Sabine Prokhoris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sabine Prokhoris
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Directeur de thèse

Sabine Prokhoris, née le à Athènes, est une philosophe et psychanalyste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sabine Prokhoris fait ses études à l'École normale supérieure de Sèvres (promotion 1976)[1]. Elle est agrégée de philosophie et réalise une thèse intitulée « Le drame de Faust dans l’œuvre de Freud : travail de la citation et élaboration métapsychologique », sous la direction de Pierre Fédida, soutenue en 1985, à l'université Paris-Diderot[2].

Activités de recherche et éditoriales[modifier | modifier le code]

Dans La cuisine de la sorcière, elle étudie la présence du couple Faust et Méphistophélès dans les textes de Freud, notamment L'Interprétation du rêve. Elle publie un ouvrage intitulé La psychanalyse excentrée[3]. Dans Le Sexe prescrit, elle interroge la différence des sexes[4]. En 2017, elle publie Au bon plaisir des « docteurs graves », qui constitue une lecture critique des travaux de Judith Butler[5]. Elle tient une chronique dans Libération[6] jusqu’en [7].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Cuisine de la sorcière, Aubier, 1988, 196 p. (ISBN 2-7007-2152-7)
  • Le Sexe prescrit : la différence sexuelle en question, Aubier, 2000, 348 p. (ISBN 9782080800381)
  • La Psychanalyse excentrée, PUF, 2008, 224 p.
  • Fabriques de la danse, avec Simon Hecquet, PUF, 2007 224 p. (ISBN 9782130555551)
  • Le Fil d'Ulysse : retour sur Maguy Marin, Les Presses du réel, 2012, 388 p. (ISBN 9782840664895)
  • L'Insaisissable Histoire de la psychanalyse, PUF, 2014, 348 p. (ISBN 9782130608479)[8],[9]
  • Au bon plaisir des « docteurs graves », PUF, 2017 264 p. (ISBN 978-2-13-078627-6)[10]
  • Déraison des raisons : les juges face aux nouvelles familles, préf. Élisabeth Badinter, 2018, 232 p. (ISBN 978-2-13-080071-2)
  • Le Mirage #MeToo. Réflexions à partir du cas français, Le Cherche midi, 2021, 355 p. (ISBN 978-2-7491-6846-3)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recherche sur archicubes.ens.fr.
  2. Thèse de 3e cycle en psychanalyse, 1985, université Paris-Diderot, notice du Sudoc, [lire en ligne]
  3. [compte rendu] Nicole Mosconi, « Sabine Prokhoris, La psychanalyse excentrée puf, collection « Pratiques théoriques », Paris, 2008, 208 pages », Travail, genre et sociétés, no 26,‎ , p. 211-239 (lire en ligne, consulté le ).
  4. Sabine Prokhoris, « Une distinction bonne à penser ? », Travail, genre et sociétés, vol. 21,‎ , p. 173-180 (lire en ligne, consulté le ).
  5. Jeanne Favret-Saada, « Au bon plaisir des ‘docteurs graves’. À propos de Judith Butler » de Sabine Prokhoris, 4 février 2017, sur www.mezetulle.fr, [lire en ligne].
  6. Sabine Prokhoris — Chroniques, Libération [lire en ligne].
  7. Sabine Prokhoris, « Féminisme : les Croisées et les hérétiques », sur www.revuedesdeuxmondes.fr, (consulté le )
  8. [entretien] Jean-Marie Durand, « Sabine Prokhoris : “Il manque un peu d’audace et d’acuité dans la réflexion des psys aujourd’hui” », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. [compte rendu] Hubert Lisandre, « L’Insaisissable histoire de la psychanalyse », Le Carnet Psy, no 185,‎ , p. 17-19 (lire en ligne, consulté le ).
  10. [compte rendu] Laurent Olivier, « Un travail de désaliénation de la pensée : le « cas Judith Butler » », La Quinzaine littéraire, no 1167,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]