Sabah Abouessalam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sabah Abouessalam est une sociologue de l'urbain, née le à Marrakech, au Maroc. Après avoir été maîtresse de conférences à l’université Paris1-Panthéon-Sorbonne de 1993 à 2006, puis professeure à l'Institut national d'aménagement et d'urbanisme (INAU)[1] en 2006 au Maroc, elle est sociologue au sein de l'Institut des sciences de la communication du CNRS.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires à Marrakech, au Maroc, qui l'ont conduite au baccalauréat, Sabah Abouessalam a effectué des études de sociologie à Grenoble, jusqu'à l'obtention d'une licence en 1979[2]. Elle a soutenu en 1992 à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne une thèse en géographie, rédigée sous la direction de Michel Rochefort et ayant pour titre "Pauvreté urbaine et comportements résidentiels à Marrakech"[3], pour laquelle elle a obtenu les félicitations du jury.

Enseignement et recherches en France puis au Maroc[modifier | modifier le code]

Après la soutenance de sa thèse, Sabah Abouessalam est nommée maîtresse de conférences à l’Université Paris 1-Sorbonne en 1993. Elle y enseigne jusqu'en 2006 et y dirige le DESS "Aménagement local et dynamiques Territoriales dans les PED" de 2000 à 2006. Elle a ensuite été nommée professeure à l'Institut national d'aménagement et d'urbanisme (INAU) de Rabat[4] en 2006. Elle a assuré à ce poste des missions d'enseignement et de recherche, ainsi qu'un grand nombre de conférences de 2006 à 2013, en sociologie urbaine mais aussi en politiques du logement dans les pays en développement, en démocratie participative, citoyenneté et gestion urbaine, en développement local et en médiation sociale.

Rencontre et travaux avec Edgar Morin[modifier | modifier le code]

De 1979 à 1992, Sabah a lu de nombreuses œuvres d'Edgar Morin dont la pensée a structuré ses réflexions alors qu’elle était étudiante en sociologie puis en urbanisme. Plusieurs sessions de travail et des conférences en commun ont précédé leur rencontre en , lors du festival des musiques sacrées à Fès ; depuis le couple ne se sépare plus[5].

Le couple s'est marié en 2012 [6]. Depuis lors, Sabah Abouessalam ne cesse de travailler avec et pour son mari. Elle a contribué successivement aux ouvrages « La voie » en 2011 , puis « Ignorance, Connaissance, Mystère », puis « La France est une et multiculturelle » (Fayard, 2011), puis « L'homme est faible devant la femme » (Presses de la Renaissance, 2013), puis en 2020 « Changeons de voie - Les leçons du coronavirus » (Denoël, 2020).

Travaux actuels[modifier | modifier le code]

Depuis 2018, Sabah Abouessalam travaille à installer la Fondation Edgar Morin. Le 23/09/2020, la Fondation est créée à Paris.

Dans un autre domaine , Sabah Abouessalam a tenté en 2013, avec la collaboration de son mari Edgar Morin, de réhabiliter une ferme écologique de sa famille dans la région de Marrakech, s’inspirant de l’agro-écologie de Pierre Rabhi. Selon elle, une telle ferme permettrait "d'inciter les paysans à demeurer dans leurs terres auxquelles serait restituée une rentabilité"[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (2020) Changeons de voie - Les leçons du coronavirus (avec Edgar Morin), Denoël
  • (2015) "Le 8 mars, parole de femmes, Pour une reconnaissance de pleine humanité", L'économiste, Édition N°:4477 Le 06/03/2015
  • (2013) L'homme est faible devant la femme (avec Edgar Morin), Presses de la Renaissance
  • (2011) La France une et multiculturelle, ouvrage collectif, Éditions Fayard, Paris
  • (1998) "Dynamiques de l'espace français et aménagement du territoire", (p37-47 et p103-107) in Michel Rochefort Espaces d’exclusion dans les banlieues françaises, Éditions l'Harmattan
  • (1998) "Pauvreté et projet d'intégration urbaine au Maroc, le cas de Marrakech", in ouvrage collectif 'Problématique urbaine au Maghreb', collection PUP
  • (1994) "Tendances des politiques foncières au Maroc et complexité du statut du sol", in 'The Maghreb review', Londres

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Il faut une construction pédagogique de la citoyenneté », L'économiste,‎
  2. a et b Edgar Morin, Sabah Abouessalam, « Vivre le Maroc, relier le Nord et le Sud », Hermès, La Revue,‎ 2011/2 (n° 60), p. 223-224 (lire en ligne)
  3. « Fichier des thèses » (consulté le 20 juillet 2020)
  4. « CV de Sabah Abdessalam » (consulté le 20 juillet 2020)
  5. Edgar Morin, Les souvenirs viennent à ma rencontre, Fayard, , 762 p. (ISBN 978-2-213-70570-5), p. 498
  6. Catherine Goillau, « L'humanisme selon Edgar Morin », Le Point Références no 64, juillet-août 2016, « La Grèce est ses dieux, une leçon de tolérance ? Les textes fondamentaux », p. 108.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]