Sabri Mosbah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sabri Mosbah
Image dans Infobox.
Sabri Mosbah lors d'un concert, le 8 août 2016.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (39 ans)
TunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
صبري مصباحVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Parentèle
Saadia Mosbah (tante)Voir et modifier les données sur Wikidata

Sabri Mosbah ou Sabry Mosbah (arabe : صبري مصباح), né le à Tunis[1], est un chanteur, compositeur et guitariste tunisien. Il est considéré comme l'un des leaders de la nouvelle scène tunisienne émergente. C'est le fils du musicien, compositeur et chanteur Slah Mosbah.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille d'artistes, il s'intéresse très tôt à la musique : il commence en 2000 en tant que technicien du son, arrangeur musical et régisseur musical dans différents studios d'enregistrement ainsi que dans une maison de production[1]. À cette période, il commence à apprendre le clavier et la guitare[2].

Début 2010, en accompagnant avec sa guitare le oudiste Fadhel Boubaker et le chanteur Fahmi, le trio remet au goût du jour la chanson Madhlouma, qui génère un grand succès sur les réseaux sociaux[1].

En octobre de la même année, il fait la connaissance du slameur tunisien Hatem Karoui, qu'il accompagne à la guitare lors du festival d'arts urbains Dream City dans la médina de Tunis[1]. Depuis, un duo s'est formé et s'est consolidé au fur et à mesure des représentations, ce qui donne finalement naissance au spectacle KIF KIF dont la première a lieu à l'abbaye de Neumünster au Luxembourg, suivie par plusieurs représentations en Tunisie et en France, notamment à l'Olympia de Paris[1].

Il lance sa chaîne YouTube en 2015 avec les Kitch'Session, vidéos dans lesquelles il fait diverses reprises de chansons tunisiennes mais aussi des classiques du répertoire rock, comme par exemple Creep de Radiohead. Progressivement, il développe la volonté d'écrire ses propres titres et publie Mansi't, qui connaît un beau succès sur les réseaux sociaux en Tunisie ainsi qu'en France[3].

En 2016, l'Office national du tourisme tunisien lance l'initiative Tounes Like visant à promouvoir le tourisme en Tunisie. Dans ce cadre, Mosbah est choisi pour figurer dans un clip promotionnel dans lequel il reprend une célèbre chanson de son père, Ya Tounes El Kadhra[4]. Il se produit également au Festival international d'Hammamet[5].

En 2017, il clôture le festival Jazz à Carthage avec Akua Naru[6],[7] et se produit au Tabarka Jazz Festival[8] puis au Festival international de Carthage[9]. La même année sort son premier album, conçu entre Paris, Tunis et Bruxelles, ASLY (« Mes racines ») et qui traduit ses influences musicales multiples : tant la musique tunisienne de son enfance que des sonorité rock et folk. Il est assisté pour sa réalisation par Sofyann Ben Youssef, pianiste et producteur. Au travers ses textes en dialecte tunisien, il exprime toute la diversité de son pays, mêlant modernité et tradition[1].

En 2018, il se produit à l'Alhambra de Paris dans le cadre du Festival Au fil des voix[10], au Chellah de Rabat durant le Festival Mawazine[11], au Théâtre Fairmount de Montréal en ouverture du Festival international Nuits d'Afrique[12] et à l'Institut du monde arabe[13].

En 2019, il participe à One night in Tunisia, un concert regroupant dix artistes tunisiens organisé à l'Olympia de Paris[14].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2017 : Mes racines (Accords Croisés)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Biographie », sur 2017.jazzacarthage.com (consulté le ).
  2. « Le rock-folk tunisien de Sabry Mosbah », sur musiques.rfi.fr, (consulté le ).
  3. « Paris-Alexandrie #13 : Sabry Mosbah », sur onorient.com, (consulté le ).
  4. Imene Boudali, « Sabri Mosbah chante pour la Tunisie », sur webdo.tn, (consulté le ).
  5. « Le programme complet du Festival international de Hammamet », sur rtci.tn, (consulté le ).
  6. Fawz Ben Ali, « Jazz à Carthage : une clôture en beauté avec Sabry Mosbah et Akua Naru », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  7. Justine Fontaine, « Tunisie : clôture du festival « Jazz à Carthage » avec Sabry Mosbah », sur rfi.fr, (consulté le ).
  8. Hamma Hanachi, « Tabarka Jazz Festival : la musique souffle sur la ville du corail », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  9. « Festival Carthage 2017 : programme complet de la 53e édition à l'Amphithéâtre et au Musée », sur tekiano.com, (consulté le ).
  10. « Sabri Mosbah, Ghalia Ben Ali et Zied Zouari au Festival Au fil des voix 2018 à Paris », sur webdo.tn, (consulté le ).
  11. « Mawazine 2018 : le Tunisien Sabry Mosbah fait étalage d'un talent remarquable lors d'une brillante prestation à Chellah », sur mapexpress.ma, (consulté le ).
  12. « Les artistes à suivre au 32e Festival international Nuits d'Afrique », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le ).
  13. « Concert de Sabry Mosbah à Paris : sonorités rock et tradition tunisienne », sur kapitalis.com, (consulté le ).
  14. Alya Hamza, « One night in Tunisia : dix artistes tunisiens à l'Olympia », sur lapresse.tn, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]