Sabrina Ouazani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ouazzani.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Sabrina Ouazani
Description de cette image, également commentée ci-après

Sabrina Ouazani au Festival du cinéma américain de Deauville, en 2011.

Naissance (27 ans)
Saint-Denis (France)
Nationalité Drapeau de France Française
Profession Actrice
Films notables L'Esquive
La Graine et le Mulet
Des hommes et des dieux
Tout ce qui brille

Sabrina Ouazani est une actrice française née le à Saint-Denis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Inscrite par sa mère au casting de l'Esquive, Sabrina Ouazani est retenue par le réalisateur Abdellatif Kechiche qui tourne ce film dans le quartier du Franc-Moisin, à quelques centaines de mètres de sa cité de résidence, l'immeuble Balzac du quartier des 4000 à la Courneuve. Ce premier rôle est nommé pour un César du meilleur espoir féminin en 2005.

Elle était aussi la fiancée de Yasmine Belmadi, qui est décédé le 18 juillet 2009 à Paris.

Elle apparaît dans plusieurs films ambitieux comme celui du cinéaste iranien Asghar Farhadi Le Passé, sélectionné et primé à Cannes, pour lequel a dû convaincre le réalisateur avant d'intégrer la distribution « Quand j’ai appris qu’Asghar Farhadi faisait un film en France, je me suis dit que c’était maintenant ou jamais. J’étais allée voir son film Une séparation trois fois au cinéma. J’étais complètement fan. Mais Asghar cherchait une jeune fille maghrébine d’une vingtaine d’années non-professionnelle pour interpréter le rôle d’une Iranienne sans papiers fraîchement arrivée en France (...) Il m’a demandé si je savais jouer avec un fort accent iranien. (...) Il fallait bien que je dise la vérité, je ne pouvais que lui promettre de travailler ma diction. Ça a marché[1]. »

De son style de jeu, elle dit : « Je n’aime pas trop répéter pour garder une certaine fraîcheur. Peut-être des restes de ma rencontre avec Abdellatif [Kechiche]. Je n’apprends jamais mes textes. Je les lis deux, trois fois le matin. Mais j’essaye de me renseigner, d’aller à la rencontre des gens quand les sujets sont complexes comme le conflit israélo-palestinien évoqué dans le film Inch’Allah d’Anaïs Barbeau-Lavalette ou la grève du sexe des femmes marocaines dans La Source des femmes. Pour Inch’Allah, je suis allée dans les camps de réfugiés en Cisjordanie, j’ai appris le palestinien[1] ».

En 2015, elle a participé à Imagine Paris, l'hommage des Youtubeurs à la suite des attentats survenus à Paris le 13 novembre 2015[2].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Ruptures
  • 2013 : Amour sur place ou à emporter

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Sabrina Ouazani, le 7ème art dans la peau », echosdorient.com (consulté le 14 octobre 2015)
  2. http://www.cinetelerevue.be/fr/attentats-de-paris-l-hommage-des-youtubeurs-francais.html?cmp_id=7&news_id=35153
  3. Tournée en 2011, Le Chant des sirènes n'est diffusé que le 18 juin 2014 sur France 2.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :