SS Andes (1913)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SS Andes et Andes (homonymie).

Andes
Image illustrative de l’article SS Andes (1913)
L’Atlantis en croisière au Spitzberg
Autres noms Atlantis (1930-52)
Type Paquebot, Croiseur auxiliaire puis Navire-hôpital
Histoire
Chantier naval Harland & Wolff, Belfast (Irlande du Nord)
Lancement
Mise en service
Statut Démoli en 1952 en Écosse
Caractéristiques techniques
Longueur 589 pieds (179,5 m)
Maître-bau 67 pieds (20,4 m)
Tonnage 15 620 tjb
Vitesse 17 nœuds
Caractéristiques commerciales
Passagers 1 330 (380 de 1re classe, 250 de 2e classe, 700 de 3e classe)
Carrière
Armateur Royal Mail Steam Packet Company
Pavillon Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy

Le SS Andes était un paquebot de la compagnie britannique Royal Mail Steam Packet Company (RMSPC), construit en 1913 peu avant la Première Guerre mondiale. Il desservit essentiellement la ligne reliant l'Angleterre à l'Amérique du Sud puis après 1948 l'Océanie comme navire d'immigrants. Il servit aussi la Royal Navy pendant les deux guerres mondiales.

Lancement[modifier | modifier le code]

Peu avant la Première Guerre mondiale, la RMSPC lança la construction de deux sister-ships de plus de 15 000 tonnes, ses plus gros paquebots. Le SS Andes fut le premier construit en 1913, suivi de peu par le SS Alcantara. Il effectua son voyage inaugural à destination de Valparaiso, au Chili, avant de desservir la principale ligne de la compagnie, reliant Southampton à la côte Est de l'Amérique du Sud (Rio de Janeiro au Brésil, Buenos Aires en Argentine, Montevideo en Uruguay) via Lisbonne[1].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des navires marchands, il fut affecté à la Royal Navy pendant la Première Guerre mondiale. Restructuré et équipé de canons, il servit comme son jumeau comme croiseur auxiliaire armé afin d'escorter les convois dans l'Océan Atlantique et de les protéger des sous-marins allemands. Le , lui et son jumeau, l’Alcantara rencontrèrent en mer du Nord le Greif, croiseur allemand déguisé en navire norvégien. Au cours de l'affrontement, l’Alcantara et le Greif furent coulés[2]. Survivant à cet affrontement, il continua son service jusqu'à la fin de la guerre. En 1919, il participa à l'évacuation des équipages de sous-marins britanniques qui avaient débarqué en Russie à Mourmansk, en mer Blanche au début de la guerre civile russe afin d'aider les armées blanches contre l'Armée rouge.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Affiche publicitaire de Kenneth Shoesmith pour la RMSPC : les croisières de l’Atlantis aux Caraïbes

Réétabli en tant que navire civil, il desservit à nouveau la même ligne commerciale. Cependant, la Royal Mail convertit en navire de croisière en 1930. Il fut entièrement rééquipé pour accueillir 450 passagers de 1re classe, fut rebaptisé Atlantis et croisa notamment au Spitzberg, dans les fjords norvégiens ainsi qu'aux Caraïbes.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939, il fut de nouveau affecté à la Royal Navy comme navire-hôpital. Basé en Méditerranée, à Alexandrie dans un premier temps, il participa à l'évacuation du contingent franco-britannique débarqué en Norvège, à Narvik, au printemps 1940. Il fut ensuite envoyé pendant deux ans dans l'océan Indien où il participa notamment à la campagne de Madagascar en 1942 et 1943, rapatriant les prisonniers de guerre italiens à Lisbonne et allemands à Göteborg.

Navire d'immigrant[modifier | modifier le code]

Démobilisé en 1946, il fut de nouveau rééquipé pour le service civil afin d'accueillir 900 passagers de 3e classe. En 1948, il fut ainsi affecté comme navire d'immigrants à destination de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande ; dernière vie qu'il acheva en 1952 lorsqu'il fut démoli en Écosse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • William H. Miller, Pictorial Encyclopedia of Ocean Liners (1860-1994), New York, Dover publications,

Articles connexes[modifier | modifier le code]