Sacha Simon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simon.
Sacha Simon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Sacha Simon, né le à Riazan (Russie)[réf. nécessaire] et mort en à Joué-lès-Tours[1], est un grand reporter français, à l'Est républicain en 1934 puis au Figaro à partir de 1960.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sacha Simon est un des journalistes français ayant couvert le procès de Nuremberg, il est notamment un des huit journalistes désignés par le sort pour assister aux pendaisons des douze condamnés[1],[2].

Il est l'auteur du scoop sur le suicide d'Hermann Goering dans la nuit du 15 octobre 1946 à Nuremberg.

Envoyé spécial permanent à Moscou jusqu'en 1973.

Il est inhumé à Joué-lès-Tours.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Jeunesse blanche en Russie rouge
  • La gageure soviétique
  • Palestine carrefour du monde
  • Chers soviétiques, chroniques d'un expulsé sans rancune
  • Douchka de mon enfance

Source[modifier | modifier le code]

Page nécrologique publiée dans l'Est Républicain sous la plume de Gino Tognolli (article non daté)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « J’étais à Nuremberg » , Vosges Matin
  2. Franck Ferrand, « Le code d'Esther et le procès de Nuremberg », émission Au cœur de l'histoire sur Europe 1, 16 octobre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Launay, L'Est républicain de 1944 à nos jours, vol. 2, H. Champion, 1981, p. 632-638 (thèse)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]