Saône-et-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saône et Loire)
Aller à : navigation, rechercher
Saône-et-Loire
Image illustrative de l'article Saône-et-Loire
Saône-et-Loire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Création du département
Chef-lieu
(Préfecture)
Mâcon
Sous-préfectures Autun
Chalon-sur-Saône
Charolles
Louhans
Président du
conseil départemental
André Accary (Les Républicains)
Préfet Fabien Sudry
Code Insee 71
Code ISO 3166-2 FR-71
Démographie
Gentilé Saône-et-Loiriens
Population 556 222 hab. (2013)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Superficie 8 575 km2
Subdivisions
Arrondissements 5
Circonscriptions législatives 6
Cantons 29
Intercommunalités 32
Communes 570

La Saône-et-Loire (prononcé [so.ne.lwaʁ]) est un département français de Bourgogne-Franche-Comté dont la préfecture est Mâcon. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 71. Il s'agit du département le plus peuplé de la région.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : art roman en Saône-et-Loire.

Pendant la préhistoire déjà, les vallées de la Saône et de la Loire qui coupent le département actuel servaient de voies de passage et d'échanges. La présence humaine y est ancienne, comme l'atteste la présence de restes d'hommes de Néandertal à Vergisson, les importants gisements de Solutré (à l'origine de la dénomination de la période éponyme, le Solutréen) ou, au Néolithique, de Chassey-le-Camp (qui a donné son nom au Chasséen).

Les Eduens, un des grands peuples gaulois allié des Romains, avaient leur capitale au nord-est du département actuel, à Bibracte (Mont-Beuvray) avant que ce site fortifié ne soit abandonné au profit d'Autun (Augustodunum).

Au Moyen Âge, le territoire jouait un rôle important en tant que carrefour entre le nord et le sud du Royaume de France et en frontière de l'Empire. De nombreux seigneurs religieux et laïcs se partageaient les terres et les droits comme l'abbaye de Cluny, siège de l'ordre religieux qui s'étendit dans l'Europe entière, l'évêque d'Autun et son chapitre, le comte de Chalon, le comte de Brancion jusqu'en 1259, le duc de Bourgogne dans le Charollais...

Le département a été créé officiellement le à partir d'une partie de la province de Bourgogne, à peu près dans les limites des anciens bailliages d'Autun, Chalon, Charolles et Mâcon. L'assemblée des électeurs réunie le 5 mai 1790 à Charolles a choisi d'installer le chef-lieu du département à Chalon plutôt qu'à Mâcon, mais les protestations de cette ville ont conduit l'Assemblée constituante à y installer le siège de l'administration, en février 1791.

Le département est occupé à deux reprises par les troupes autrichiennes : de janvier à mars 1814 puis de juin 1815 à novembre 1818.

Au milieu du XIXe siècle, Alphonse de Lamartine est le plus célèbre des habitants de la Saône-et-Loire : poète, chef du gouvernement provisoire en février 1848, ce républicain a également occupé à neuf reprises le fauteuil de président du Conseil général avant d'abandonner la politique lors de l'instauration du Second Empire en 1852.

Entre 1940 et novembre 1942 la partie nord-est du département est occupée par les Allemands ; ceux-ci franchissent alors la ligne de démarcation et envahissent la zone sud. Terre de résistance vigoureuse (maquis du Clunisois, du Charollais, maquis bressans...), la Saône-et-Loire est libérée à l'été 1944.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte détaillée du département de Saône-et-Loire.
Paysage mâconnais à Solutré.

Le département de Saône-et-Loire est limitrophe des départements de la Côte-d'Or, du Jura, de l'Ain, du Rhône, de la Loire, de l'Allier et de la Nièvre.

La limite avec le département de l'Allier est le plus souvent formée par la Loire. Toutefois, six communes du canton de Marcigny sont situées sur la rive gauche de la Loire.

Les ensembles et sous-ensembles qui le composent sont :

La Saône-et-Loire est traversée par la ligne de partage des eaux entre les bassins de la Loire et du Rhône. C'est dans le département que cette ligne présente les plus basses altitudes en France, ce qui lui vaut d'être un carrefour important.
S'y croisent ainsi les principaux axes routiers français nord-sud (A6, dans la plaine de la Saône) et est-ouest (Route Centre-Europe Atlantique, par le col des Vaux). De même, le grand axe ferroviaire Paris-Lyon traverse le département, via la ligne classique et via la ligne à grande vitesse avec deux gares TGV : Le Creusot-Montceau-TGV et Mâcon-Loché-TGV. Enfin, le canal du Centre relie les bassins de la Loire et du Rhône.

Climat[modifier | modifier le code]

La Saône-et-Loire a un climat tempéré à légère tendance continentale.

Ci-après, les valeurs climatiques de 1961 à 1990 pour la ville de Mâcon (216 m) :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[1]


Économie[modifier | modifier le code]

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

L'agriculture du département est riche et variée et conserve une ancienne tradition d'élevage, avec les volailles de Bresse, particulièrement autour de Louhans et sa variété de poule de Bresse dite La Noire, ou de Louhans, qui se retrouve sur les étals du grand marché de la ville. Dans le Charollais, l'élevage dominant est celui de la race bovine de la Charolaise.

L'axe de la Saône présente une forte présence viticole. Deux grands terroirs se trouvent sur le département :

1 - Le Vignoble de Bourgogne, qui comprend deux vignobles en Saône-et-Loire, ceux de la côte chalonnaise et ceux du Mâconnais

2- Le vignoble du Beaujolais.

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

Le département a connu un développement industriel exceptionnel au XIXe siècle avec, notamment, la société Schneider et Cie au Creusot et l'extraction minière dans la région de Montceau-les-MInes.

L'industrie est encore concentrée dans le Chalonnais et le bassin minier de Blanzy, avec la présence de grandes entreprises qui subsistent telles Alstom au Creusot, Areva à Montchanin, Arcelor Mittal et Michelin à Montceau-les-Mines ou encore Massilly France, l'un des leaders mondiaux de l'emballage métallique dont le siège est installé à Massilly.

Tertiaire[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage du département se situe d'après l'Insee à 9.9% de la population active au 2e trimestre 2013 (10.5% en France métropolitaine). Ce taux était de 9.4% au 2e trimestre 2012 puis était passé à 9.8% au 1er trimestre 2013[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de la Saône-et-Loire.

Les habitants de Saône-et-Loire sont les Saône-et-Loiriens. Avec une population de 556 222 habitants au 1er janvier 2013[3] (Insee), le département est le plus peuplé de la région Bourgogne. C'est également ce département qui totalise le plus grand nombre de villes. Cependant, la répartition de la population tend à se déséquilibrer entre est et ouest. En effet, si l'ouest du département tend à se dépeupler – notamment dans le bassin du Creusot-Montceau –, l'est, parfaitement desservi par les voies de communication modernes, tend à gagner des habitants : Bresse bourguignonne, Mâconnais et Chalonnais.

C'est actuellement la Bresse bourguignonne, sans grande ville notable, qui, par sa prospérité, gagne le plus d'habitants (ouverture de classes…). De même, Chalon-sur-Saône conserve son statut de ville la plus peuplée avec 45 504 habitants (Insee 2009) contre 46 017 habitants en 2008 et 50 110 habitants en 1999.

Mâcon, préfecture du département, tend à gagner des habitants, notamment dans son agglomération (aire urbaine de 104 000 habitants répartie sur l'Ain, le Rhône et la Saône-et-Loire). La proximité de Lyon a favorisé l'emploi et l'installation de nombreux Lyonnais ainsi que les investissements.

Environnement[modifier | modifier le code]

La Saône-et-Loire compte 25 sites classés Natura 2000 :

Elle compte également deux sites labellisés Grands sites de France : Bibracte Mont-Beuvray (depuis 2007) et Solutré Pouilly Vergisson (depuis 2013).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.

Le département fonde son activité touristique sur ses paysages variés (plaine de la Bresse, collines du Mâconnais et du Charolais, monts du Morvan), sa gastronomie réputée (vins de Bourgogne, bœuf charolais, poulet de Bresse, etc.) et son riche patrimoine (Bibracte, Autun, Cluny, Paray-le-Monial, Brionnais, nombreuses églises, châteaux, etc.).

Le département se distingue par ses sites touristiques tels la roche de Solutré (célèbre pour avoir été un « lieu de pèlerinage » du président François Mitterrand) ou encore l'arboretum de Pézanin.

Une marque "Saône-et-Loire" créée en 2013 visait à rassembler tous les acteurs économiques et culturels saône-et-loiriens afin de renforcer l'attractivité de ce territoire[4]. Elle a été abandonnée en 2015[5].

Loisirs et sports[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Chalon dans la rue, festival transnational des artistes de rue a lieu tous les ans dans la deuxième quinzaine de juillet à Chalon-sur-Saône depuis 1987. Il s'agit d'un des plus importants festivals de théâtre de rue en France.

Le Festival Musique en Brionnais propose chaque année durant la première semaine d'août des concerts et des conférences destinées à promouvoir la musique de chambre et le patrimoine culturel et naturel du Charolais-Brionnais.

Il existe un festival du blues au Creusot depuis 1991[6], et le festival Jazz Campus en Clunisois dans la région clunisoise[7].

Sports[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Le département est jumelé avec la préfecture japonaise de Yamanashi[8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason département fr Saône-et-Loire.svg
  • Blason de la Saône-et-Loire : d’or aux deux pals ondés d’azur, au chef parti : au premier d’azur semé de fleurs de lys d’or et à la bordure componée d’argent et de gueules, au second bandé d’or et d’azur de six pièces et à la bordure de gueules. Ce blason a été dessiné par Robert Louis[9], mais n'a jamais été utilisé par le département.

« Bourgogne-du-sud »[modifier | modifier le code]

En 2003, le président du Conseil général a proposé de renommer le département « Bourgogne-du-sud »[10]. Les arguments avancés étaient le manque de notoriété du nom Saône-et-Loire, la confusion induite avec les Châteaux de la Loire, opposés à la notoriété internationale de la Bourgogne et le caractère accrocheur de sud, évoquant l'influence méditerranéenne qui remonte jusqu'au département.

La procédure n'a pas abouti. L'expression « Bourgogne-du-sud » reste cependant utilisée dans le domaine touristique. Ce terme suit donc la même voie que celui de « Septimanie » proposé pour renommer la région Languedoc-Roussillon.

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Avant 1800[modifier | modifier le code]

1800-1900[modifier | modifier le code]

1900-1950[modifier | modifier le code]

1950-2000[modifier | modifier le code]

2000-[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Goujon (éd.), La Saône-et-Loire, de la préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d'Angély, 1992. (Un ouvrage collectif consacré à l'histoire de ce département)
  • Bibliographie Bourguignonne (élaborée depuis 1937 à la Bibliothèque Municipale de Dijon).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]