Saddeka Arebi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saddeka Arebi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Décès
Nom dans la langue maternelle
صديقة محمد عربييVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Saddeka Mohammed Arebi (en arabe : صديقة محمد عربيي, Ṣaddīqah Muḥammad `Arabī) (morte en juillet 2007) est une socio-anthropologue et une femme de lettres d'origine lybienne, devenue américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Tripoli, elle émigre avec sa famille aux États-Unis à la fin des années 1970, pour s'installer en le Nord de la Californie. Après l'obtention de son doctorat, elle devient professeur d'anthropologie à l'Université de Californie à Berkeley, à l'Université d'État de San Francisco, et au College Saint Mary de Californie. Elle est également un membre actif de la Ligue islamique mondiale (Rabitat al-Alam al-Islami), l'une des plus grandes Islamique organisations non gouvernementales islamiques[1]. Elle est décédée en juillet 2007 lors d'une visite à ses parents en Libye[2].

Contribution[modifier | modifier le code]

En mai 1994, elle publie Women and Words in Saudi Arabia: The Politics of Literary Discourse, où elle examine les œuvres de neuf femmes contemporaines d'Arabie saoudite, et leur influence sur la culture arabe (voir les Femmes dans les sociétés Arabes), relatant également les débats entre les intellectuelles sooudiennes. Basée sur des entretiens et l'analyse de texte, l'étude soutient que les femmes écrivains contribuent de manière significative à la définition et l'interprétation de l'histoire, de la religion et de la tradition en Arabie Saoudite, en dépit de la culture, de la politique et des contraintes sociétales et religieuses, qui pèsent sur elles. Dans ce travail de pionnier, Arebi s'appuie sur l'analyse ethnographique et littéraire[3],[4],[5],[6].

Son livre veut répondre à une question qu'elle s'est posée : «Comment les femmes peuvent elles-mêmes utiliser les mots comme moyen de contrer la langue du pouvoir, et l'esthétique, la culture, en tant que stratégie politique pour faire évoluer des concepts, des idées et des institutions qui sont utilisés pour les contrôler?». Elle soutient par contre qu'il n'est pas nécessaire, pour les femmes musulmanes, de se conformer aux idées féministes occidentales dans la résistance au patriarcat. Ainsi, pour elle, notamment, les femmes musulmanes ne perçoivent pas «les liens familiaux et les liens de parenté [en tant qu'] entrave à la libération des femmes». De même, l'identification faite en Occident entre le « problème » des femmes musulmanes et le contexte religieux, lui semble réductrice et inadaptée[7].

Conférences[modifier | modifier le code]

Elle a été une conférencière bien connue sur l'Islam et les femmes dans le monde arabe. Le 4 octobre 1997, elle a participé par exemple au 51e congrès annuel organisé par le Middle East Institute à Washington, DC, intitulé The Middle East into the Twenty-First Century[8]. Elle a donné des conférences lors  de nombreux événements pour des associations  étudiantes musulmanes, comme en 1998 lors de l'Islam de la Semaine de Sensibilisation à l'Islam à l'Université de Stanford, intitulée Politics of misrepresentation; Women and power in Islamic societies[9]. Le 22 février 2007, elle a présenté une conférence publique intitulée Discerning Islam: Access, Voice and Contexts of Interpretive Responsibility pour le Centre d'Études Islamiques à l'université de Berkeley[10]. Dans une de ses dernières apparitions, elle a animé une conférence sur ses expériences durant le Hajj à une manifestation organisée par l'Alliance étudiante musulmane (Muslim Student Alliance) à l'Université de Santa Clara , le 1er mars 2007[11].

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Women and Words in Saudi Arabia: The Politics of Literary Discourse, Columbia University Press (Mai 1994)
  • «Gender Anthropology in the Middle East: The Politics of Muslim Women's Misrepresentation». American Journal of Islamic Social Sciences (1991)
  • «Waging War, Waging Peace: The Poetics and Politics of Women and Words in Contemporary Arabia» . Thèse (Ph.D.) en anthropologie- University of California, Berkeley, (Mai 1991).
  • «The Changing Role and Status of Women in Libyan Society An Anthropological Perspective» Thèse (M.A. en enthropologie) - California State University, Sacramento (1983).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « World Summit on the Information Society], Geneva 2003 - Tunis 2005 », sur le site de l'Unesco
  2. (en) Jacqueline van Dooren, Women & Words in Saudi Arabia. The Politics of Literary Discourse, Leiden University, , p. 3
  3. Amélie Le Renard, « « Droits de la femme » et développement personnel : les appropriations du religieux par les femmes en Arabie Saoudite », Critique internationale, vol. 1, no 46,‎ , p. 67-86 (DOI 10.3917/crii.046.0067, lire en ligne)
  4. (en) Masooda Bano et Hilary Kalmbach, Women, Leadership, and Mosques: Changes in Contemporary Islamic Authority, Brill,
  5. (en) Judy Brink, « Arebi Saddeka, Women and Words in Saudi Arabia : The Politics of Literary Discourse (New York: Columbia University Press, 1994) », International Journal of Middle East Studies,‎ , p. 369 (DOI 10.1017/S0020743800062395)
  6. (en) Caroline Seymour-Jorn, « "Women and Words in Saudi Arabia: The Politics of Literary Discourse"Saddeka Arebi », American Anthropologist, vol. 97, no 3,‎ , p. 624-625 (DOI 10.1525/aa.1995.97.3.02a00660)
  7. (en) Camillia Fawzi El-Solh, Muslim women's choices: religious belief and social reality, Berg Publishers, (résumé)
  8. SFCG Bulletin
  9. Second Annual Islam Awareness Week, Stanford University, 5-11 avril 1998
  10. Center for Islamic Studies: 2007 Public Lectures by Faculty Director Candidates
  11. UCSC Chatter 28 février 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]