Sadakichi Hartmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sadakichi Hartmann
Image dans Infobox.
Sadakichi Hartmann.
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
サダキチ・ハートマンVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Sidney AllenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Archives conservées par
Œuvres principales
The valiant knights of Daguerre : selected critical essays on photography and profiles of photographic pioneers (d), My Rubaiyat (d), The Whistler Book (d), Our Last Walk Together (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Carl Sadakichi Hartmann, né le et mort le , est un critique d'art et de photographie et poète américain d'origine allemande et japonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sadakichi Hartmann, né sur l'île artificielle de Dejima, à Nagasaki, d'une mère japonaise, Osada Hartmann, et d'un homme d'affaires allemand, Carl Herman Oskar Hartmann, est élevé en Allemagne et arrivé à Philadelphie en 1882. Il devient citoyen américain en 1894[1]. Premier participant important du modernisme, Hartmann était un ami de personnalités aussi diverses que Walt Whitman, Stéphane Mallarmé et Ezra Pound.

Sa poésie, profondément influencée par les symbolistes ainsi que par la littérature orientaliste, comprend Drifting Flowers of the Sea and Other Poems (1904), My Rubaiyat (1913) et Rythmes japonais (1915). Ses travaux de critique incluent Shakespeare in Art (1901) et Japanese Art (1904). Au cours des années 1910, Hartmann se laisse couronner roi des Bohémiens par Guido Bruno dans Greenwich Village à New York[2]. Hartmann a écrit certains des premiers haïku en anglais.

Il fut l'un des premiers critiques à écrire sur la photographie, avec des essais réguliers dans Camera Notes d'Alfred Stieglitz. Hartmann a publié des critiques et organisé des tournées de conférences sous le pseudonyme de "Sidney Allen"[3].

Hartmann en tant que magicien de la cour dans le film Le Voleur de Bagdad (1924) de Douglas Fairbanks.

Il a fait une brève apparition dans le film de Douglas Fairbanks Le Voleur de Bagdad en tant que magicien de la cour[2].

Des années plus tard, il vit à Hollywood et, en 1942, dans le ranch de sa fille à l'extérieur de Banning, en Californie. En raison de son âge et de ses conditions de santé, Hartmann est l'un des rares Américains d'origine japonaise sur la côte ouest à éviter l'incarcération de masse pendant la Seconde Guerre mondiale, bien que le FBI et les responsables locaux se soient rendus souvent au ranch pour mener des enquêtes[1]. En 1944, il est mort alors qu'il rendait visite à une autre fille à St. Petersburg, en Floride.

Une collection de ses papiers est conservée à l'Université de Californie, à Riverside, y compris la correspondance relative à son autorisation d'obtenir de rester à Banning pendant la guerre.

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Bell, « In Search of Sadakichi Hartmann », The Riverside County Chronicles, Riverside County Heritage Association, no 19,‎ fall 2018, p. 10–28 (ISBN 978-1729660737)
  • Minutes of the Last Meeting Gene Fowler, Viking Press, 1954 (Réminiscences de Hartmann de ses derniers jours à Hollywood)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Niiya, « Sadakichi Hartmann », Densho (consulté le 12 août 2014)
  2. a et b William Bryk, « King of the Bohemians », The New York Sun,
  3. (en) Jane Calhoun (ed.) Weaver, Sadakichi Hartmann : Critical modernist : Collected Art Writings, Berkeley, University of California Press, , 410 p. (ISBN 0-520-06767-3), p. 10

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :