Saül (Guyane)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saül
Saül (Guyane)
Le centre-bourg, avec l'église au fond à droite.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guyane
Département Guyane
Arrondissement Saint-Laurent-du-Maroni
Intercommunalité Communauté de communes de l'Ouest guyanais
Maire
Mandat
Marie-Hélène Charles
2020-2026
Code postal 97314
Code commune 97352
Démographie
Population
municipale
152 hab. (2018 en augmentation de 1,33 % par rapport à 2013)
Densité 0,03 hab./km2
Géographie
Coordonnées 3° 37′ 22″ nord, 53° 12′ 30″ ouest
Altitude Min. 60 m
Max. 640 m
Superficie 4 475 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Guyane
Voir sur la carte administrative de Guyane
City locator 14.svg
Saül
Géolocalisation sur la carte : Guyane
Voir sur la carte topographique de Guyane
City locator 14.svg
Saül

Saül est une commune française, du canton de Maripasoula, dans la collectivité territoriale unique de Guyane. Saül se situe au cœur de la forêt amazonienne à environ 180 km au sud-ouest de Cayenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de Saül.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saül se situe au centre de la Guyane française sur le continent de l'Amérique du Sud. Grâce à la présence dans la commune de la Montagne Continent, l'altitude maximale de Saül est de 640 mètres.

Saül est le centre géographique et le château d'eau de la Guyane (les fleuves Approuague, Mana et Inini entre autres y prennent leur source). Sa superficie est de 4 475 kilomètres carrés. Il est construit aux pieds des monts « Bœuf Mort » à 209 mètres d'altitude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes avec Saül sont Saint-Élie au nord-est, Régina au sud-est, Maripasoula à l'ouest, Papaïchton et Grand-Santi au nord-ouest, puis Mana au nord.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type équatorial humide, type Af selon la classification de Koppen.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Aérogare de la commune.

Saül est accessible uniquement par voie aérienne, via l'aérodrome de Saül. La piste d'atterrissage pour petits avions existe depuis 1954.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune se compose d’un bourg contenant une centaine de parcelles et de nombreuses habitations à l’écart.

Logement[modifier | modifier le code]

Au bourg quelques carbets d'hôtes (en hamac):

  • "Les carbets du bord"
  • "chez Kami"
  • "chez Bikaeff"
  • "La Bananeraie"

Bungalows (avec lits):

  • "A ke nou"
  • "Lé tikaz"
  • "chez Lulu"

En forêt

  • gîte Kanawa [1]

Toponymie[modifier | modifier le code]

C’est un chercheur d'or, M. Sahul, originaire de Sainte-Lucie, qui a donné son nom au village, au début du 20e siècle[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des vestiges archéologiques attestent d’une présence amérindienne ancienne dans le secteur. L’histoire récente de Saül débute avec l’arrivée des populations originaires des Antilles et principalement de Sainte Lucie, lors de la deuxième ruée vers l’or qui atteignit la région du Haut-Approuague et de la Haute Mana à la fin du XIXe siècle[3].

Née aux environs de 1910, Saül tire son nom d'un orpailleur Sainte-Lucien, Sahul, installé près du mont Bœuf mort.

Le , le Père Didier Maurice Louis Stanislas est affecté en Guyane et dès sur le territoire de l’Inini. En , il se fixe sur la commune.

Le Père Didier fait construire de petites chapelles du bourg jusqu’à Sophie. Il crée une coopérative d’achat. Il commence à tenir à jour l’état-civil. À son initiative, la construction d’une nouvelle église est envisagée, commencée en 1952, elle s’achève dix ans plus tard. Seul édifice religieux de Guyane à deux clochers en bois.

À la suppression de l’Inini, les gendarmes, en qualité de représentants du Préfet, font office de municipalité et c’est ainsi que le gendarme Jean Demailly (1922-1985) affecté à Saül en 1957 va mettre en place la balise de la piste d’atterrissage puis l’ouverture de la piste de limonade ainsi que l'ouverture par voie fluviale du Dégrad Demailly jusqu’à Maripasoula avec l’aide de huit ouvriers.

Si l'extraction aurifère est encore très présente sur les territoires alentour, ce village atypique est une destination de plus en plus attractive, très prisée des touristes et des scientifiques grâce à son réseau de sentiers de randonnées balisés au cœur du Parc amazonien de Guyane.

Saül a obtenu le statut de commune en 1969[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Rue principale de Saül, avec le bâtiment de la mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1969 1971 Ho Si Fat Gaston ...  
1971 1992 Cochet Raymond PS  
1992 1995 Timane Théodore    
1995 2014 Hermann Charlotte    
2014 En cours Marie-Hélène Charles    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes de l'Ouest guyanais.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2018, la commune comptait 152 habitants[Note 1], en augmentation de 1,33 % par rapport à 2013 (Guyane : +13,11 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2007 2012
417901196763160158158151
2017 2018 - - - - - - -
152152-------
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[7] puis à partir de 2006[8])
Histogramme de l'évolution démographique

La population résidente, constituée essentiellement de Créoles, de métropolitains, ainsi que de quelques Hmongs et Brésiliens, varie selon les saisons entre 70 et 200 personnes.

Électricité[modifier | modifier le code]

La commune de Saül n'est pas reliée au réseau électrique de la Guyane, elle produit donc son électricité localement grâce à un système hybride constitué d'une cinquantaine de générateurs solaires photovoltaïques, située devant certaines habitations, et d'un groupe électrogène communal fonctionnant en appoint quelques heures par semaine.

Économie[modifier | modifier le code]

  • La boulangerie-cafétéria

La boulangerie-cafétéria de Saül, financée par la CCOG en partenariat avec la Région Guyane et l’État, fut inaugurée en . Elle est restée quasiment inutilisée. Les élus à l'origine de ce projet avaient en effet sous-estimé l'importance de trouver un boulanger qui accepterait de s'installer dans cette commune isolée au milieu de la forêt et peuplée de 160 habitants. En , elle est toujours fermée. Elle aura pourtant coûté au contribuable la somme de 723 000 euros, soit plus de trois fois la somme initialement prévue. Cette affaire est régulièrement rappelée par la presse locale (France Guyane, la semaine Guyanaise, etc.) pour critiquer la gestion de l'aménagement en Guyane par certains élus .

  • Exploitation minière

Guyane Nature Environnement affirme qu'Arnaud Montebourg, le Ministre du Redressement Productif, a signé fin 2012 un arrêté octroyant à la société minière REXMA un permis d’exploitation minière de 10 km2[9],[2].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le Fromager de Saül dans la brume matinale.
Pont de corde du sentier de randonnée Roche Bateau à Saül en Guyane.
Vue sur le village de Saül depuis le belvédère.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Parmi les constructions et infrastructures du village, on peut citer une mairie, un relais postal, une école (en sale état), plusieurs structures d’hébergement touristique (gîtes, carbets, hôtel, restaurants…), une antenne du Parc amazonien de Guyane.
  • Église Saint-Antoine-de-Padoue de Saül
L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1993[10]: c'est la seule église à deux clochers de Guyane
  • En 2015, le fromager du village a remporté le prix du public du concours de "l'arbre de l'année", organisé par l'ONF.[11]
  • Balade sur cinq layons en forêt[12].
    • Belvédère : 1 km pour 45 min de marche (point de vue sur le village de Saül)
    • Gros Arbres : 5 km pour 1 h 45 de marche
    • Les Monts La Fumée : 9 km pour 5 h de marche
    • Bœuf Mort : 12 km pour 5 h de marche (se renseigner au village sur la praticabilité du sentier/layon)
    • Roche Bateau : 14 km pour 7/8 h de marche (sentier le plus diversifié)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'écrivain Cizia Zykë, né Jean-Charles Zykë, a écrit tout un chapitre de son livre Oro and Co dans la commune de Saül (Fleuve Noir 06/2009) (page 219-246 chapitre XXIV-XXX)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire contemporaine de l'or en Guyane (de 1947 à nos jours), Jean Pétot, l'Harmattan (ISBN 2-7384-1917-8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Boré, Guide Guyane, Guyane, Editions des curieux de nature d'Amérique du sud, , 448 p. (ISBN 978-2-9511548-9-6, lire en ligne), p 280
  2. a et b « Saül », Une Saison en Guyane, no 11,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Bernard Quris, « Avec les orpailleurs de Guyane », Sciences et voyages,‎ , p. 41-47 (lire en ligne)
  4. « Saül », sur le site du Parc amazonien de Guyane (parc national) (consulté le )
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  8. pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018
  9. « Exploitation aurifère : Montebourg mine le Parc Amazonien de Guyane », sur Boukan & Une Saison en Guyane (consulté le ).
  10. « Église Saint-Antoine de Padoue », notice no PA00105924, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « ONF - L'arbre de l’année édition 2015 », sur www.onf.fr (consulté le )
  12. Marc Gayot, « Les sentiers de Saül », Une Saison en Guyane, no 1,‎ (lire en ligne, consulté le )