modi pour servir de plan directeur pour tous les fleuves tropicaux. Plus tard dans l'année, Modi a collaboré avec des groupes de réflexion et des ministères pour élaborer le Programme d'action - une suggestion de politique officielle basée sur la recommandation de Rally for River, qui a été envoyée à tous les gouvernements des États indiens[11].

Sadhguru défend en 2020 la loi de citoyenneté, fortement décriée pour son caractère anti-musulman, présentée par le premier ministre nationaliste Narendra Modi. Célébrant l'éthos spirituel qui jadis a caracterisé le subcontinent, il estime par ailleurs que l’Inde devrait se renommer « Bharat », du nom que le territoire portait lorsqu’il s’étirait de l’Afghanistan à la Birmanie en passant par le Pakistan, le Népal, le Bangladesh et le Sri Lanka ; l'idée est depuis longtemps défendue par l’Organisation des volontaires nationaux (Rashtriya Swayamsevak Sangh, RSS), une milice suprémaciste hindoue[12].

D'après la journaliste Lina Sankari « hors des frontières indiennes, le gourou nationaliste n’a pas seulement acquis sa popularité auprès des grands patrons. Très influent parmi la diaspora, le prédicateur est régulièrement invité à l’étranger. Derrière ses conseils en apparence humanistes et pacifistes, un pensum d’intolérance »[12].

Coronavirus[modifier | modifier le code]

Une peinture de Sadhguru a été vendue pour 41 400 000 roupies (plus de 540 000 dollars) dans le but de financer la campagne #BeatTheVirus lancée par la Fondation Isha qui aide les 200 000 habitants des villages de Thondamuthur à faire face au virus. 700 volontaires de la Fondation Isha distribuent des repas à ces villages et soutiennent l'administration locale en fournissant notamment des équipements de protection aux travailleurs en première ligne[13].

Controverses[modifier | modifier le code]

Plusieurs commentateurs ont mis en avant les points communs qui lient la pensée de Sadhguru au parti nationaliste hindou, le Bharatiya Janata Party (BJP)[14],[15], lesquels auraient contribué à nourrir l'hostilité envers les personnes de confession musulmane[16].

Jaggi Vasudev est aussi critiqué pour sa promotion de pratiques non vérifiées par la démarche scientifique jusque dans certaines universités indiennes[17],[18]. Il défend la théorie, non prouvée, que la nourriture, quand elle est préparée durant une éclipse lunaire, détruit les énergies vitales de l'être humain[19]. Il alimente de nombreux préjugés sur la maladie mentale, en particulier l'épisode dépressif majeur[20], tout en s'opposant à l'interdiction de l'utilisation du mercure dans la médecine traditionnelle indienne malgré la toxicité de la substance[21]. Son enseignement sur le boson de Higgs ainsi que sur les bénéfices du vibhuti, la cendre sacrée récupérée après certains rituels hindous et dont certains prêtres s'enduisent le corps, ont été rejetés comme non scientifiques[22],[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Antoine Grenapin, « Sadhguru : à la découverte d'un des plus grands maîtres yogis », sur Le Point, (consulté le )
  2. (en) Sadhguru, Inner Engineering A Yogi's guide to joy, New York, Spiegel & Grau, , 14–21 p. (ISBN 9780812997804)
  3. (en) Arundhati Subramaniam, Sadhguru: More Than a Life, Penguin UK, , 71 p. (ISBN 978-8184753110)
  4. (en) Jaywant Naidu, « When beauty comes to life », Deccan Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) « Sadhguru Jaggi Vasudev could not differentiate between African and Indian elephants, now does », sur India Today,
  6. (en-GB) « Largest bust (sculpture) », sur Guinness World Records (consulté le )
  7. (en) « Guinness World Record - Project GreenHands », sur Isha Sadhguru, (consulté le )
  8. (en-US) « PROJECT GREENHANDS », sur www.ishaoutreach.org (consulté le )
  9. (en-US) « Home », sur Conscious Planet (consulté le )
  10. (en-US) « Draft Policy Recommendation for Revitalizing India’s Rivers - Download », sur Rally For Rivers (consulté le )
  11. (en-US) « NITI Aayog formulates Program for Action to revitalize India’s rivers », sur Rally For Rivers, (consulté le )
  12. a et b « Inde - Les nervis de l’hindouisme à l’assaut du monde », sur L'Humanité,
  13. (en-US) « Sadhguru’s painting sells for Rs 4 crore; money to be used for coronavirus relief efforts », sur The Indian Express, (consulté le )
  14. « Why Hindutva Nationalists Need a Sadhguru », sur The Wire (consulté le )
  15. Prabhir Vishnu Poruthiyil, « Big Business and Fascism: A Dangerous Collusion », Journal of Business Ethics, vol. 168,‎ , p. 121–135 (ISSN 1573-0697, DOI 10.1007/s10551-019-04259-9 Accès libre)
  16. Qudsiya Contractor & Suryakant Waghmore, « How Jaggi Vasudev has helped strengthen fears about Muslims », sur Scroll.in (consulté le )
  17. « Jaggi Vasudeva doesn't understand science », sur Nirmukta
  18. « Should Sadhguru be Hosted by India's Top Colleges? », sur The Quint, (consulté le )
  19. Shashi Tharoor, « Science is not your enemy », sur Mathrubhumi (consulté le )
  20. Dr Sumaiya Shaikh, « Depression: The myths & falseness of Sadhguru's quotes », sur Alt News, (consulté le )
  21. Dr Sumaiya Shaikh, « Scientific research ascertains mercury toxicity but Sadhguru continues to endorse it for Indian traditional medicines », sur Alt News, (consulté le )
  22. « Vibhuti & Rudraksha Mahatmayam: A Wellness Guide from Times of India! », sur Nirmukta, (consulté le )
  23. Sanjukta Sharma, « 'It's a battle for the survival of scientific research' », Live Mint,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :