Saïd Halim Pacha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saïd Halim Pacha
Illustration.
Fonctions
279e grand vizir
Prédécesseur Mahmud Sevket Pasha
Successeur Talaat Pacha
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Le Caire (Égypte)
Date de décès
Lieu de décès Rome (Italie)
Nationalité Ottoman

Saïd Halim Pacha (en albanais : Said Halimi) (18 janvier 1865 - 6 décembre 1921), est un homme d'État ottoman qui fut Grand vizir de 1913 à 1916. Né au Caire en Égypte, il était le petit-fils de Méhémet Ali, le « fondateur de l'Égypte moderne »[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il fut l'un des signataires de l'alliance germano-ottomane en 1914. Cependant, il démissionna après l'incident de la poursuite du Goeben et du Breslau[réf. nécessaire], un évènement qui cimenta l'alliance germano-ottomane durant la Première Guerre mondiale. Toutefois, le sultan Mehmed V voulait une personne en qui il aurait confiance comme vizir, et il demanda donc à Saïd Halim de rester à son poste aussi longtemps que possible. Le second mandat de Saïd Halim ne dura que jusqu'en 1917, à cause des affrontements continus entre lui et le parti des Jeunes-Turcs qui était au pouvoir[réf. nécessaire].

Durant les procès militaires qui suivirent la Première Guerre mondiale, il fut accusé de trahison au motif qu'il avait apposé sa signature aux accords de l'alliance germano-ottomane. Il fut exilé par les Britanniques le 29 mai 1919 dans une prison de Malte[2]. Il bénéficia d'un non-lieu libéré en 1921, date à laquelle il s'installa en Sicile. En 1921, il voulait retourner dans la capitale turque, Constantinople, mais sa demande fut rejetée. Il fut assassiné peu après à Rome par des agents de la Fédération révolutionnaire arménienne (notamment Arshavir Shirakian) à cause de son rôle dans le génocide arménien.

Il fut membre de la franc-maçonnerie[3] [réf. à confirmer].

Le palais Saïd Halim Pacha[modifier | modifier le code]

Palais Saïd Halim Pacha rue Champollion au Caire, construit par l'architecte Antonio Lasciac

Said Halim Pacha fait construire au Caire le palais qui porte son nom par l'architecte italo-autrichien Antonio Lasciac en 1896. Le Palais Said Halim Pacha s'étend sur 3.600m2 répartis en 2 étages couverts de colonnes en marbre, séparés par un escalier en bois, avec deux balustrades en fer forgé d'époque. Lors de la révolution égyptienne, il est reconverti en école publique. Il a été restauré en 2008[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Sourdel, Histoire des Arabes, P.U.F., 1976, p. 109.
  2. (en) Sukran Vahide, Islam in Modern Turkey, State University of New York Press, .
  3. http://www.grandorientarabe.org/index.php?news&nid=1
  4. https://lepetitjournal.com/le-caire/actualites/visite-le-palais-said-halim-pacha-voir-avant-les-travaux-10757

Ouvrages de Saïd Halim Pacha[modifier | modifier le code]

  • Le Fanatisme musulman : sa signification réelle, Paris, Sirey, 1910.
  • Essai sur les causes de la décadence des peuples musulmans, Istanbul, Lœffler, 1918.
  • L'Empire ottoman et la guerre mondiale, Istanbul, Les éditions Isis, 2000 (posthume).

Sur Saïd Halim Pacha[modifier | modifier le code]

  • Mustafa Aksakal, The Ottoman Road to War, New York-Cambridge, Cambridge University Press, 2008.
  • Ahmet Şeyhun, Said Halim Pasha (1865-1921), Istanbul, Isis Press, 2003 (traduit en turc chez Everest Yayinlari).
  • Syed Tanvir Wasti, « Said Halim Pasha, Philosopher Prince », Middle Eastern Studies, XLIV-1, janvier 2008, pp. 85-104.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :