Sachsenhausen (Francfort-sur-le-Main)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sachsenhausen (homonymie).
Sachsenhausen
Les Quais de Sachsenhausen
Les Quais de Sachsenhausen
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
État Hesse
Ville Francfort
Démographie
Population 55 422 hab.
Densité 936 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 23″ N 8° 41′ 15″ E / 50.1064, 8.6875 ()50° 06′ 23″ Nord 8° 41′ 15″ Est / 50.1064, 8.6875 ()  
Superficie 5 920 ha = 59,2 km2
Transport
Gare Südbahnhof, Lokalbahnhof, Mühlberg
Métro U1, U2, U3
Tramway 12, 14, 15 , 16, 19, 21
Bus 30, 35, 36, 45, 46, 47, 61, 78, OF-50, 653
Localisation
Sachsenhausen
Sachsenhausen

Géolocalisation sur la carte : Hesse

Voir sur la carte administrative de la zone Hesse
City locator 14.svg
Sachsenhausen

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Sachsenhausen

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Sachsenhausen

Sachsenhausen est le plus étendu des quartiers de Francfort et le deuxième plus peuplé. Il se situe sur la rive gauche du Main, en face du quartier de Francfort-Altstadt. Il appartient depuis le Moyen Âge à la ville de Francfort, à l'intérieur de ses fortifications, jusqu'à leur destruction en 1812.

Le quartier est divisé en deux districts, Sachsenhausen-Nord et Sachsenhausen-Sud, qui font partie de l'Ortsbezirk Sud (arrondissement), situé sur la rive sud du Main, en plein centre de Francfort, face de la vieille ville.

À l'Est se trouve le quartier de Francfort-Oberrad, au Sud et Sud-Est la frontière avec Offenbach-sur-le-Main et Neu-Isenburg et à l'Ouest les quartiers de Francfort-Niederrad, Francfort-Schwanheim et Francfort-Flughafen (Aéroport).

La densité de population est bien plus grande dans le Nord de Sachsenhausen, la forêt urbaine de Stadtwald recouvrant une grande partie de la partie Sud.

Dialecte[modifier | modifier le code]

En dialecte de Francfort, Sachsenhausen est appelé Dribb de Bach en allemand: "drüben vom Bach" ce qui signifie de l'autre côté du Main. De la même facon Hibb de Bach en allemand hüben vom Bach désigne la partie au Nord du Main de Francfort.

Boissons et gastronomie[modifier | modifier le code]

Le vieux Sachsenhausen est connu pour ses très nombreux bars à cidre (Apfelwein ou en dialecte Ebbelwei, Ebbelwoi ou Äppelwoi), principale attraction touristique. Avec la brasserie Binding et la brasserie Henninger (fermée en 2001), le quartier est aussi un lieu traditionnel de confection de la bière.

Histoire[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Contrairement à beaucoup d'autres quartiers de Francfort, le quartier de Sachsenhausen a toujours appartenu à la ville, depuis le Moyen Âge.

Il existe plusieurs explications sur l'origine du nom de Sachsenhausen. La plus vraisemblable serait qu'il soit un dérivé de Sassenhusen[réf. nécessaire], le lieu où était relégués les Saxons qui ne partageaient pas la confession officielle de l'empire carolingien, après que Charlemagne les ait soumis définitivement, vers 804, à l'issue d'une guerre acharnée de trente trois ans, et qu'il ait édicté un nouveau capitulaire (28 octobre 797) qui assouplit celui particulièrement répressif de 785[1] (massacre des prisonniers (Verden); ravage systématique du pays (784-785) ; déportations massives (804)[2] ; conversions forcées (Widukind, en 785). Appelés "Beisassen", ils étaient maintenus dans une situation marginale et ne pouvaient pas célébrer publiquement leur religion[3].

Au début du XIIe siècle, des ministériels du palais s'installèrent à Francfort sur la rive sud du Rhin. Aujourd'hui encore, la grande et la petite Rittergasse dans le vieux noyau historique de Sachsenhausen rappellent leur souvenir. La première mention écrite du lieu date de 1193 : dans un document établi à Spire le 29 mars Henri VI offrait l'alleu royal du Sandhof sur le Frauenweg à l'hospice sis in Sassenhusen prope Franchenfurt et construit en 1190 par le ministériel Kuno von Münzenberg en l'honneur de la glorieuse Mère de Dieu. En 1221 le fils de Kuno, Ulrich Ier de Münzenberg, dut abandonner à l'empereur Frédéric II l'hôpital et l'église qui en faisait partie, puisque le bien se trouvait sur une terre impériale. En novembre 1221 l'empereur les transféra à perpétuité à l'Ordre Teutonique.

C'est également au début du XIIe siècle, que des croisés du Saint Empire romain germanique fondent l'hôpital des Allemands qui sera rattaché, vers 1140 aux hospitaliers de Saint-Jean-Baptiste. À partir de 1199 - 1200, les membres de cette communauté militaire et religieuse, appelés Frères de la Maison Teutonique de Sainte-Marie-de-Jérusalem, s'établirent en Europe où ils acquerront de vastes possessions en Allemagne, en Italie, en Hongrie, en Transylvanie. Le cœur des possessions germaniques de l'ordre fut Sachsenhausen, près de Francfort-sur-le-Main, où les teutoniques étaient présents dès 1193[4].

Au XIIIe siècle, outre les seigneurs de Hagen-Münzenberg on constate l'existence de plusieurs autres familles de chevaliers impériaux à Sachsenhausen, parmi lesquelles les seigneurs de Sachsenhausen, de Praunheim, d'Urberg, de Schweinsberg et de Stockheim. Parmi les tâches des ministériels il y avait l'administration du palais de Francfort et des terrains de chasse impériaux de Dreieich qui se trouvaient sur la rive sud. C'est pourquoi les noms de ces lignées se retrouvent également sur la liste des prévôts d'Empire de Francfort.

Fin du Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Du XVIIe au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les institutions[modifier | modifier le code]

Culture et monuments[modifier | modifier le code]

Économie et infrastructures[modifier | modifier le code]

Code postal: 60594, 60596, 60598, 60599

Transport et circulation[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Sachsenhausen[modifier | modifier le code]

  • Jakob Fürchtegott Dielmann (1809–1885), illustreur et peintre
  • Hans Dietzsch-Sachsenhausen (1880–1926), sculpteur allemand

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Capitulatio de Partibus Saxoniae, dans Die Gesetze des Karolinger-reiches, III, cap. 34, p. 10 : Interdiximus ut omnes Saxones generaliter conventus publicos née : « Nous interdisons à tous les Saxons de tenir publiquement des assemblées générales, à moins que notre envoyé (missus) ne les réunisse en notre nom ; mais que chaque comte tienne des plaids et rende la justice dans sa circonscription (in suo ministerio). »
  2. Après la campagne de 804, Charlemagne aurait transplanté de nombreux Saxons « Sachsenheim, Sachsendorf, Sachsenhof, Sachsenhausen, etc., en Allemagne, Sasestraete (?), Sassenrode, etc., en Belgique : cf. Saxon en Meurthe-et-Moselle, sur la célèbre colline de Vaudémont. Voir G. Kurth, la Frontière linguistique en Belgique, t. I, 1896, p. 391. M. Prentout (p. 59, 67) n'a pas d'illusion sur l'origine des Saon et Saonnet, d'ailleurs situés dans le Bessin proprement dit.» Cf. Revue historique fondée en 1876 par Gabriel Monod, tome cent-dix-neuvième, mai-août 1915.
  3. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1982_num_37_4_282887?_Prescripts_Search_tabs1=standard&#
  4. Source Les grands ordres militaires et religieux, Dominique Lormier, éditions Trajectoire, 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]