SNCAO CAO.30

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SNCAO CAO.30
Vue de l'avion.
maquette de soufflerie du CAO-30

Constructeur Drapeau : France SNCAO
Rôle Hydravion d'entraînement
Statut jamais entré en service
Premier vol
Équipage
3
Motorisation
Moteur Salmson 9Aba de 9 cylindres
Nombre 1
Type moteur en étoile
Puissance unitaire 280 ch
Dimensions
Envergure 13,00 m
Longueur 9,23 m
Hauteur 3,21 m
Surface alaire 26,50 m2
Masses
À vide 1 300 kg
Maximale 1 750 kg
Performances
Vitesse de croisière 100 km/h
Vitesse maximale 195 km/h
Plafond 4 000 m
Endurance 4 heures

Le SNCAO CAO.30 est un avion militaire français, conçu peu avant la Seconde Guerre mondiale mais qui n’a pas été produit en série.

Conception[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1930, Yves Jan-Kerguistel, ingénieur en chef de la firme Loire-Nieuport, développa le Loire-Nieuport LN.30, un hydravion à coque biplace d'entraînement. Il fut rebaptisé CAO.30 quand la firme fut absorbée par la société nationale SNCAO en 1937[1].

Cet hydravion avait une structure en bois. Le moteur était installé au-dessus de l'aile, sur un bâti de tubes d'acier. Le moniteur et l’élève étaient assis côte à côte dans un cockpit ouvert. Un habitacle fermé était prévu, mais ne fut jamais monté. L’appareil était doté de doubles commandes. Un réservoir d’une contenance variable (218 litres ou 313 litres) pouvait être installé en arrière du cockpit[2].

Il effectua son premier vol le [1],[3] à Saint-Nazaire. Après ce premier essai, le prototype subit un certain nombre de modifications : le dièdre des panneaux extérieurs de voilure fut augmenté, et un capotage en anneau ajouté au moteur. L’empennage fut également modifié[2]. Le prototype n°01 vole à nouveau le , suivi par le prototype n°02 le [1],[2].

Une commande de 40 appareils fut émise par la Marine nationale française fin mars 1940, mais en raison de la tournure que prit la bataille de France en mai-juin 1940, aucun des appareils commandés ne fut terminé. Le sort des deux prototypes après juin 1940 n’est pas connu[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « CAO.30 », sur Cyber Aéro Breton, .
  2. a, b et c Yannick Boucard, « SNCAO CAO.30 », sur Aviastar.org - Virtual Aircraft Museum, .
  3. a et b Bruno Parmentier, « S.N.C.A.O. CAO-30 », .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Bombeau, « CAO-30, l’hydravion-école », Aviation Magazine, no 704,‎ .
  • Gérard Bousquet, Les Ailes Françaises : Encyclopédie des avions de la seconde guerre mondiale, vol. 2. Les hydravions à coque (2ème partie), Artipresse, , 78 p., p. 31.
  • (en) William Green, War Planes of the Second World War, vol. 5. Flying Boats, Londres, Macdonald, (ISBN 0-356-01449-5).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]